Publié par Nancy Verdier le 20 juin 2017

Un attentat terroriste a heureusement avorté ce lundi 19 juin, vers 15 h 40, sur les Champs-Elysées.

Le secteur près du Théâtre Marigny a été immédiatement bouclé et la station de métro Champs-Elysées Clemenceau, fermée par mesure de sécurité.

Adam Lofti Djaziri circule à bord d’une Renault Megane. Il fonce sur un escadron de gendarmes mobiles de Chaumont (Haute-Marne) qui progresse en direction de la Place de la Concorde pour y sécuriser une manifestation contre la loi Travail.

L’individu arrivé par la droite de l’escadron. Il percute deux fois le fourgon de police de tête. Les forces de l’ordre, constatant qu’une fumée jaune sort de l’arrière de la Renault Megane qui s’est immobilisée, cernent la voiture dont ils brisent la vitre pour en extraire l’homme.

Probablement blessé par le choc et les fumigènes, le terroriste sort de son véhicule armé d’une Kalachnikov et s’effondre peu après. Le véhicule de l’assaillant qui commence à prendre feu contient une bonbonne de gaz, diverses armes de poing et de nombreuses cartouches et munitions.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

L’intention du terroriste était de faire exploser le fourgon policier et de semer la mort sur l’avenue très fréquentée en cette période estivale touristique.

La préfecture de police de Paris a annoncé à 16 h 34 que la situation était maîtrisée et qu’aucun blessé n‘était recensé.

D’après les premières constatations des enquêteurs, l’homme est mort des suites de l’incendie de la voiture et de l’effet de souffle de l’explosion.

Adam Lofti Djaziri, 31 ans, était connu des services de renseignements et fiché S. Il est né en 1985, de nationalité française et n’a jamais été condamné. Ses papiers d’identité ont été retrouvés dans le véhicule.

Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb accouru sur les lieux a simplement évoqué une «tentative d’attentat» et confirmé la mort de l’assaillant :

«Une nouvelle fois, les forces de sécurité en France ont été visées avec cette tentative d’attentat», a affirmé Gérard Collomb. «Cette voiture contenait un certain nombre d’armes, d’explosifs permettant éventuellement de pouvoir faire sauter cette voiture», a ajouté le ministre de l’Intérieur, précisant que le chauffeur de la voiture était mort. «Cela montre une fois de plus que le niveau de la menace en France est extrêmement élevé,» mais il n’explique pas quelle est la menace et pourquoi les Français sont menacés.

La section antiterroriste du parquet de Paris a ouvert une enquête en flagrance. Elle a été confiée à la section antiterroriste et à la DGSI.

Une perquisition dans un pavillon de l’Essonne où est domiciliée la famille du djihadiste a immédiatement été déclenchée. Le jihadiste fiché S était détenteur d’armes, pratiquait dans un club de tir et avait autorisation de port d’armes. Les premiers témoignages montrent une famille peu sociable dont les femmes sont vêtues de niqabs et les hommes de tenues salafistes blanches. La mère est d’origine polonaise, le père d’origine algérienne et le terroriste était père de trois enfants.

Question : Comment est-ce possible ? En France, un fiché S possède un port d’armes délivrée par la Préfecture de police ?

La réponse est déjà connue et elle est scandaleuse : La DGSI ne fait pas son travail. Elle ne vérifie pas dans le fichier AGRIPA la détention d’armes des terroristes et fichés S.

Il ne s’agit pas de djihadistes ayant fait leurs classes en Syrie ou venant d’ailleurs. Il s’agit de citoyens français que le politiquement correct et les agents droits-de-l’hommistes nous interdisent de suspecter. Ils vivent en France avec leurs familles, et livrent une guerre intérieure.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

  • Il serait temps que la France s’imprègne de l’expérience d’Israël afin de maintenir la sécurité de ses citoyens : jusqu’à présent, il n’y a aucune volonté de l’Etat d’aller au delà des mots et de s’attaquer au terrorisme intérieur.
  • Les cellules de déradicalisation sont de la poudre aux yeux.
  • La compréhension du djihadisme et la méthodologie pour y faire face font défaut.
  • Dans la vision française, ce qui se passe en Israël n’a aucun lien avec ce qui se passe en France, alors que les attaques au couteau et aux voitures béliers se multiplient en France et ailleurs en Europe. Comme toujours la France a un temps de retard.

Quand nous, citoyens ordinaires, commettons la moindre infraction routière, nous sommes immédiatement repérés et sanctionnés par les services policiers. Mais les moyens pour contrôler les djihadistes sont toujours loin d’être au point. Souhaitons que la nouvelle équipe au pouvoir s’attaque à ces questions dans le cadre de la Task Force souhaitée par Macron.

 

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Nancy Verdier pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

11
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz