FLASH
[24/06/2018] 10 militants arrêtés en France ce dimanche pour un projet d’attentat contre des musulmans. Ils sont soupçonnés d’appartenir au groupuscule AFO: « Action des Forces Opérationnelles » pour venger les attaques islamistes  |  Turquie : après 26.1% des votes comptés, Erdogan a 58.5%, İnce 27.1%, Akşener 7.6%, Demirtaş 5.7%  |  Le Rial, monnaie iranienne, plonge encore tandis que les sanctions américaines se précisent, et c’est autant de terrorisme en moins dans le monde  |  Ce dimanche, Tsahal a pris pour cible un véhicule utilisé par un groupe de colons arabes palestiniens qui tentait de lancer des ballons incendiaires depuis le sud de la bande de Gaza vers le territoire israélien  |  Record d’impopularité pour Macron, record de popularité pour Trump – c’est qui le fou déjà ?  |  Terrorisme islamique : un colon arabe a lancé sa voiture sur 3 Israéliens, qui ont été blessés  |  Effet Trump en Arabie saoudite : levée de l’interdiction de conduire faite aux femmes  |  [20/06/2018] Ah j’ai oublié un détail, mais vous aviez deviné : l’homme qui voulait poignarder des passants à Tours hurlait Allahou Akbar  |  Hollywood anti-Trump est moralement exemplaire. L’acteur Peter Fonda a tweeté qu’il faut kidnapper Barron, le jeune fils de Trump, et qu’il soit violé par des pédophiles  |  Tours : un homme a tenté de poignarder des passants cet après-midi et de jeter un homme par dessus un pont  |  [18/06/2018] Gaza : En réponse à un tir de roquette du Hamas, Israël a bombardé 9 cibles terroristes dans 2 camps militaires et 1 fabrique de munitions du Hamas  |  [17/06/2018] Effrayant : La police du quartier Haringey de Londres a arrêté une femme pas du tout folle qui courait après des enfants juifs avec un couteau en criant « Je veux tuer tous les Juifs »  |  Nigel Farage: « Merkel est le passé, Salvini le futur »  |  [16/06/2018] Après l’administration Bush, Trump se retire du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, qui est un club obsédé par un seul pays, Israël. Pourquoi est-ce que les États-Unis y sont encore ? Parce qu’Obama l’a rejoint quand il a pris ses fonctions  |  Afghanistan : 26 morts et 54 blessés dans un attentat-suicide parmi une foule célébrant un cessez-le-feu inédit entre talibans et forces de sécurité  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 22 août 2017

Deux hommes ont été mis en examen, samedi soir à Paris, après la saisie d’armes, d’argent liquide et de stupéfiants dans un local à vélo d’une cité de Saint-Denis. Un lance-roquettes a même été saisi.

Deux hommes, âgés de 30 et 40 ans, ont été mis en examen, samedi soir à Paris, pour trafic d’armes et de stupéfiants, avant d’être écroués. Ils sont soupçonnés d’avoir, depuis le début de l’année à Saint-Denis, fourni des armes aux « nouveaux braqueurs des quartiers sensibles de la région parisienne ».

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Au début du mois, les enquêteurs de l’Office central de lutte contre le crime organisé (O.C.L.C.O.) recueillent un renseignement sur un ou des malfaiteurs qui seraient susceptibles de vendre des armes dans la cité Jacques-Duclos à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Cette cité de 400 logements est notoirement connue pour être un haut lieu du trafic de cannabis, du crack et maintenant de l’héroïne. Excédé, le bailleur Plaine Commune Habitat avait tiré en avril la sonnette d’alarme en manifestant avec des habitants sous les fenêtres de la préfecture de Bobigny (Seine-Saint-Denis).

Les fonctionnaires les écoutent, les surveillent et suivent leurs déplacements pendant plusieurs semaines et parviennent à identifier deux hommes qui sont visiblement impliqués dans un trafic de cannabis, d’armes en tous genres et fourniture de matériel destiné à se faire passer pour des policiers.

Un lance-roquettes antichar saisi

Jeudi matin, les enquêteurs de la police judiciaire sont passés à l’action à Saint-Denis. Ils interpellent les deux hommes dans les cités du Franc-Moisin et Jacques-Duclos. Un gardien a également été entendu. Dans ce dernier quartier, ils mènent une perquisition dans un ancien local à vélo. Les policiers y découvrent, dissimulés dans une cache, située dans les gaines techniques, un véritable arsenal : un lance-roquettes antichar de marque américaine, trois pains de tolite, un explosif d’une grande puissance, des munitions de calibre 12 et 9 mm et deux fusils à pompe aux crosses et canons sciés. Ils ont également mis la main sur 40 kg de résine de cannabis, 10 000 €, et du matériel de police : gyrophares, gilets pare-balles etc…

Les deux suspects ont été placés en garde à vue dans les locaux la direction centrale de la police judiciaire à Nanterre (Hauts-de-Seine). Ils sont déjà connus pour des faits de recel de vol, trafic de stupéfiants et trafic d’armes. « Ce sont des gens qui évoluent dans les quartiers sensibles du nord de Paris qui trafiquent dans tout ce qui peut leur rapporter de l’argent », précise une source proche de l’affaire.

Un suspect passe aux aveux

Pour l’heure, les enquêteurs ignorent encore à qui était destiné le lance-roquettes et d’où il provient. « Mais compte- tenu du contexte, on pense que cela aurait pu servir à attaquer un fourgon blindé, ajoute une autre source. C’est une bonne chose que l’on ait réussi à les intercepter avant qu’ils vendent cette arme». Les tenues de policiers et les gyrophares sont très utilisés par les trafiquants de drogue lorsqu’ils veulent foncer en voiture sans éveiller l’attention. Les braqueurs et autres voleurs de voitures les utilisent aussi pour mettre en confiance leurs victimes et entretenir une certaine confusion lorsqu’ils passent à l’action.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Lors des interrogatoires, le principal suspect a reconnu qu’il était bien le propriétaire de l’arsenal, de la drogue et de tout le reste. Mais il n’a pas souhaité en dire plus aux forces de l’ordre sur ses clients et ses fournisseurs. Le second suspect s’était approprié le local vélo et jouait le rôle de la « nourrice ». Il soutient qu’il était, plus ou moins, contraint de fournir cet espace à son complice. L’enquête se poursuit.

Dans la cité Jacques-Duclos, ce dimanche matin, le trafic n’a pas encore repris et les locataires tombent des nues : «On s’attendaient à retrouver de la drogue mais des armes… », avoue un jeune homme qui a quitté son logement il y a quelques mois en raison du trafic de drogue endémique.

Source : Leparisien.fr

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz