Publié par Yoann Saby le 2 avril 2017
Imaginez la réaction des médias si ce slogan était accroché sur le vêtement d’un militant du FN, au lieu d’un communiste

Ce n’était donc pas un poisson d’avril. A 14 h ce samedi a eu lieu en plein Paris une manifestation ouvertement antisémite, rassemblée autour du mot d’ordre «Séparation du CRIF et de l’Etat», en écho au vieux cliché antisémite que les juifs contrôlent le pouvoir en sous-main pour leur sombres desseins.

En réaction, une contre-manifestation a été organisée au pied levé, et environ 500 personnes ont marqué de leur présence leur refus de laisser l’antisémitisme reprendre sa place comme un cancer dans la société française. C’est très peu. Malheureusement la police les a empêchés d’accéder aux manifestants antisémites antisionistes, comme le dit l’auteur de la vidéo ci-dessous.

La manifestation a été autorisée par la Préfecture de police parce qu’elle était organisée par des associations d’extrême gauche, anarchistes, communistes, musulmanes, qui sont dans les petits papiers du régime socialiste au pouvoir. La Maire de Paris, elle aussi socialiste, a attiré l’attention du Préfet sur son caractère antisémite, mais n’a pas suggéré son interdiction :

On ne peut que regretter que l’Etat laisse ainsi s’exprimer, alors que nous sommes toujours en Etat d’urgence, le pire du complotisme.

Laisser crier «mort aux juifs» dans les rues de Paris est redevenu acceptable si ceux qui crient sont de gauche ou musulmans. S’ils étaient à l’extrême droite, je ne crois pas que l’on puisse se représenter comment les médias auraient réagi.

La préfecture a autorisé la manifestation de la haine et a interdit la manifestation contre cette saloperie.

J’ai tant honte. La préfecture ne fait pas son travail. Sur ces photos, la police les empêcher d’accéder aux manifestants antisémites.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Parce que les manifestants étaient tous de gauche et d’extrême gauche, anticapitalistes, communistes maoïstes, anarchistes, pro-palestiniens, et venant d’associations pacifistes, les médias n’en ont pas parlé.

Cette fois, ils n’ont pas sorti ces affiches :

Mais voici ce qu’ils ont publié sur les réseaux sociaux :

Je ne pense pas que la justice française condamnera les personnes qui ont laissé ces commentaires. Je ne pense pas non plus que SOS Racisme se sentira concerné.

Pour connaître les noms des groupuscules et associations antisémites qui étaient présents à la manifestation, je vous conseille l’article de Christian Larnet.

Ces organisations sont souvent marginales, mais le soutien que leur apportent les mairies, syndicats, partis politiques et médias de gauche leur donne une visibilité sans commune mesure avec leur poids réel. Tous ceux qui se compromettent dans ce genre de soutien portent une grave responsabilité dans la dérive antisémite et antisioniste– ce sont les deux faces d’une même pièce– de notre vie politique et sociale en France.

Quelles larmes de crocodile verseront demain les politiques qui depuis des années laissent réapparaître cette nouvelle version d’un mal qu’on supposait disparu ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Yoann Saby pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

23
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz