Publié par Alain Leger le 19 avril 2017

L’aviation militaire américaine a intercepté deux bombardiers russes volant près des côtes de l’Alaska, lundi soir.

C’est la première fois qu’une telle provocation russe intervient depuis l’élection de Donald Trump. Deux bombardiers Tupolev TU-95 ont intentionnellement violé l’espace aérien américano-canadien connu sous le nom de « zone d’identification de la défense aérienne d’Alaska » une partie de l’espace aérien international près des îles aléoutiennes dans lequel tout avion doit s’identifier et indiquer le détail de son trajet et de sa destination selon les accords internationaux.

Les Etats-Unis ont fait décoller deux Lockheed Martin F-22 Raptor de la base aérienne d’Elmendorf à Anchorage, en Alaska, pour intercepter les avions russes.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Il n’y a pas eu de communication directe entre les avions américains et russes, mais trois responsables américains ont déclaré que les Russes ont « réagi très professionnellement ».

La fois précédente, Vladimir Poutine avait fait survoler des bombardiers russes à 40 miles des rives de Mendocino en Californie le 4 juillet 2015, jour où l’Amérique fête son indépendance, et pendant que ses avions volaient au large des côtes californiennes, le Président Poutine, pour narguer Obama, l’avait appelé au téléphone pour lui souhaiter un joyeux Jour de l’indépendance.

Le Pentagone a confirmé l’incident. Le Président Trump n’a pas pour l’instant réagi.

Ce week end, Vladimir Poutine a déclaré que Donald Trump est un homme plus dangereux que le leader coréen Kim Jong-un, ce qui a plongé les Démocrates dans une profonde déprime, car ils font circuler depuis 6 mois la fausse information que Trump et Poutine sont alliés et que ce dernier a permis à Trump de se faire élire en influençant l’élection américaine.

Les premiers analystes considèrent que l’incursion russe est destinée à montrer les dents à Trump afin de ne pas perdre la face, car les Russes sentent que le rapport de force leur échappe au profit de Donald Trump, dont le double exploit en Afghanistan et en Syrie a marqué les esprits des dirigeants des grandes puissances mondiales.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Alain Leger pour Dreuz.info.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz