Publié par Dreuz Info le 13 avril 2017

« Les professeurs de la Sorbonne ne savent traditionnellement pas lire. » Jean Dutourd de l’Académie française. Lettre à Anatoly Livry du 16 octobre 2006

La Seconde Guerre mondiale n’est de facto pas terminée.

Elle est constamment rallumée dans les esprits des Européens, et notamment des Français. Voilà pourquoi trois générations après sa fin officielle, l’état psychique des électeurs français peut être comparé aux décombres de Dresde et d’Hiroshima. Car ce ne sont pas les vagues successives d’allogènes qui submergent la France et la meurtrissent de diverses manières qui assassineront cette vieille nation créatrice d’une culture supérieure et héritière d’un passé européen plus glorieux encore, mais ces produits de l’éducation post-Seconde Guerre mondiale, ces Français de souche totalement écervelés.

Charnellement lié à l’Université française, j’ai pu moi-même observer de l’intérieur ce désastre éducatif, à savoir ce grand schisme victorieux qui nous a fabriqué en France des légions d’écervelés. A eux, il suffit de lancer un mot : « Fascisme ! » pour qu’ils réduisent à néant le dernier espoir de leur salut, même si encore trop faible, actuellement incarné par la fille de monsieur Jean-Marie Le Pen.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

En effet, la quasi-totalité des éducateurs et de leurs produits sont adeptes, sous diverses formes, d’un trotskysme rampant, mus par des réflexes bestiaux, incapables de se concevoir hors de la meute et méconnaissant toute tradition, histoire ou beauté. Les autres, eux minoritaires, appartiennent à cette « droite » française paranoïaco-hystérique et, au prétexte qu’ils entendent quelques mots de latin à la messe du dimanche, se prennent pour Charette. Pourtant, dès que le côté majoritaire sinistre fronce un peu les sourcils, ils se rangent au premier rang, courant dénoncer leurs ennemis afin de ne pas être mis au pilori : « Dénonce le premier et tu seras protégé par la racaille » tel est l’ordre de la phobie soviétique qui gouverne la pseudo dextérité française.

Je suis le premier à être désespéré de ce cadavre ambulant qu’est devenue la France. Il est néanmoins obligatoire d’adopter ce pessimisme afin d’alerter sur le danger pour toute la civilisation occidentale que représente cette niaiserie prétendant que sans une violence exercée sur soi-même, l’ordre en Europe et en France sera rétabli. D’ailleurs, en tant qu’amateur de comédie, je serais curieux de voir un second tour des présidentielles opposant Marine Le Pen à François Fillon. Certainement nous refera-t-on le coup de 2002 et aux tyrans du gouvernement et aux médias se joindra la plèbe professorale submergeant nos cités sous une jeunesse débile hurlant ce slogan à la gloire chiraquienne : « Plutôt un escroc qu’un facho ! ». Je me demande avec une curiosité toute courtoise quel camp rejoindront alors nos braves Français « antifascistes » …

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Dr Anatoly Livry, Bâle, Suisse pour Dreuz.info.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz