Publié par Christian Larnet le 27 mai 2017

Gilles William Goldnadel dénonce le deux poids deux mesures du CSA qui réagit au sketch réputé «homophobe» d’Hanouna.

Juger d’homophobe les propos d’Hanouna ne relève de pas grand chose, guère plus qu’une question d’interprétation, d’opinion personnelle qui peut faire l’objet de totale diabolisation et d’un mise au banc médiatique et social si la gauche le décide – ce qui ne devrait pas exister dans le pays des droits de l’homme.

Cette démarche du CSA est surtout une mesure répressive destinée à aligner derrière le politiquement correct progressiste toutes les têtes qui dépassent.

D’ailleurs, dit Goldnadel, quand Laurent Ruquier appelle au meurtre du président américain Donald Trump – un dérapage dont la gravité fait s’allumer en rouge les articles du Code pénal et vous mène directement à la case prison si vous êtes de droite – là le CSA reste d’une indifférence de marbre parce que l’élite médiatique avec laquelle fricotent les membres du CSA ont décidé que Trump est une cible légitime.

Et l’on ne compte plus les gogos qui se laissent mener par le bout du nez au point que Trump, à force de lire des choses négatives et jamais rien de positif sur les accomplissements importants du président, l’ont dans le nez.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz