Publié par Guy Millière le 25 mars 2017

Je rends compte bien après sa parution du livre signé Aquila, Pour un monde sans islam*, que les éditions Tatamis ont fait paraître il y a quelques mois, mais je pense indispensable d’en rendre compte, et indispensable aussi d’inciter ceux qui me lisent à le lire aujourd’hui, alors qu’une capitale d’Europe est à nouveau frappée.

C’est un livre sur l’islam. Un de plus me dira-t-on, et c’est exact, c’est un livre sur l’islam de plus. Ce n’est qui plus est, pas un livre d’analyse et d’explication. C’est autre chose, un témoignage, rédigé de manière brute, et c’est ce qui fait sa force. Aquila est kabyle. Elle est née en Algérie. Elle y a vécu jusqu’à l’âge adulte.

Elle a réussi à partir et à s’installer en France.

Elle décrit, pour l’avoir vécu, l’oppression ignoble dont souffrent les femmes en Algérie en raison de l’islam. Elle explique pourquoi, n’en déplaise aux islamophiles aveugles, c’est bien l’islam qui est en cause, et elle a, depuis qu’elle a quitté l’Algérie, eu de multiples opportunités de comparer ce qu’elle a vécu avec ce qu’ont vécu des femmes venues d’autres pays musulmans.

Une fois en France, elle a été confrontée à la pénétration de la culture islamique sur le territoire français lui-même, à l’aveuglement volontaire de la plupart des élus et des hommes et femmes politiques qu’elle a rencontré, à la complicité hypocrite de la plupart des gens de presse et de culture qu’elle a pu croiser.

Si, dans une première partie du livre, elle décrit l’islam tel qu’il est dans le monde musulman –  et la description qu’elle en fait est dure, poignante, sans aucune concession – dans la deuxième partie du livre elle décrit l’islam tel qu’il est en France et les complicités dont il bénéficie, et la description à laquelle elle procède, là, est révoltante. Elle est aussi très exacte, j’en parle par expérience pour avoir connu des femmes telles qu’Aquila, pour connaître Aquila elle-même, et pour avoir longtemps fréquenté les milieux politiques, médiatiques et culturels français.

Des femmes telles qu’Aquila devraient pouvoir témoigner à visage découvert sur de grandes chaînes de télévision.

Elles risquent leur vie parce qu’elles ont quitté l’islam. Elles ont du courage. Elles disent une vérité qui devrait être clamer haut et fort chaque jour. La France est devenue une société où l’on exclut le courage et la vérité, et où l’on récompense la lâcheté et le mensonge.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Faute de pouvoir témoigner devant un micro ou une caméra, Aquila a écrit.

Son livre, outre ce qu’elle y décrit, est utile en ce qu’il dénonce les stratagèmes des Musulmans qui entendent désarmer ceux qui osent les critiquer, renvoyer à la version originale du Coran et dire que celui qui critique utilise une traduction inexacte par exemple (Allah parle couramment l’arabe). Il définit l’islam comme ce qu’il est, une secte sanguinaire, totalitaire, barbare. Il définit la France comme ce qu’elle est aujourd’hui : une république islamo-gauchiste.

Il propose des solutions radicales qu’il sera, hélas, très difficile de mettre en oeuvre, et dit qu’un monde sans terrorisme est possible, mais qu’il devrait être un monde sans islam.

Je ne pense pas, hélas, que l’élimination de l’islam permettrait l’élimination totale du terrorisme : la haine d’extrême gauche serait encore là. Mais un monde sans islam éliminerait, disons, quatre vingt dix neuf pour cent du terrorisme. Ce serait un bon début.

A ceux qui pousseraient des hauts cris et diraient qu’elle stigmatise les Musulmans, Aquila répond qu’elle est née Musulmane, et que si les Musulmans devenaient athées, chrétiens ou bouddhistes, ils quitteraient un dogme monstrueux et feraient un pas en direction du reste de l’humanité. La plupart ne feront jamais ce pas, je sais…

A ceux qui continueraient à hurler, je dirais qu’ils n’ont aucune raison de hurler : l’islam a encore de beaux jours devant lui, et des attentats atroces continueront à être perpétrés un peu partout sur terre par des gens clamant qu’Allah est grand.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Aquila, Pour un monde sans Islam, Tatamis, 2016, 348p., 20 euros

* En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

56
0
Merci de nous apporter votre commentairex