FLASH
[20/11/2017] Les États-Unis réinscrivent la Corée du Nord sur la liste des États terroristes  |  Merkel dit à la presse que les négociations de coalition avec les Verts et les liberaux ont échoué et qu’il y aura de nouvelles élections  |  Religion de paix : une foule de 1000 personnes attaquent une église copte en Egypte. Les chrétiens se sont enfermés dedans pour se protéger  |  Victoire sur la pollution : le serial killer Charles Manson est mort  |  L’arrivée des livres dans la maison a bien plus bouleversé la vie de famille que les smartphones  |  Cocktails molotovs, tirs de mortier et voitures incendiées: nuit multiculturelle à Mantes-La-Jolie  |  Bruxelles : des migrants tentent de squatter un immeuble, 6 blessés lors d’affrontements avec la police  |  [18/11/2017] Espagne : la police espagnole a ouvert le feu sur un Français qui criait « Allahou Akhbar » à un péage près de la frontière française  |  Les tanks de l’armée israélienne ont procédé à des tirs de mise en garde sur les forces syriennes près de la frontière du Golan  |  [17/11/2017] L’explosion d’un pipeline au Bahreïn considérée comme une mise en garde de l’Iran  |  Retrait de sa nationalité à un « Danois de papier » parti combattre avec ISIS  |  La candidature de l’iran à la tête de l’UNESCO n’a pas été retenue  |  [16/11/2017] La deuxième vague de réfugiés balaiera l’Europe, se préoccupe l’ONU  |  Une Suédoise violée par des réfugiés se suicide après que le procureur ait conclu à un « manque de preuves »  |  Des citoyens iraniens ont attaqué la voiture du président Rohani pour l’extraire du véhicule et le lyncher  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 22 août 2017

Deux hommes ont été mis en examen, samedi soir à Paris, après la saisie d’armes, d’argent liquide et de stupéfiants dans un local à vélo d’une cité de Saint-Denis. Un lance-roquettes a même été saisi.

Deux hommes, âgés de 30 et 40 ans, ont été mis en examen, samedi soir à Paris, pour trafic d’armes et de stupéfiants, avant d’être écroués. Ils sont soupçonnés d’avoir, depuis le début de l’année à Saint-Denis, fourni des armes aux « nouveaux braqueurs des quartiers sensibles de la région parisienne ».

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Au début du mois, les enquêteurs de l’Office central de lutte contre le crime organisé (O.C.L.C.O.) recueillent un renseignement sur un ou des malfaiteurs qui seraient susceptibles de vendre des armes dans la cité Jacques-Duclos à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Cette cité de 400 logements est notoirement connue pour être un haut lieu du trafic de cannabis, du crack et maintenant de l’héroïne. Excédé, le bailleur Plaine Commune Habitat avait tiré en avril la sonnette d’alarme en manifestant avec des habitants sous les fenêtres de la préfecture de Bobigny (Seine-Saint-Denis).

Les fonctionnaires les écoutent, les surveillent et suivent leurs déplacements pendant plusieurs semaines et parviennent à identifier deux hommes qui sont visiblement impliqués dans un trafic de cannabis, d’armes en tous genres et fourniture de matériel destiné à se faire passer pour des policiers.

Un lance-roquettes antichar saisi

Jeudi matin, les enquêteurs de la police judiciaire sont passés à l’action à Saint-Denis. Ils interpellent les deux hommes dans les cités du Franc-Moisin et Jacques-Duclos. Un gardien a également été entendu. Dans ce dernier quartier, ils mènent une perquisition dans un ancien local à vélo. Les policiers y découvrent, dissimulés dans une cache, située dans les gaines techniques, un véritable arsenal : un lance-roquettes antichar de marque américaine, trois pains de tolite, un explosif d’une grande puissance, des munitions de calibre 12 et 9 mm et deux fusils à pompe aux crosses et canons sciés. Ils ont également mis la main sur 40 kg de résine de cannabis, 10 000 €, et du matériel de police : gyrophares, gilets pare-balles etc…

Les deux suspects ont été placés en garde à vue dans les locaux la direction centrale de la police judiciaire à Nanterre (Hauts-de-Seine). Ils sont déjà connus pour des faits de recel de vol, trafic de stupéfiants et trafic d’armes. « Ce sont des gens qui évoluent dans les quartiers sensibles du nord de Paris qui trafiquent dans tout ce qui peut leur rapporter de l’argent », précise une source proche de l’affaire.

Un suspect passe aux aveux

Pour l’heure, les enquêteurs ignorent encore à qui était destiné le lance-roquettes et d’où il provient. « Mais compte- tenu du contexte, on pense que cela aurait pu servir à attaquer un fourgon blindé, ajoute une autre source. C’est une bonne chose que l’on ait réussi à les intercepter avant qu’ils vendent cette arme». Les tenues de policiers et les gyrophares sont très utilisés par les trafiquants de drogue lorsqu’ils veulent foncer en voiture sans éveiller l’attention. Les braqueurs et autres voleurs de voitures les utilisent aussi pour mettre en confiance leurs victimes et entretenir une certaine confusion lorsqu’ils passent à l’action.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Lors des interrogatoires, le principal suspect a reconnu qu’il était bien le propriétaire de l’arsenal, de la drogue et de tout le reste. Mais il n’a pas souhaité en dire plus aux forces de l’ordre sur ses clients et ses fournisseurs. Le second suspect s’était approprié le local vélo et jouait le rôle de la « nourrice ». Il soutient qu’il était, plus ou moins, contraint de fournir cet espace à son complice. L’enquête se poursuit.

Dans la cité Jacques-Duclos, ce dimanche matin, le trafic n’a pas encore repris et les locataires tombent des nues : «On s’attendaient à retrouver de la drogue mais des armes… », avoue un jeune homme qui a quitté son logement il y a quelques mois en raison du trafic de drogue endémique.

Source : Leparisien.fr

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz