Quantcast
Publié par Marina Linardi le 15 août 2017

La dernière attaque contre les soldats français a suscité un nouveau débat pour savoir si l’armée doit rester en patrouille dans le pays après avoir été si fréquemment ciblée par les terroristes musulmans.

La semaine passée, un homme Algérien de 36 ans a été arrêté après une course-poursuite en voiture ; il avait lancé sa BMW de location sur un groupe de militaires dans une banlieue de Paris plus tôt dans la journée, et blessé six d’entre eux.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Hamou Bachir a été touché à cinq reprises par les balles de la police et il a été transféré pour être soigné, dans un hôpital au nord de Lille.

L’homme, chauffeur de taxi, n’avait jamais été condamné, il n’était pas sur la liste de surveillance des terroristes de France, ni soupçonné d’être ce qu’on appelle pudiquement “radicalisé” pour éviter de dire radicaliser par quelle idéologie.

L’attaque est la sixième agression contre des soldats en patrouille depuis le déploiement de 7.000 troupes dans les rues en janvier 2015 après l’attentat par deux djihadistes dans les bureaux de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo.

La législateur de gauche Clementine Autain a affirmé en fin de semaine que l’usage des forces armées militaires est contre-productif, expliquant à la radio française: «la plupart de leurs interventions vise à se protéger eux-mêmes.»

Les soldats font partie de la soi-disante force “Sentinelle” qui patrouille les rues françaises et garde les régions à haut risque comme les endroits touristiques et les édifices religieux.

Récemment, un homme de 39 ans a été abattu à l’aéroport de Paris Orly le 18 mars après avoir attaqué un soldat et crié : «Je suis prêt à mourir par Allah. »

Le 3 février, un égyptien de 29 ans armé avec d’une machete à chaque main a attaqué quatre soldats au musée du Louvre à Paris au cri d’Allahu Akbar (Dieu est le plus grand).

Le député de droite Daniel Fasquelle a également appelé à une révision de la force Sentinelle.

Il se demande si les soldats sont formés adéquatement pour la tâche qui consiste à empêcher ce type d’attaques terroristes qui ont coûté la vie à plus de 230 personnes en France ces dernières années.

Vincent Desportes, ancien directeur de l’académie militaire l’École supérieure de guerre, a dit à l’AFP : «Depuis le début, les soldats ont essentiellement servi de cible.»

L’historienne Bénédicte Chéron est d’accord. Elle a déclaré au magazine d’actualité Le Point dans une entrevue récente : « Soyons réalistes : l’opération Sentinelle est un paratonnerre qui attire la foudre. »

Mais un législateur du parti au pouvoir La République en marche (LREM) a défendu la force Sentinelle, en disant que « il montre la contribution de l’armée française… à la sécurité du pays. »

L’incident de mercredi dernier à Levallois-Perret, la banlieue huppée de l’ouest parisien, est le dernier paratonnerre. La BMW a lentement avancé dans la rue calme, pour ensuite accélérer en approchant des troupes et les a percuté avant de fuir.

Trois des militaires ont subi des blessures graves mais non mortelles.

Puis environ 300 policiers ont suivi le véhicule loué, sur une autoroute près d’un port du nord de la France, Calais, environ à une heure de Lille où le suspect est à l’hôpital.

Les résultats de l’analyse des indices trouvés par les enquêteurs pendant la fouille de la maison du suspect dans le Val d’Oise, une banlieue au nord-ouest de Paris, n’ont pas été publiés.

La France est sous l’état d’urgence depuis les attaques de l’État islamique à Paris en novembre de 2015, lesquels ont fait 130 morts, dont certains d’entre-eux ont été torturés, mutilés vivants avant d’être achevés.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

L’État islamique (EI) a ciblé régulièrement la France à cause de sa participation à la coalition internationale conduite par les États-Unis. La France combat les djihadistes avec des avions de combat français qui lancent des frappes aériennes en Syrie.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : traduction © Marina Linardi pour Dreuz.info.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz