FLASH
[22/08/2017] France, St Denis : la DGSI arrête un homme qui allait commettre un attentat – combien de morts évités ?  |  [21/08/2017] Houston : un antifa arrêté alors qu’il tentait de poser un explosif sur une statue confédérée  |  #Barcelona Younes Abouyaaqoub a bien été abattu, comme notre 1ere info le disait, en criant Allahu Akbar: 1 crevard islamo-nazi en –  |  Hidris B. l’auteur des deux attaques à la voiture bélier de #Marseilles, a 8 condamnations mais n’est pas fiché S  |  #Barcelona : selon certains médias le terroriste n’a pas été tué mais seulement arrêté (ce serait bien mieux)  |  A l’ouest de #Barcelona, la police a tué Younes Abouyaaqoub qui portait un ceinture d’explosifs  |  Bannon dt la parole est libéré veut que Trump déplac l’ambassade à Jérusalem et dit que c’est Kushner (son gendre Démocrate) qui bloque  |  En 2016, ISIS, et ceux qui s’en revendiquent, a fait plus de 1400 attaques dans le monde, et tué 7000 personnes (Reuters)  |  A Villeurbanne, un musulman étrangle une femme parce qu’elle fumait devant sa mosquée  |  L’ex vice président Joe Biden dit aux Kurdes qu’on verra un Etat Kurde dans cette génération  |  Leçon n°5 : une erreur n’est pas une Fake News. Une Fake News est une info avec *l’intention* de tromper  |  Le LIban vient d’éviter un attentat suicide sur un vol Australie – Abu Dhabi  |  #Barcelona : la police confirme que Younes Abouyaaqoub a tué Pablo Pérez avant de foncer sur 3 policiers  |  #Barcelona : un nouveau bilan fait état de 15 morts  |  « Je suis surprise du nombre de déséquilibrés en ce moment… » Valérie Boyer, députée LR des Bouches-du-Rhône. Respect, madame !  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michael Laitman le 17 avril 2017

Les derniers attentats terroristes prouvent que le président Trump contrôle bien les choses.

Mais s’il veut rendre sa grandeur à l’Amérique, il va devoir implanter le prochain niveau de « L’Amérique d’abord » : celui d’« unir les États-Unis. »

Malgré la controverse, à savoir si le président Trump aurait dû consulter le Congrès avant de déclencher le 7 avril une attaque de missile sur la base syrienne de Shayrat, dont les avions ont bombardé les civils au gaz sarin, le sentiment général est qu’une riposte militaire était nécessaire.

Il y a deux mois, l’ancien Premier ministre de la Suède, Carl Bildt, s’est moqué du Président Trump alors que celui-ci laissait entendre la possibilité qu’une attaque terroriste soit perpétrée en Suède par des migrants. M. Bildt a gazouillé : « En Suède ? Attentat terroriste ? Qu’a-t-il fumé ? » Deux mois plus tard, le Premier ministre actuel de la Suède a déclaré que la Suède « ne reviendra jamais » au temps de l’immigration de masse, après qu’un immigrant illégal a tué 4 personnes et blessé 15 autres en fonçant avec son camion dans le centre-ville de Stockholm.

Après des mois de dérision des déclarations de Trump, à l’effet que l’administration Obama l’avait espionné, lui et ses conseillers, Eli Lake de Bloomberg a révélé que Susan Rice, l’ex-conseillère à la sécurité d’Obama, l’avait effectivement fait. Selon moi, le Président Trump a prouvé qu’il mérite au moins qu’on lui laisse une chance de gouverner le pays, comme l’ancien vice-président, Joe Biden, l’a déclaré le mois dernier.

Que faire maintenant ?

Trump doit amener l’Amérique au niveau supérieur : consolider, unir, et fusionner la société américaine

Malgré les efforts persistants de CNN et du New York Times, ainsi que de leurs semblables, de discréditer le Président Trump, et en dépit de cadres supérieurs au sein du gouvernement qui semblent agir comme une cinquième colonne, Trump doit se presser de mettre de l’avant ses politiques et d’amener l’Amérique au niveau supérieur. Et par « niveau supérieur », j’entends consolider, unir, et fusionner la société américaine en un tout cohésif. En tant que président des États-Unis, c’est là son obligation première vis-à-vis du peuple américain, et rien d’autre ne lui vaudra autant de respect aux yeux du peuple américain.

L’époque Obama a été l’une des périodes les plus divisées vécue par les États-Unis depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, si ce n’est plus. Les fissures exposées par l’élection même de Donald Trump étaient en gestation depuis des décennies. Trump ne les a pas créées, mais son élection les a exposées. À travers toute la société américaine, une marginalisation accélérée est en train de se produire, et le centre se rétrécit rapidement des deux côtés de l’échiquier politique. Trump est arrivé au pouvoir dans ce qui pourrait être la dernière chance de l’Amérique de s’unir en une société avec un programme commun, des objectifs communs et une entente commune sur ce qui est bon pour l’Amérique. S’il échoue, le prochain président pourrait bien avoir à s’attaquer à des problèmes tels que des états proclamant leur indépendance du gouvernement central, des affrontements violents entre la police et les citoyens, et d’autres problèmes plus caractéristiques des pays du tiers-monde que pour un leader du monde libre.

Le fait que Trump ait été élu prouve qu’en dépit des essais des médias de dépeindre une autre image, le peuple américain le soutient largement. De la même façon qu’il a agi malgré les médias et s’est adressé directement au peuple américain durant les élections, il peut le faire encore plus efficacement en tant que président. Des mesures telles que donner aux « collèges et universités historiquement noires, une impulsion tant attendue, dans sa recherche à surpasser ses prédécesseurs, y compris le premier président afro-américain de la nation », peuvent lui faire gagner des points et sont un pas dans la bonne direction. Toutefois, si elles ne font pas partie d’une stratégie complète de connexion, ces mesures ne produiront pas le résultat souhaité.

L’un des principaux atouts du président est son approche commerciale de gouvernance. Il est disposé à modifier les politiques et le personnel. Comme c’est le cas, je dirais que Trump cherche à construire son cabinet auprès de personnes qui s’engagent dans la connexion de l’ensemble du peuple américain plutôt que dans la promotion d’un programme politique ou sectoriel spécifique.

Les défis actuels de la société américaine sont en effet lourds, mais une approche proactive peut produire des miracles. Le gouvernement ne devrait pas considérer les problèmes comme des crises isolées, mais plutôt comme des indicateurs de la désunion dans la société. Les tensions entre la police et les communautés afro-américaines, les problèmes LGBT, les lacunes économiques croissantes et la réduction de la classe moyenne mettent en évidence le manque de responsabilité mutuelle et l’absence du sens de l’interconnexion et de l’interdépendance dans la société. Le mode de travail devrait ressembler à celui d’une famille saine : il doit prioriser, mais sans ignorer des membres de la famille. Si Trump en arrive à voir les Américains de la manière qu’une famille saine traite tous ses membres, il ne fait aucun doute que l’Amérique sera de nouveau formidable.

Trump peut créer un précédent

Il y a un autre élément que le président devrait essayer d’utiliser.

Comme pour toute administration au cours des dernières décennies, celle de Donald Trump regorge de juifs dans des postes clés. Il est généralement admis que les juifs utilisent le pouvoir financier pour accéder aux meilleurs niveaux de l’administration. Pourtant, considérer leur succès comme un simple résultat de leur richesse passe à côté de la force des juifs. Les juifs sont au sommet principalement parce qu’ils sont de grands connecteurs, ce qui en fait des éléments clés dans le fonctionnement de tous les systèmes. À bien des égards, les juifs sont comme des pivots, des médiateurs qui aident à relier les gens afin de produire le résultat souhaité. Le problème est que chaque administration utilise les juifs afin de promouvoir son propre programme. Trump établira un précédent s’il les utilise pour promouvoir un programme d’unité américaine. Tout le monde en profitera.

Il existe une bonne raison pour laquelle les juifs excellent pour relier les gens. Le peuple juif est la seule nation au monde à avoir un anniversaire officiel. Selon la Torah, le 6e jour du mois hébreu de Sivan, en l’an 2488 du calendrier hébraïque (1272 av. J.-C.), le peuple juif a été proclamé, après avoir rempli la condition préalable de s’engager à s’unir « comme un seul homme dans un seul cœur ». Depuis lors, la montée et le déclin du peuple juif dépendent de son degré d’adhésion au principe de l’unité.

Pendant des siècles, les juifs ont enduré d’innombrables conflits et querelles internes. Ils les ont surmontés en appliquant la loi que le roi Salomon rédigeait succinctement : « La haine suscite les conflits et l’amour couvre tous les crimes. » (Proverbes 10:12) À un moment donné, au début de l’ère commune, ils ont perdu leur capacité de surmonter leur sectarisme et leur désunion. En conséquence, l’aliénation entre eux s’est transformée en une telle haine qu’elle a entraîné l’exil de la terre d’Israël et la ruine du Temple.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

« Est-ce que Jared Kushner est le “Juif de la Cour” du royaume de Donald Trump ? »

Les juifs sont restés des experts de la connexion, mais parce qu’ils ne voulaient plus relier la nation « comme un seul homme dans un seul cœur », ils ont utilisé la compétence qu’ils avaient perfectionnée depuis des siècles pour ne promouvoir que les intérêts de leur propre coterie. Comme les succès politiques nécessitent de bonnes relations pour accéder au sommet, les politiciens ont toujours gardé plusieurs juifs comme conseillers à leur côté. Le poste a même son titre officiel et dérogatoire : « Juif de la Cour ». Bien que plus souvent lié aux prêts monétaires et à la banque, le terme s’applique souvent à la politique. Tout récemment, Jonathan Levi du Forward Magazine a demandé : « Est-ce que Jared Kushner est le “Juif de la Cour” du royaume de Donald Trump ? » Il est clair que ce n’est pas l’argent de Kushner dont le président Trump a besoin. Le président estime qu’il a besoin de Kushner précisément là où il l’a placé, en tant que « conseiller principal ».

Rendre à l’Amérique sa grandeur

Si Trump veut vraiment respecter sa promesse de rendre sa grandeur à l’Amérique, il devra adopter une approche différente de celles de ses prédécesseurs. Cela nécessite également que les juifs dans son administration fonctionnent différemment que dans toutes les administrations précédentes. Pour que l’Amérique soit formidable, elle doit être une nation unie. Trump doit exiger que les juifs encouragent les liens et les rapports entre eux, des deux côtés de la carte politique, et étendent ensuite cette amitié au reste du peuple américain.

Si les juifs qui occupent des postes clés au sein des deux partis établissent la confiance et la responsabilité mutuelle entre eux, il sera beaucoup plus facile pour le président de concilier avec le Parti démocrate et d’établir un gouvernement qui bénéficie du plein appui du Congrès. Plus Trump attend, plus il lui sera difficile de fonctionner. Des éléments de discorde, comme Barack Obama, John McCain et Bernie Sanders, se renforceront par la poussée implacable des médias néolibéraux qui englobent presque tous les principaux médias d’information, y compris, dans une certaine mesure, Fox News.

Pour la plupart, les conseillers suggèrent à un dirigeant le chemin et les tactiques à adopter dans une situation donnée. Mais Donald Trump n’est pas votre président ordinaire. En tant qu’homme d’affaires, il comprend que pour obtenir des résultats, il faut agir. Il est un leader et déterminera l’aide qu’il désire recevoir de ses conseillers. S’il est intelligent, il leur demandera d’établir une feuille de route allant du sectarisme actuel à la confiance, à la coopération, et finalement à la cohésion de la société américaine et de l’établissement politique.

Non seulement cela rendra sa grandeur à l’Amérique, mais elle sera de plus un modèle pour toutes les autres nations, « une lumière pour les nations » pour ainsi dire. La mise en œuvre d’un plan de cette envergure inversera la trajectoire globale négative et garantira notre avenir, celui de nos enfants et des enfants de nos enfants.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Michael Laitman pour Dreuz.info.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz