FLASH
[19/08/2017] JPG le prévoyait ce matin, et voilà: 3 sénateurs demandent 1 enquête sur Sebastian Gorka, conseiller de Trump et des liens aux nazis  |  #Finlande, la police traite l’attaque comme un acte terroriste. Le jihadiste marocain était un migrant demandeur d’asile  |  #Barcelone : c’est l’Etat islamique en Allemagne qui a revendiqué les attentats de Barcelone  |  #Barcelona: Un imam de Ripoll pourrait être impliqué dans la série d’attentats  |  L’État islamique revendique également l’attentat de #Cambrils (1 mort 6 blessés)  |  Effet #Trump : le nombre hebdomadaire de chômeurs vient de baisser à son plus bas point depuis mars 1973  |  #Barcelona: Les explosifs de l’atelier de fabrique des bombes d’Alcanar qui a sauté sont les mêmes que pour les attentats de Paris  |  Russie : attaque au couteau à Surgut – 8 blessés. Assaillant tué par la police  |  Attentat de #Finlande : le jihadiste est un marocain (comme à Barcelone) – 5 autres ont été arrêtés  |  [18/08/2017] Quand il y a 1 attentat en Israël, Barcelone dit « les islamistes résistent aux crimes d’Israël ». Barcelone a commis quels crimes?  |  On peut supposer que le général Kelly a exigé le départ de Steve Bannon, conseiller de Trump  |  Après les attentats, la Pologne appelle l’UE à «fermer la porte» à l’immigration  |  Steve Bannon évincé de la Maison-Blanche. Pourrait retourner à Breitbart News  |  Venezuela : l’assemblée pro-gouvernement confisque le pouvoir à l’opposition  |  Sur Facebook, la députée du Missouri dit espérer que « Trump sera assassiné ». Le gouverneur demande sa démission  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 17 juin 2017

Alors que des vidéos de candidats macronistes incapables d’aligner deux phrases sur les plateaux de télévision circulent sur Internet, que plusieurs d’entre eux ont carrément refusé les débats pour ne pas se ridiculiser, les Français vont déposer un bulletin dans l’urne pour eux.

«Une sorte d’abaissement et d’affaissement démocratique». Le candidat Les Républicains (LR) Hervé Novelli ne mâche pas ses mots après le refus de son opposante LREM Fabienne Colboc, arrivée en tête (34,39%), de débattre face à lui d’ici au second tour.

La confrontation télévisée du premier tour «a dû jouer dans son refus de débattre, car on voyait clairement qu’elle ne maîtrisait pas les dossiers», estime le candidat qui se présente en Indre-et-Loire, «je pense qu’il y a la volonté de ne pas prendre de risques».

Pourquoi prendrait-elle des risques ? Les Français vont donner une majorité écrasante à des gens sans aucune expérience ni aucune culture politique, et qui n’ont jamais été élus ailleurs qu’à l’association des Parents d’élèves de l’école de leurs enfants.

Se trompant de cibles, la candidate Fabienne Colboc est devenue objet de moquerie des réseaux sociaux, alors que ceux qui méritent les moqueries sont ses électeurs.

Dans cette vidéo, on voit la candidate largement en tête mise en difficulté par une question toute simple sur le modèle social français auquel elle ne comprend rien.

«Ma force, c’est le terrain (…), c’est pourquoi j’ai refusé l’autre débat», s’est justifiée la candidate auprès de France Bleu Touraine.

Refus et fuites en cascade

Même situation dans le Rhône, où la candidate arrivée en première position (32,08%), Anissa Khedher, est tellement nulle qu’elle a décliné l’invitation d’un média local.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

«C’est la République en fuite», estime son adversaire LR-UDI Alexandre Vincendet, qui ne comprends pas non plus que ce sont les Français qui ont voté massivement pour cette cruche.

Dans la vidéo, on voit la candidate LREM, bafouiller, lire une feuille qu’elle ne comprend pas, avec des phrases toutes faites prises du parti d’Emmanuel Macron, et finit par avouer son incompétence à se positionner sur la suppression de la réserve parlementaire. Mais les vrais incompétents sont les 32.08% de gens qui vont l’envoyer à l’Assemblée nationale sans comprendre qu’elle ne sera pas capable de faire autre chose que de voter ce qu’on lui dit de voter. Sans rien piger.

Anissa Khedher, prudente, a également refusé tout nouvel échange avec son concurrent !

D’autres candidats LR se plaignent de ne pas pouvoir débattre avec leur opposant LREM qui se planquent et ont peur de se montrer.

  • C’est le cas de Guillaume Larrivé dans l’Yonne,
  • Nicolas Florian en Gironde,
  • Jean-Michel Fourgous dans les Yvelines,
  • Arnaud de Courson à Clichy,
  • Nicolas Dhuicq à Troyes où se déroule la seule triangulaire avec trois candidats présents au second tour.
  • Le FN Jean Messiha, dans l’Aisne, fait lui aussi face à un «candidat fantôme» après que les débats face à lui, à la télévision et dans la presse locale, ont été avortés.
  • Eric Coquerel, de la France Insoumise (FI), au eu une fin non-recevoir du candidat macroniste Sébastien Ménard qui refuse de débattre. «Je ne sais même pas si les candidats LREM sont capables de défendre le programme de Macron», lâche le soutien de Jean-Luc Mélenchon.
  • Le candidat FI Pascal Le Brun, dans le Rhône, a retourné le refus de son concurrent en un coup de communication contre lui: il a organisé un débat factice où une voix off simule les réponses du candidat LREM.

«On sent très bien qu’il y a une consigne nationale», pour ne pas exposer les candidats incapables, estime le LR Guy Geoffroy, largement devancé par une candidate archi nulle LREM dans la 9e circonscription de Seine-et-Marne.

Geoffroy a raison, mais son raisonnement ne va pas assez loin.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Emmanuel Macron a été élu par des Français immatures sur le plan politique, qui ont décidé de voter pour lui sans connaître son programme. Cette méthode a fonctionné et l’a envoyé au poste le plus haut de l’Etat. Macron espère, et il raison, que la même méthode qui consiste à ne pas faire appel à l’intelligence des Français fonctionnera pour les législatives.

Souvenez-vous de sa prestation où il lit son programme en public, s’excuse de ne pas comprendre ce qu’il lit, convient que c’est incompréhensible, affirme : « je veux instaurer une relation de clarté, mais je ne comprends pas ce que je viens de dire » et est acclamé.

Il a été élu avec ce genre de pantalonnade, ses candidats à l’Assemblée le seront aussi, croyez-moi.

Jean-Pierre Delevoye, président de la commission chargée de choisir et d’investir les candidats macronistes explique même à merveille combien le Parti méprise les Français, et combien il a raison, vu comment ils ont voté comme des bœufs une majorité écrasante à des futurs parlementaires amateurs : «Quelle prétention du système que de penser que seuls des candidats expérimentés peuvent accéder à la fonction de député!», ajoutant en toute candeur : «des candidats qui affichent leurs faiblesses, cela m’intéresse» car ils voteront ce qu’on leur dit de voter sans comprendre, et donc sans discuter.

Je dis depuis longtemps que les Français en tant que peuple n’ont aucune maturité politique.

L’incohérence du vote des Français me donne raison au delà de mon désespoir. Songez-donc :

  1. A peine 12 millions de Français – sur 47,6 millions – ont voté pour Emmanuel Macron, constate le sondage sur le sens des votes d’IPSOS/SOPRA STERIA.
  2. Et derrière ce vote microscopique, les Français lui offrent une majorité écrasante à l’Assemblée nationale ? Si vous comprenez la logique, mettez-moi un petit mot.

Aux Etats-Unis, en 2012, nous avons réélu Barack Obama pour un second mandat alors que nous n’étions pas très heureux de son programme, mais Mitt Romney a été très mauvais lors du dernier débat et a fait une campagne moyenne. Mais au moins, parce que nous n’avions plus trop confiance en lui, nous avons eu l’intelligence politique de donner une majorité aux Républicains au Congrès afin de ne pas laisser tous les pouvoirs à Obama.

Les Français n’ont pas cette intelligence et cette compréhension et ils vont élire des clowns et des branquignols à l’Assemblée ! Ils auraient pourtant bien été avisés de s’inspirer un peu de nous.

Les législatives, c’est l’élection des neuneus par des neuneus.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz