FLASH
[25/09/2018] La France refuse l’Aquarius bourré d’étrangers illégaux et suggère qu’il accoste à Malte  |  Comme l’a expliqué Trump, la Chine ne peut pas gagner son bras de fer tarifaire contre les Etats-Unis. La guerre commerciale de Trump prend une dimension militaire avec la vente d’armes de chasse à réaction à Taiwan  |  [24/09/2018] Allo tonton, pourquoi tu tousses ? A Grenoble un musulman fiché S a tenté de mettre le feu à une chapelle, car l’islam est une religion d’amour  |  Comme promis lors de l’élection, le gouvernement italien serre la vis sécuritaire et anti-étrangers illégaux  |  La Belgique est scandalisée par la libération de Noureddine C., condamné en 2007 à 30 ans de prison pour le meurtre d’une policière  |  Pendant la présidentielle, Benalla posait avec son arme pour un selfie… sans port d’armes, mais la justice n’est pas égale pour tous  |  L’Aquarius demande l’autorisation de débarquer 58 « migrants » (le vrai terme est étrangers illégaux) à Marseille  |  Sous les pressions de l’Italie, le Panama retire son pavillon à L’Aquarius  |  Ecosse : interdiction d’arborer un drapeau palestinien (ne pas se réjouir trop vite : les drapeaux israélien, catalan, du Vatican, tricolore irlandais, etc. sont également interdits)  |  Paris : Un adolescent de 17 ans tué à coups de couteau en pleine rue. Toujours le couteau…  |  Dans un nouveau sondage Fox News, le soutien du public pour Kavanaugh a chuté de 5% à 40%  |  Une seconde femme accuse Brett Kavanaugh de comportement sexuel douteux quand ils étaient étudiants  |  Marseille : Attaqués par environ 40 racailles, la police contrainte de faire feu à deux reprises pour éviter d’être lynchée  |  Censure des voix conservatrices : James Wood viré de Twitter. A qui est-ce jamais arrivé à gauche ?  |  Des pirates ont capturé 12 marins suisses au large du Nigeria  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Magali Marc le 2 août 2017

Al Gore n’a pas fini de faire campagne pour empêcher le réchauffement climatique.

Lorrie Goldstein du Toronto Sun montre comment les Libéraux au Canada, avec sa bénédiction, se sont fait élire et ont dépensé sans compter l’argent des contribuables canadiens pour empêcher cette «catastrophe».

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit son article paru dans le Toronto Sun le 29 juillet.

L’hypocrisie d’Al Gore est à couper le souffle

Al Gore, le gourou du réchauffement climatique, a fait un tabac à Toronto récemment lors d’une tournée promotionnelle pour An Inconvenient Sequel, la suite de son film An Inconvenient Truth, qui a gagné l’Oscar du meilleur documentaire de 2006.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.


Le lancement officiel du documentaire est prévu pour le mois d’août. Gore y fait l’éloge du Premier ministre Justin Trudeau – qui apparaît brièvement à ses côtés dans le film – en tant qu’acteur clé lors de la négociation de l’Accord de Paris sur le climat de 2015.

Le gagnant du prix Nobel de la paix (2007) a néanmoins exprimé sa déception concernant l’appui de Justin Trudeau aux projets de construction canadiens d’oléoducs et de gazoducs.(NdeT: La preuve que M. Trudeau sait de quel côté son pain est beurré, les Libéraux ont besoin de gagner des votes en Alberta où les électeurs ont massivement voté pour Harper et ses Conservateurs aux dernières élections fédérales en 2015).

Ces pipelines transporteront du pétrole et du gaz naturel canadiens vers le marché, les mêmes combustibles fossiles qui fournissent l’énergie dont Gore a besoin pour continuer de mener sa croisade environnementale mondiale par voie aérienne.

Al Gore se paye le luxe de parcourir le monde afin de nous exhorter à nous serrer la ceinture pour sauver la planète.

En fait, le monde serait beaucoup plus en danger imminent et existentiel de réchauffement climatique si tout le monde consommait autant d’énergie fossile que lui.

Le candidat présidentiel américain défait a réussi à rebondir en 2013, lorsqu’il a vendu son réseau de chaînes câblées gauchistes, Current TV, à Al Jazeera pour 500 millions de dollars, empochant personnellement la coquette somme de 100 millions de dollars.

Al Jazeera est la propriété de l’émirat pétrolier et gazier du Qatar, une dictature arabe qui nie actuellement les allégations des autres dictatures arabes environnantes selon lesquelles il finance le terrorisme islamique.

L’hypocrisie de Gore dans la vente de son réseau de télévision à des intérêts pétroliers et gaziers du Moyen-Orient, compte tenu de sa croisade contre les combustibles fossiles, ne peut que nous laisser sans voix.

Les résidents de l’Ontario auront sûrement une petite pensée pour Al Gore chaque fois qu’ils paieront leurs factures d’électricité, qui ont doublé au cours de la dernière décennie pour devenir les plus élevées au Canada, et qui ont quelque peu assombri l’éclat de la promesse de la Première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne, de les réduire de «25%» à partir de cet été.

(En fait, les libéraux ont réduit les tarifs d’électricité de 8% le 1er janvier 2017, un an après une augmentation de 10% causée par leur annulation d’un programme de subvention.)

Durant les jours fiévreux de novembre 2009, Gore était allé à Toronto pour faire l’éloge du Premier ministre libéral de l’époque, Dalton McGuinty, et de la récente adoption de la Loi ontarienne sur les Énergies vertes, devant un public enthousiaste de 1 300 personnes réunies pour l’occasion au Allstream Centre situé dans le parc des expositions de Toronto.

Deux commissaires aux comptes de l’Ontario – Jim McCarter et maintenant Bonnie Lysyk – ont depuis démontré concrètement à quel point le Green Energy Act a été une catastrophe financière pour les Ontariens.

Ils ont documenté comment les gouvernements de M.McGuinty et de Kathleen Wynne ont gaspillé des milliards de dollars d’argent des contribuables pour acheter de l’énergie éolienne et solaire coûteuse et peu fiable dont ils n’avaient pas besoin afin de remplacer de l’électricité produite grâce au charbon pour finir par utiliser l’énergie nucléaire et le gaz naturel.

Les vérificateurs ont constaté que les Libéraux ont échoué à élaborer des plans d’affaires appropriés, des études d’impact économique, voire à faire des vérifications internes, accumulant les erreurs allant du scandale des centrales gazières annulées au fiasco des compteurs intelligents.

Cela n’a nullement empêché Al Gore de la ramener à Toronto quatre ans plus tard, en novembre 2013, afin de chanter les louanges de Mme Wynne pour son annonce à l’effet que l’Ontario allait interdire l’utilisation de l’électricité au charbon dans la province pour toujours, la remerciant de la part du «monde entier» pour «son travail fantastique. »

Aujourd’hui, l’Ontario est sur le point de se remettre en affaires dans l’électricité au charbon à Colstrip, au Montana, depuis que Mme Wynne a vendu le contrôle d’Hydro One à des investisseurs privés.

Amusant de constater comment tout cela fonctionne, n’est-ce pas?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : traduction © Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz