Publié par Jean-Patrick Grumberg le 11 avril 2017
Alep détruit par la Russie et Assad

La Russie a sévèrement critiqué les Etats-Unis pour le bombardement d’un aéroport syrien d’où est partie une attaque à l’arme chimique contre des civils.

J’ai prêté attention à quels pays soutiennent la Russie dans cette condamnation : L’Iran, la Corée du Nord et la Syrie.

Beau palmarès, belle brochette de défenseurs des droits de l’homme. La Russie peut être fière de ce type de soutien.

Aussi fière d’ailleurs que son soutien — essentiellement motivé par le maintien de sa base navale de Tartous — au criminel Assad qui a provoqué la mort de plus d’un demi-million d’hommes et femmes dans son pays. Approuver 500 000 morts pour une base navale, beau score.

Associated Press rapportait hier soir que les Etats-Unis pensent que la Russie savait que les Syriens allaient lancer une attaque chimique. Ceci sera sans doute au cœur des discussions animées que va avoir le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson avec son équivalent russe Sergey Lavrov aujourd’hui mardi 11 avril à Moscou. Notons qu’une rencontre avec Poutine n’est pas prévue.

Nous en saurons plus dans quelques heures sur cette lourde accusation de complicité des Russes avec l’attaque chimique.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Marco Rubio, le candidat républicain à la présidentielle pour qui j’ai beaucoup d’admiration, et qui selon moi a un grand avenir politique, avait déclaré lors de l’audition pour la nomination de Tillerson au poste de secrétaire d’Etat que Vladimir Poutine est selon lui coupable de crimes de guerre. Tillerson avait répondu : « je n’utiliserais pas cette expression ».

Rubio répondit par cette longue tirade :

« A Alep, Poutine a donné l’ordre à son armée de frapper des écoles, des marchés, et une infrastructure civile, ce qui a résulté en la mort de milliers de civils.

Ce n’est pas la première fois que Poutine est impliqué dans des campagnes de ce genre.

Quand il a été nommé Premier ministre avant son élection, il y a eu une série de bombardements [terroristes en Russie], et ils ont accusé les Tchétchènes. Et Monsieur Poutine a personnellement déclaré qu’il allait les punir et il a ordonné à l’aviation de bombarder la capitale Grozny. Ils ont utilisé des missiles Scud pour bombarder des hôpitaux, le marché principal de la ville, remplis de clients, 137 personnes sont mortes instantanément.

Ils ont également utilisé des explosifs thermobariques et des bombes incendiaires qui brûlent l’air que l’on respire, qui a atteint des gens qui se protégeaient dans des caves. Ils ont utilisé des munitions à fragmentation — ce sont des armes de combat militaires utilisées contre des civils. Et quand on compta les victimes, environ 3000 civils avaient été tués, et la ville avait été totalement détruite.

Et malgré cela, vous n’êtes pas prêt à déclarer que Vladimir Poutine a violé les lois de la guerre et a commis des crimes de guerre à Alep. »

http://video.cnbc.com/gallery/?video=3000583164

La semaine dernière, Rubio a demandé que Poutine et Assad soient inculpés : « Poutine est un criminel de guerre qui assiste un autre criminel de guerre » a dit Rubio.

Voici la liste des diplomates russes morts depuis novembre 2016 :

  • Andrei Karlov
  • Peter Polshikov
  • Vitaly Churkin
  • Alexander Kadakin
  • Andrei Malanin
  • Sergei Krivov

Conclusion

Je ne peux que concourir à cette affirmation tout en constatant un phénomène étrange à mes yeux : en France, le soutien ou la critique de la Russie de Poutine suit une ligne politique assez précise : la gauche dénonce Poutine, la droite et l’extrême droite le soutiennent et l’approuvent.

Cela me dérange. Il n’est pas acceptable à mon sens que le comportement criminel d’un pays ou d’un dirigeant soit examiné au travers d’un filtre politique ou idéologique, mais selon les faits, et j’encourage les lecteurs de Dreuz à méditer cette réflexion avant de se jeter sur leur clavier pour m’accuser de soutenir Assad, ce que je n’ai ni écrit ni sous-entendu !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz