FLASH
[13/12/2018] Chérif Chekatt a été abattu par la police à Strasbourg  |  Pollution : le tribunal de l’Union européenne juge – trop élevées – les limites d’émissions des diesels  |  2 heures avant l’attentat de Strasbourg, la garde des sceaux annonçait qu’elle ne prendrait pas de sanction contre le juge ayant libéré par erreur un djihadiste dangereux  |  La fécondité baisse pour toutes les femmes en France, sauf les immigrées, selon l’INSEE  |  Hassan Nasrallah, le leader du Hezbollah, aurait déclaré dans un discours que la création d’Israël a épargné au groupe terroriste la peine de traquer les Juifs jusqu’au bout du monde  |  [12/12/2018] Saleh Omar Al-Barghouti, le terroriste de l’attentat d’Ofra et fils du fondateur de #BDS Omar Barghouti a été abattu lors d’une intervention de Tsahal à Ramallah  |  Le premier ministre britannique Theresa May joue son poste après un vote de défiance  |  La bénédiction d’Abraham se vérifie: « Je bénirai ceux qui te bénissent Je maudirai ceux qui te maudissent ». La #France s’est mise en travers d’#Israël. Elle en subit les conséquences. Ce n’est que le début  |  Non mais allo ! On peut même pas compter sur #Israël pour faire correctement de l’#Apartheid ! Une femme arabe #palestinienne va être maire adjointe de Haïfa  |  [11/12/2018] L’antisémitisme était la solution respectable pour se débarrasser des juifs d’Europe. L’antisionisme est la façon respectable de se débarrasser des juifs de Palestine  |  100 chrétiens enlevés lors de raids nocturnes dans une église chinoise clandestine  |  Chérif Chekatt, le terroriste de #Strasbourg est armé et n’a pas été interpelé, nuit multiculturelle en vue pour les habitants  |  #Strasbourg : le terroriste se nommerait Chérif Chekatt, né le 4 février 1989 à Strasbourg  |  #Strasbourg : tiens donc, BFMTV affirme que le terroriste fréquentait les milieux extrémistes musulmans (et pourquoi ne sont-ils pas démantelés ?)  |  #Strasbourg : le terroriste reste introuvable, des grenades ont été découvertes dans son logement – les gens, bloqués dans les bars, célèbrent la diversité à leur façon  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Pierre Lurçat le 14 avril 2017

Un public restreint mais attentif était venu écouter Waleed Al-Husseini présenter son dernier livre lors d’un petit-déjeuner organisé la semaine dernière à Paris par la C.J.F.A.I.(1)

Palestinien réfugié en France depuis quelques années, Al-Husseini préside le “Conseil des ex-musulmans de France”, composé “d’athées, de libre-penseurs, d’humanistes et d’ex-musulmans qui prennent position pour encourager la raison, les droits universels et la laïcité”. Il vient de publier un livre au titre éloquent : Une trahison française – Les collaborationnistes de l’islam radical devoilés* (Editions Ring). Dans son précédent ouvrage, Blasphémateur ! Les prisons d’Allah* (Grasset 2015), il racontait son parcours, qui l’a conduit de Qalqilya en Cisjordanie, à Paris, où il a trouvé refuge après avoir connu les geôles de l’Autorité palestinienne.

Contrairement à un cliché qui a la vie dure en Occident, l’Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas n’est pas plus laïque et tolérante que le Hamas

Contrairement à un cliché qui a la vie dure en Occident, l’Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas n’est pas plus laïque et tolérante que le régime dirigé par son rival, le Hamas, dans la bande de Gaza… En 2010, Waleed al-Husseini a ainsi été emprisonné pendant 10 mois par l’Autorité palestinienne, accusé du “crime” d’avoir publié sur son blog des articles critiquant l’islam et revendiquant son identité de Palestinien athée. Ayant fui l’obscurantisme et les tortures dans sa patrie palestinienne pour se réfugier en France, Al-Husseini relate dans son dernier livre la déception qu’il a éprouvée à l’égard de son pays d’accueil, dans laquelle il pensait trouver un havre de liberté et de défense de la laïcité.

Un tableau informé de la situation de la France à l’égard de l’islam

En même temps que le récit de ses déconvenues, Une trahison française est une analyse décapante et convaincante de la somme de faiblesses, d’incompréhension, de compromissions intellectuelles et politiques et de lâcheté, qui ont abouti à la situation actuelle. Le livre d’Al-Husseini, sous-titré “Les collaborationnistes de l’islam radical dévoilés”, ne contient pourtant aucun nom de ces “collabos”. Il ne s’agit pas d’un pamphlet ou d’un brûlot anti-islam, mais d’un ouvrage de réflexion et d’analyse, qui offre un tableau informé de la situation de la France à l’égard de l’islam. Observateur venu d’un pays musulman, Waleed al-Husseini porte un regard lucide et acéré sur l’état actuel de la France, ne s’encombrant pas de précautions oratoires pour dire ce qu’il pense et nommer les choses par leur nom.

Il rejette ainsi la notion d’un “islam modéré”, tout comme il récuse l’idée que l’islam serait majoritairement pacifique.

“En arrivant en France, relate-t-il, j’ai découvert le terme de ‘musulman modéré’, alors que dans ma Cisjordanie natale, ce terme n’existe pas, comme il n’existe pas dans les autres pays arabes et musulmans”.

Sa critique ne vise pas seulement les manifestations contemporaines de l’islam politique et guerrier (des Frères musulmans à Daech) mais remonte aux fondements d’une religion qui a d’emblée mêlé le politique et le religieux et n’a pas (encore?) réussi à accomplir sa réforme. Face à l’Etat islamique, l’erreur commise par les grandes puissances est selon lui de vouloir “éradiquer Daech, en tant que mouvement terroriste extrémiste”, sans s’attaquer à “ce que véhicule son idéologie, qui n’est autre que l’islam”. Cette affirmation radicale est toutefois tempérée par la distinction qu’il établit entre l’islam, foncièrement violent, et les musulmans : “Daech représente l’islam dans sa forme politico-religieuse, et non les musulmans en tant qu’individus”.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

“trahison” des intellectuels français (de gauche notamment), dont la plupart n’ont jamais fait l’effort de comprendre l’islam et son projet politique

Al-Husseini ne rejette pas pour autant la possibilité d’une réforme de l’islam, qu’il appelle de ses voeux. Mais celle-ci ne pourra venir à son avis qu’après la défaite de l’islam politique. On est très loin du discours apaisant sur l’islam de la plupart des politiques et des intellectuels français, auxquels il ne ménage pas ses critiques. Le reproche principal qu’il leur adresse est d’avoir cédé sur la laïcité, principal rempart de la République contre la vague montante de l’islamisation. Au lendemain des attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper casher, explique-t-il, “certains politiciens ont eu le culot de réclamer la réforme de la loi sur la laïcité pour la conformer aux exigences des musulmans”.

Cette “trahison” est avant tout, à ses yeux, celle des intellectuels français (de gauche notamment), dont la plupart n’ont jamais fait l’effort de comprendre l’islam et son projet politique. Il fait ainsi remonter la “décadence des intellectuels français” au soutien manifesté par Michel Foucault à la révolution islamique en Iran, dès 1978. Parmi les causes de cette cécité volontaire, Waleed al-Husseini pointe également du doigt le pacifisme de l’Occident, qui a “sacrifié ses valeurs” de laïcité et d’égalité des sexes, au nom de la cohabitation avec l’islam. Rejoignant l’analyse de la philosophe Alexandra Laignel-Lavastine, il estime ainsi que la peur du terrorisme et le refus de la guerre sont parmi les causes des victoires de l’islam en Occident.

Livre de combat, Une trahison française est un appel salutaire à une véritable défense active de la laïcité, “avant qu’il ne soit trop tard”.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Pierre Lurçat pour Dreuz.info.

(1) Confédération des Juifs de France et Amis d’Israël.

* En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz