Quantcast
FLASH
[22/09/2019] Élection israélienne. La liste arabe unie donne son mandat à Gantz pour faire tomber Netanyahu  |  Élection israélienne. Il est intéressant de noter que le President Rivlin a rappelé à la délégation de Gantz que @netanyahu n’a pas été inculpé  |  Élection israélienne. Gantz a rencontré les dirigeants des partis de gauche et ils ont clarifié leurs plans pour le prochain gouvernement : remplacer @netanyahu  |  Élection israélienne. La réunion de la liste arabe s’est terminée sans décision de recommander Gantz comme 1er ministre  |  Ministre hongrois des Affaires étrangères sur les quotas de redistribution des migrants décidée par Macron: « Nous les rejetons ! »  |  Un avion de combat non identifié a bombardé une base militaire appartenant à des terroristes chiites soutenus par l’Iran dans la région d’al-Anbar dans l’ouest de l’Irak. Aucune victime signalée  |  [21/09/2019] ISIS revendique l’explosion d’un bus qui a fait 19 morts en Irak  |  1er ministre australien: « L’une des nombreuses choses que Trump et moi avons en commun, c’est la passion du travail bien fait… Je le félicite la création d’emplois aux États-Unis  |  Militants pour le Climat et Black bloc, même combat, les deux groupes manifestent ensemble en ce moment à Paris  |  #GiletsJaunes: À 14 heures, 123 interpellations et 174 personnes verbalisées à Paris  |  L’Obs affirme que Michel Onfray « souscrit aux thèses d’Asselineau » – Onfray dénonce la fake news sur son site  |  Iran : augmentation du trafic d’organes  |  #Giletsjaunes, 106 interpellations à 13 h – ça rigole pas  |  #Giletsjaunes, le nouveau souffle ? 9 interpellations à Paris dans les manifestations  |  [20/09/2019] Le maire communiste de New York Bill de Blasion, qui a défiguré New York, abandonne la course à la présidence – il était à zéro % !  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 25 mai 2017

Il est regrettable qu’un intellectuel de la qualité d’Eric Zemmour se laisse aveugler par le Trump bashing ambiant dans le monde médiatique français.

J’ai été alerté par des amis que dans sa rubrique sur RTL (« Les princes de Ryad ont eu chaud »), Eric Zemmour se soit totalement laissé influencer au point de comprendre tout de travers concernant le Président Trump.

Dans son intervention, Zemmour – dont je n’écoute jamais les prises de position mais souhaite pour lui qu’elles ne sont pas toutes autant truffées d’approximations – aligne les contresens et les contre vérités à cadence rapprochée.

Premier contresens : Trump et la Russie

Par un premier contre sens, Zemmour affirme que Trump aurait dû naturellement se réjouir du rapprochement d’Obama avec l’Iran, car « derrière l’Iran il y a la Russie et Trump voulait justement se rapprocher de la Russie ».

Non monsieur Zemmour. Respectueusement, votre explication est tellement vague qu’elle est fausse. Trump ne veut pas « se rapprocher » de la Russie pour le simple désir de se rapprocher de la Russie, mais pour unir les forces des deux puissances contre un ennemi commun – et c’est probablement le seul point commun entre les deux pays : la menace terroriste. Voilà pourquoi il veut se rapprocher de la Russie, et il l’a tellement souvent expliqué en détail, que je me demande si vous l’avez assez écouté lui, Donald Trump, ou si vous vous êtes contenté des propos déformés rapportés par CNN (dont une étude d’Harvard a constaté que 93% de leurs interventions sur Trump sont négatives).

Pour cela, Trump doit convaincre le Président Poutine d’abandonner son soutien à l’Iran. Et comment mieux le convaincre qu’en montrant un front sunnite, adossé à Israël, et aligné derrière les Etats-Unis ?

Second contresens : la confusion entre campagne électorale et présidence

Eric Zemmour accuse Trump d’avoir « pendant sa campagne, multiplié les tweets ravageurs contre le pays [Arabie saoudite] qui veut asservir les femmes et tuer les homosexuels », et s’étonne que « souvent Trump varie, fol qui s’y fie ».

Durant sa campagne, Donald Trump a dit beaucoup de choses et a attaqué beaucoup de monde pour gagner l’élection, et nous savons nous, aux Etats-Unis, que ses attaques et ses prises de position de candidat doivent être séparées de ses prises de position de président – et je ne parle pas là de promesses de campagne, car il les tient.

Je prendrais un seul exemple, très significatif : Hillary Clinton.

Trump a plusieurs fois pendant sa campagne dit que Clinton méritait la prison en raison du scandale des emails, pour avoir mis en danger les secrets d’Etat avec son serveur de mails privé et ses mobiles non sécurisés qu’elle utilisait même lors de déplacement dans des pays hostiles.

Ce sujet a hanté Clinton pendant toute la campagne.

Pendant le second débat présidentiel du mois d’octobre, Trump a même publiquement lancé à Hillary que s’il était élu, il ferait nommer un procureur spécial pour enquêter sur elle, et que s’il était en charge du pays, « vous seriez en prison ».

Une fois élu, les sympathisants de Trump ont réclamé la nomination d’un procureur spécial. Dans ses meeting, on entend des dizaines de milliers de personnes scander « lock her up! » (mettez la en prison).

Qu’à répondu Donald Trump lorsque la question lui a été posée par Mike Grynbaum, un journaliste du New-York Times, fin novembre 2016 ? (source : theguardian.com) :

“Je ne veux pas faire de mal aux Clinton, vraiment pas. Elle a eu des moments difficiles et elle a beaucoup souffert et de nombreuses différentes façons.”

Lorsque Grynbaum a insisté pour savoir s’il nommerait un procureur spécial, le président élu lui a répondu :

“non, c’est juste une chose pour laquelle je ne suis pas du tout convaincu.”

Puis la journaliste Maggie Haberman lui dit que ses supporters seraient furieux que Trump laisse Clinton tranquille, Trump lui répondit :

“je ne crois pas qu’ils seront déçus. Je pense que je vais leur expliquer que pour de nombreuses raisons [ne pas la poursuivre en justice] va aider à sauver notre pays.”

Je suis convaincu, Monsieur Zemmour, que vous n’avez jamais entendu parlé de cette interview et des réponses de Donald Trump, car elles montrent son coté humain, son grand cœur, et aucun média n’aurait toléré que des Français apprennent que Trump est un homme au grand cœur.

Voilà pour expliquer à Zemmour que s’accrocher à un tweet ou deux de Trump durant la campagne pour mettre en cause sa politique étrangère n’est pas très élaboré, comme réflexion.

Troisième confusion : « islam religion de paix »

Zemmour semble dire que Trump aurait parlé de l’islam comme d’une religion de paix. Avez-vous écoutez le discours de Trump à Riyad monsieur Zemmour ? Si oui, avez-vous une bonne maîtrise de l’anglais ?

Zemmour dit : « refuser l’entrée de ressortissants venus de pays musulmans pour protéger l’Amérique, puis chanter les louanges de l’Arabie Saoudite… »

Il semble que Zemmour parle ici d’un sujet qu’il ne connaît pas du tout.

La loi anti-immigration de Trump vise 7 pays musulmans et pas les 50 pays musulmans. Pourquoi ces 7 pays ? Parce qu’ils ne disposent plus d’un Etat centralisé, organisé, fonctionnel, qui puisse communiquer aux services d’immigration américains les renseignements qui permettent de savoir si les gens qui se présentent aux frontières sont des terroristes ou des réfugiés. C’est facile à comprendre, c’est largement à la portée du bon sens de Zemmour – encore faut-il qu’il l’ait lu dans les bons médias, et ils sont rares – et je peux trouver ici une excuse à Zemmour puisque, toujours selon l’étude publiée par Harvard, la couverture des médias de la loi sur l’immigration de Trump est 96% négative ! (source : cnsnews.com).

Quatrième confusion, et la plus grave : Zemmour n’a pas compris (ou pas vu) le discours anti-islam de Trump

« Trump parle désormais comme un banal Bush junior », lance Zemmour. De mon doute, je passe à une certitude, Zemmour n’a pas compris ce qu’a dit Trump (où il ne l’a pas vu, et s’est contenté des comptes rendus hostiles, comme beaucoup)

  • Bush a fait cette déclaration célèbre au lendemain du 11 septembre : « vous êtes soit pour nous, soit contre nous ». Exactement, il a dit :

« Chaque nation, dans chaque région, a une décision à prendre. Soit vous êtes avec nous, soit vous êtes avec les terroristes. »

  • Trump s’est profondément démarqué de Bush. Il n’a pas mis les nations arabes devant un ultimatum, autoritaire. Il leur a dit de prendre leur destin entre leurs mains. Il a déclaré :

« L’Amérique est prête à vous assister dans la poursuite de nos intérêts communs et de notre sécurité commune.

Mais les nations du Moyen-Orient ne doivent pas attendre que l’Amérique écrase cet ennemi pour eux. Les nations du Moyen-Orient devront décider quel genre de futur ils veulent pour eux-même, pour leurs pays, et pour leurs enfants.

C’est un choix entre deux futurs — et c’est un choix que l’Amérique ne PEUT PAS faire à votre place. »

Il y a un gouffre de différence entre un Bush qui a imposé aux nations arabes de choisir leur camp, et Trump qui leur a proposé de les assister si c’est leur choix, et seulement si c’est leur choix, et certainement pas de faire le travail à leur place.

  • Par ailleurs, Bush a voulu démocratiser l’Irak.
  • Qu’à dit Trump ? Tout l’inverse monsieur Zemmour :

« l’Amérique ne cherchera pas à imposer son mode de vie sur les autres, mais à tendre la main dans un esprit de coopération et de confiance. »

Eric Zemmour, il est regrettable que vous vous soyez arrêté à des aspects superficiels de la visite de Trump en Arabie saoudite, car vous avez totalement loupé une occasion d’analyser un discours unique où le Président Trump a fait des déclarations historiques aux pays arabes.

Les voici car elles vous sont passées au dessus de la tête :

Défense des femmes

Le Président Trump a eu l’audace d’appeler le monde musulman à traiter la femme d’égale à égale.

Zemmour déçoit qu’il ne l’ait pas vu.

« Les jeunes garçons et filles musulmans devraient être libérés de la peur, être à l’abri de la violence, et les innocents protégés de la haine. Et les jeunes hommes et femmes musulmans devraient avoir la possibilité de construire une nouvelle ère de prospérité pour eux-mêmes et les leurs, » dit Trump qui ajoute, « Et cela veut dire aussi se dresser ensemble contre le meurtre d’innocents musulmans, l’oppression des femmes »

Trump s’est élevé contre « l’oppression des femmes » monsieur Zemmour, et vous avez raté ça !

Terrorisme islamique

« jetez les terroristes hors de vos lieux de culte »

Ce fut probablement la partie la plus forte du discours de Trump, celle où il appelle les nations musulmans à « jeter les terroristes hors de vos lieux de culte », et celle que rien n’excuse Zemmour d’avoir loupé.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Voici ce que Trump a dit :

Un meilleur futur n’est possible que si vos nations [il s’adresse aux 50 nations musulmans je précise bien] se débarrassent du terrorisme et des extrémistes.

JETEZ – LES – DEHORS.

JETEZ LES HORS de vos lieux de culte.

JETEZ LES HORS de vos communautés.

JETEZ LES HORS de vos terres saintes, et

JETEZ LES HORS DE CETTE TERRE.

[…]

Les pays musulmans doivent être prêts à assumer leurs responsabilités, s’ils veulent que nous vainquions le terrorisme et que nous envoyions cette idéologie perverse dans l’obscurité.

Chaque pays de cette région a un devoir absolu de s’assurer que les terroristes ne trouvent aucun abri sur leur sol.

[…]

Cela veut dire affronter honnêtement la crise de l’extrémisme islamique et les groupes terroristes islamiques qu’il inspire.

[…]

Les leaders religieux doivent être très clairs là dessus : la barbarie n’apportera aucune gloire – l’adoration du mal ne vous apportera aucune dignité. Si vous choisissez le chemin de la terreur, votre vie sera vide, votre vie sera courte, et VOTRE ÂME SERA CONDAMNÉE.

[…]

Le terrorisme s’est étendu dans le monde. Mais le chemin de la paix commence exactement ici, sur cette terre ancienne, cette terre sacré.

Et tout ce que Zemmour a retenu des déclarations de Trump, c’est lorsque Trump a dit « c’est l’éternelle lutte entre le bien et le mal » ? A l’école, on aurait collé zéro à Zemmour sur cette mauvaise analyse de texte.

Juifs et Chrétiens doivent vivre en terre d’islam

Donald Trump a déclaré ceci à la face des dirigeants musulmans, et je ne crois pas avoir jamais entendu quiconque prendre une position si forte en défense des juifs et des chrétiens :

« Pendant des siècles, le Moyen-Orient a été le lieu où vivaient côte à côte les Chrétiens, les musulmans et les juifs. Nous devons pratiquer la tolérance et nous respecter les uns les autres à nouveau — et faire de cette région un endroit ou chaque homme ou femme, quelque soit sa foi et son ethnie, puisse vivre dans la dignité et l’espoir. »

Puis, s’adressant directement aux dirigeants musulmans réunis il dit :

[vous devez] affronter honnêtement la crise de l’extrémisme islamique et les groupes terroristes islamiques qu’il inspire. Et cela veut dire aussi se dresser ensemble contre le meurtre d’innocents musulmans, l’oppression des femmes, la persécution des juifs, et le massacre des chrétiens. »

Zemmour : « contre …la persécution des juifs et le massacre des chrétiens ». Comment avez-vous pu laisser passer cela ?

Conclusion

Si pour Eric Zemmour, tout cela revient à « flatter les potentats saoudiens », je me dis qu’aveuglé par une vision figée par les préjugés, Zemmour est atteint de la même maladie que les gauchistes : il ne laisse pas la réalité contredire ses verdicts.

Une chronique de Newt Gingrich vient d’être publiée dans le Washington Post. Ex chef du parti Républicain à la Chambre des représentants de 1995 à 1999 et brillant commentateur politique américain, Gingrich fait en substance cette réflexion qui s’il le connaissait, s’appliquerait parfaitement à la superficielle analyse de Zemmour :

« Cette semaine, alors que le Président Trump a tenu un discours historique en Arabie saoudite devant les leaders de plus de 50 nations à majorité musulmane, les journalistes, dans leurs premières réactions, en se concentrant sur les aspects éphémères [de la visite] sont presque totalement passés à côté de l’importance du moment : un changement titanesque de politique étrangère juste sous nos yeux. »

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz