Publié par Sidney Touati le 2 juillet 2017

Le président Macron est élu massivement avec une minorité de voix. Sa base est réduite. 16% des électeurs inscrits.

Le score le plus faible obtenu par un président sous la Ve République. Il se résume aux « bobos » qui ont été les seuls à tirer profit de la construction européenne, lesquels 16% représentent le poids des sociétés cotées au CAC 40 qui imposent leurs normes et règles à l’ensemble du pays.

Fait unique. C’est sur un champ de ruines politiques que le nouveau président triomphe.

[dreuz-paypal]

Sa politique « d’ouverture » est minée de contradictions.

La principale est celle qui met en place un surcroît de libéralisme pour les grandes structures (qui échappent à la tutelle mortelle d’un État bureaucratisé) et un dirigisme étatique de plus en plus pointilleux pour les moyens, les petits et d’une manière générale pour l’ensemble des citoyens.

Autre contradiction majeure, celle qui concerne la relation à l’Islam.

D’un côté on accroît la répression contre la forme extrême que revêt cette religion dans l’apologie de l’acte terroriste; de l’autre on favorise l’expansionnisme islamiste dans toutes ses autres variantes.

Or, les deux phénomènes sont organiquement liés et se nourrissent réciproquement. Résultat: le risque terroriste s’accroît; l’islamisation rampante de la société se poursuit et les tensions avec les Français non islamisés (qui incluent des musulmans athées) augmentent sans cesse.

Au plan européen, Macron, toute honte bue, s’aligne sans complexe sur la vertueuse Allemagne, totalement crispée sur l’économie et l’orthodoxie budgétaire.

L’Allemagne est ainsi faite. Elle ne peut s’investir que dans un seul domaine. Sous Hitler elle privilégiait le « militaire et le guerrier »; aujourd’hui c’est dans l’économie qu’elle investit toutes ses forces.

Comment intégrer les critères allemands dans une France dont les « élites » droguées à l’idéologie cumulent déficits et dettes en tous genres?

Parions que Macron n’osera pas changer la donne et qu’il augmentera, comme l’avaient fait tous ses prédécesseurs, les impôts et taxes. L’écologie politique qu’il met en avant lui livrera l’habillage idéologique pour augmenter les prélèvements obligatoires et notamment faire main-basse sur le patrimoine (essentiellement immobilier) des Français, trésor que l’État prédateur et son bras armé Bercy, s’apprêtent à piller sans retenue. Ne parle-t-on de remplacer l’ISF par un impôt sur l’immeuble! Un de plus!

[dreuz-newsletter]

Comme disait le vieux Marx, lorsque ces contradictions deviendront antagoniques, elles feront écrouler l’édifice tout entier.

La chute des grands partis politiques qui étaient les piliers du système, n’est-elle pas le signe avant-coureur de cet effondrement?

Macron et sa bande d’apparatchiks rusés et de novices arrivistes ne parviendront à faire illusion que le temps que durent les illusions en politique: l’espace d’un été.

Comme pour ses deux prédécesseurs, la « rentrée » risque fort d’être le premier pas vers la « sortie ».

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Sidney Touati pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous