FLASH
[20/06/2018] Ah j’ai oublié un détail, mais vous aviez deviné : l’homme qui voulait poignarder des passants à Tours hurlait Allahou Akbar  |  Hollywood anti-Trump est moralement exemplaire. L’acteur Peter Fonda a tweeté qu’il faut kidnapper Barron, le jeune fils de Trump, et qu’il soit violé par des pédophiles  |  Tours : un homme a tenté de poignarder des passants cet après-midi et de jeter un homme par dessus un pont  |  [18/06/2018] Gaza : En réponse à un tir de roquette du Hamas, Israël a bombardé 9 cibles terroristes dans 2 camps militaires et 1 fabrique de munitions du Hamas  |  [17/06/2018] Effrayant : La police du quartier Haringey de Londres a arrêté une femme pas du tout folle qui courait après des enfants juifs avec un couteau en criant « Je veux tuer tous les Juifs »  |  Nigel Farage: « Merkel est le passé, Salvini le futur »  |  [16/06/2018] Après l’administration Bush, Trump se retire du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, qui est un club obsédé par un seul pays, Israël. Pourquoi est-ce que les États-Unis y sont encore ? Parce qu’Obama l’a rejoint quand il a pris ses fonctions  |  Afghanistan : 26 morts et 54 blessés dans un attentat-suicide parmi une foule célébrant un cessez-le-feu inédit entre talibans et forces de sécurité  |  Un terroriste musulman a percuté une voiture-taxi dans une foule au centre de Moscou, blessant au moins 7 personnes. Le terroriste musulman, qui a tenté de fuir les lieux, a été arrêté  |  Exceptionnel effet Trump : la banque centrale américaine remonte sa prévision de croissance, à 4,8%  |  [15/06/2018] Effet Trump : je sais que les médias s’en fichent, mais les chiffres de l’emploi sont les meilleurs depuis 44 ans  |  Afghanistan : le chef des taliban pakistanais aurait été tué par un drone américain  |  La France a encore condamné Israël à l’ONU lors d’une résolution qui interdit à Israël de se défendre contre les terroristes  |  [14/06/2018] Ah il est beau le ramadan! Un projet d’attentat sur le sol français a été déjoué avec l’arrestation de deux hommes en Seine-et-Marne  |  [13/06/2018] Israël : le directeur du Shin Bet (agence de sécurité) annonce avoir empêché 250 attentats terroristes en 2018  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Ftouh Souhail le 5 avril 2017

Un accord pour enseigner la langue arabe dans les écoles françaises a été signé à la fin du mois dernier, entre la ministre française de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Najat Vallaud-Belkacem et le ministre tunisien de l’Éducation, Néji Jelloul.

C’est au cours de la tenue de la 3e conférence des ministres en charge de la Recherche, l’Innovation et l’Enseignement supérieur des pays du Dialogue 5 +5 qui s’est tenue à Tunis que la convention a été conclue.

Cet accord stipule, selon des médias tunisiens, que Tunis va envoyer en France des enseignants d’arabe pour faciliter l’enseignement.

Cette mesure risque de défigurer l’école républicaine française, qui est l’une des principales matrices de socialisation aux valeurs républicaines, à partir du moment où ils dépasseront le simple enseignement de la langue (et c’est manifestement ce que veulent les lobbyistes maghrébins de France).

Sous couvert d’enseignement de l’arabe, on apprend l’Islam aux enfants

Sous couvert d’enseigner l’arabe, on apprend en réalité aux jeunes à rejeter la République laïque et on enseigne toutes les horreurs (sexisme, créationnisme, rejet de la loi des hommes, rejet des arts, etc.) de l’islam.

Parmi tous les débats politico-identitaires qui perturbent la France, l’enseignement de la langue arabe est autrement le plus chargé. Les jeunes (d’origine arabe ou pas) vivant en France gagneraient d’abord à bien maîtriser la langue française (et à intérioriser la culture républicaine qui va avec) plutôt qu’à être tiraillés entre plusieurs identités.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Madame Belkacem semble donc atteindre son but : introduire l’arabe dans l’école publique française. Et en France, les lieux où on enseigne l’arabe sont largement et insidieusement infiltrés par la religion. Ces « écoles » n’ont réellement pas pour objectif de former des citoyens français, mais de « bons » musulmans hors sol et transposables au mépris de l’idée de Nation française.

De plus le choix de la Tunisie est contestable, car ce pays justifie la négation officielle et constitutionnelle de la diversité et impose l’arabisation avec une prohibition générale de l’utilisation de la langue berbère dans les écoles publiques.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Ftouh Souhail pour Dreuz.info.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz