Quantcast
Publié par Gaia - Dreuz le 5 mai 2017

Incompréhension. Marine Le Pen a été vivement critiquée après le débat pour l’avoir « noyé sous une avalanche d’intox », comme le titrait Libération. Pourtant, certaines d’entre elles semblent être véridiques.

Le vaste « fact-checking » (vérification d’informations)  opéré par les médias  après le débat entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen a accouché de bien des reproches à l’encontre de la candidate du FN, taxée d’intox à répétition. Au rayon des informations délivrées par celle qui a terminé deuxième du premier tour, celle concernant SFR a été jugé erronée. On peut notamment lire que ce que racontait Le Pen était faux sur LCI, Libérations, Challenges et bien des sites d’informations.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Pourtant, le site de BFMTV expliquait, le jour de la vente de SFR à Numéricable, qu’Emmanuel Macron a bel et bien joué un rôle prépondérant dans la vente de l’entreprise française et qu’il était ministre de l’Économie à ce moment (il est devenu ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique  le 26 août 2014). On peut lire « Son successeur Emmanuel Macron a, pour sa part, béni ce même rachat. Le 28 octobre, le ministre de l’Economie a discrètement donné son feu vert à l’opération ».

Soutenez Dreuz financièrement, cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

On rappelle que pour se défendre face à l’accusation de Marine Le Pen, le fondateur d’En Marche ! a déclaré « Je n’étais pas ministre quand SFR a été vendu ». Alors, intox ?

© Gaïa pour www.Dreuz.info

Source : Valeursactuelles.com

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz