FLASH
[15/10/2018] Breaking: coups de feu à la gare de Cologne. Quartier évacué  |  L’acteur Alec Baldwin appelle les démocrates à « renverser le gouvernement »- gauche pacifiste !  |  Les soldats israéliens ont déjoué une tentative d’attaque au couteau. Tsahal a ouvert le feu et le terroriste a été neutralisé et tué  |  Effet Trump : La monnaie saoudienne n’a jamais été aussi faible en deux ans – en raison de l’affaire Khashoggi  |  La frontière entre Israël et la Syrie a été ouverte pour la première fois en 4 ans  |  22 terroristes Palestiniens arrêtés en Judée-Samarie. Des armes, cartouches, munitions et propagande de haine saisis  |  3 Palestiniens armés de marteaux ont agressé le juge David Mintz à la Cour suprême. Il a réussi à s’échapper et s’est présenté devant le tribunal indemne  |  [14/10/2018] Un garçon de 12 ans blessé à mort à coups de barre de fer en Seine-Saint-Denis  |  L’Italie a expulsé 3 islamistes, dont l’un voulait tuer des « touristes blancs » (entendre par là chrétiens)  |  Elections en Bavière : revers historique des alliés de Merkel. Ceux que les médias appellent « l’extrême droite » entrent au parlement régional selon les premières estimations  |  Conseiller économique de Trump: « Je pense que le rapport de l’ONU surestime les conséquences du changement climatique »  |  Un directeur de lycée a été viré pour avoir forcé un étudiant à retirer son T-shirt Trump lors d’un match de foot  |  Nick Conrad ne sera pas poursuivi – si vous croyez en la justice de ce pays, il vous manque une case  |  Religion de paix en Somalie : 19 morts, 12 blessés dans un double attentat commis par 2 bons musulmans, 1 an après l’attentat qui a fait 500 morts  |  [12/10/2018] 1 groupe de terroristes palestiniens a franchi la clôture de sécurité de Gaza en Israël, tenté de prendre une tour de guet. 1 sniper a tué au moins 3 terroristes  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Oksana Zvirynska le 27 août 2017

Les candidats que le président Rohani a présentés pour son nouveau cabinet indiquent un avenir sombre pour le pays.

Le modéré Rohani a été le premier officiel du régime iranien à demander des exécutions publiques pour donner une leçon au peuple

Les êtres humains n’ont pas la capacité de voir dans le futur, mais nous possédons le pouvoir d’analyser notre monde pour évaluer ce que le futur nous réserve. Les résultats de la soi-disant élection présidentielle d’Iran en mai dernier ont donné un second mandat à son titulaire, Hassan Rohani. Au cours de la courte saison électorale, qui a duré à peu près un mois, les mesures de répression astucieusement adoucies par les mollahs, la diminution de la quantité d’exécutions et l’augmentation des libertés sociales ont permis d’attirer le grand public dans les bureaux de vote.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Néanmoins, la liste exclusivement masculine des candidats au cabinet présentée par Rohani au Parlement pour approbation fait naître une idée d’un avenir sombre sur ce qui attend le peuple iranien et la communauté internationale. Son cabinet contient les noms de preneurs d’otages, de bourreaux, de tortionnaires et de voleurs, anciens membres du Corps des Gardiens de la révolution islamique (GRI).

C’est un signal que l’lran va dans la direction de nouvelles guerres, de nouvelles répressions, de massacres, d’exportation du terrorisme et de l’intégrisme islamique, et de nouvelles violences contre les nations de la région.

Alors que les apologistes de l’Iran et le camp de l’apaisement induisaient en erreur la communauté internationale tout en décrivant naïvement Rohani comme un «modéré» souriant, son premier mandat a apporté plus de 3 000 exécutions, et cela a été principalement occulté par les médias.

Sachant que l’administration Obama n’avait pas obtenu de succès en politique étrangère et avait désespérément besoin de la concrétisation de l’accord sur le nucléaire, Rohani et les mollahs y ont vu un feu vert américain – et les faits leur ont démontré qu’ils avaient parfaitement compris qu’Obama resterait indifférent – pour accélérer les exécutions.

Après avoir démonté les potences pour une courte période pendant les élections de mai, les mollahs sont revenus à leur vraie nature et ont eu recours à plus de 100 exécutions en juillet seulement. Il s’agit d’une moyenne d’au moins une exécution toutes les huit heures.

Cela devrait être un signal d’alarme pour les États européens qui ont complètement interdit les exécutions sur leur sol et pourtant, il sont toujours disposés à fermer les yeux et à conclure des accords économiques lucratifs avec Téhéran, comme ceux d’Airbus, Total et Renault.

De plus, la liste des candidats au Cabinet de Rohani a causé une grande agitation. Après avoir fait beaucoup de promesses lors de sa campagne électorale, Rohani n’a même pas présenté une seule femme candidate. Ce n’est que suite à une vague de protestations et de pressions, que Rohani a cédé, et a nommer trois vice-présidentes féminines ayant des rôles purement symboliques.

Les rapports indiquent que Rohani a choisi ses candidats en étroite coordination avec le chef suprême iranien Ali Khamenei. Cela va à l’encontre des normes politiques iraniennes. Mais on sait que Khamenei a son mot à dire pendant le choix d’un certain nombre de candidats spécifiques, y compris les principaux ministres de la défense, des affaires étrangères et du renseignement.

La colère est montée pendant le premier mandat de Rohani suite à sa décision ironique de nommer Mostafa Pourmohammadi comme ministre de la Justice. Pourmohammadi est connu pour son rôle direct dans le massacre de 1988 de plus de 30 000 prisonniers politiques, principalement des membres et des partisans du mouvement d’opposition iranien des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI).

Et alors que Pourmohammadi ne fait pas partie du cabinet du deuxième mandat de Rohani, son remplaçant, Alireza Avaie, ajoute l’insulte à une blessure.

Avaie a également joué un rôle de premier plan dans le massacre de 1988 dans la province de Khuzestan, au sud-ouest de l’Iran. Le mouvement d’opposition iranienne, le Conseil national de la résistance iranienne (CNRI) a tenu une conférence de presse en septembre 2016 dévoilant l’implication d’Avaie dans les exécutions de la prison de Younesco dans la ville de Dezful. La majorité de la communauté arabe iranienne réside dans les régions du sud-ouest du pays.

D’autres noms dans le cabinet de Rohani indiquent un sombre second mandat parsemé de répressions et revenant en arrière sur toutes les promesses de la campagne électorale.

  • Mohammad Javad Azari Jahromi est nommé au poste de nouveau ministre des Télécommunications et de la Technologie. Il s’agit d’un individu qui est entré dans le ministère des Renseignements et de la Sécurité nationale des mollahs à l’âge de 21 ans, et a été impliqué dans les interrogatoires, les tortures et la censure dès le début de sa carrière.

Au cours de l’insurrection de 2009, Jahromi a été nommé directeur de la surveillance du ministère des Renseignements et de la Sécurité nationale. Il est connu pour avoir élargi ce service et sa nomination et est considérée comme celui qui a permis à Rohani d’affronter la popularité croissante de l’OMPI parmi la population iranienne à travers les réseaux sociaux. Car l’Iran a une jeune population très active dans les médias sociaux, avec plus de 40 millions d’utilisateurs.

  • Amir Hatami devrait devenir le nouveau ministre iranien de la Défense. En rejoignant les paramilitaires de GRI ultraconservateurs et répressifs à l’âge de 12 ans, Hatami a participé activement et avec enthousiasme aux campagnes de répression et de tuerie du régime. Il fait partie des membres de Basij qui ont été chargés de rejoindre les forces armées classiques de l’Iran et de gravir les échelons afin de donner aux mollahs l’influence qu’ils cherchaient à avoir dans cette force.

Hatami a également joué un rôle important dans l’identification, l’arrestation et l’élimination de tout membre de l’armée montrant même le moindre signe de dévotion patriotique et agissant contre les intérêts des mollahs.

  • Habibollah Beetaraf, candidat de Rohani au poste de ministre du Travail, faisait partie des soi-disant «étudiants du collège» qui ont pris d’assaut l’ambassade des États-Unis en 1979 et ont pris 52 diplomates américains en otage. Il a été l’un des premiers membres du Corps des Gardiens de la révolution islamique et employait littéralement des adolescents et même de petits enfants comme éclaireurs pour nettoyer les champs de mines pendant la guerre Iran-Irak des années 1980.
  • Le Ministre de l’Industrie, des Mines et du Commerce de l’Iran sera géré par Mohammad Shariatmadari, célèbre pour avoir joué un rôle actif pendant les répressions et les pillages du régime. Il est étroitement impliqué dans la gestion du conglomérat de Khamenei, connu sous le nom de « Setad Ejraiye Farmane Hazrate Emam » ou « Siège pour l’exécution des ordres de l’imam », contrôlant un pourcentage important de l’Empire économique du régime au capital estimé à 95 milliards de dollars.

Une telle composition de l’équipe crée un pronostic très sombre sur ce que le futur apportera au peuple iranien et aux pays voisins. Par exemple, suite au déchaînement des violence de juillet, le régime des mollah aurait envoyé 13 individus à la potence le 10 août seulement.

Cette atrocité comprend :

  • 11 exécutions par pendaison pendant un massacre dans la ville de Birjand, dans l’est de l’Iran ;
  • 1 exécution dans une petite ville du nord de l’Iran ;
  • et l’horrible exécution d’Alireza Tajiki, âgé de 20 ans, qui avait été arrêté à l’âge de 15 ans au moment de son crime présumé.

L’organisation Amnistie internationale a demandé à Téhéran d’arrêter cette pendaison. La demande est tombée dans l’oreille de sourds et les mollahs iraniens ont à nouveau prouvé leur sinistre cruauté et leur manque de respect pour les valeurs humaines et les lois internationales : mais pourquoi se gêneraient-ils lorsqu’ils voient que les dirigeants européens sont assez cyniques pour brandir le drapeau des valeurs morales des Droits de l’homme d’une main, et les yeux clos, le stylo pour signer les contrats de l’autre.

Le deuxième mandat de Rohani n’entraînera que des dévastations économiques et sociales supplémentaires, parallèlement aux répressions politiques, l’ingérence destructrice à travers la région, et la poursuite du programme de  missiles balistiques et nucléaires iraniens. Rohani n’a ni la volonté ni l’intention d’apporter des changements significatifs dans les fondements, l’infrastructure, la nature ou l’approche de ce régime.

C’est ce qu’on peut attendre d’un individu qui, depuis 40 ans, a activement participé à l’oppression et au renouveau du régime. Le modéré Rohani a été le premier officiel du régime iranien à demander des exécutions publiques pour donner une leçon au peuple iranien.

Malgré les allégations médiatiques qui ne reposent que sur la propagande et sur aucun fait, Rohani fait partie intégrante de l’établissement des mollahs, et il cherche à maintenir ce système intact et au pouvoir. Par conséquent, la communauté internationale doit comprendre qu’aucun changement ne découlera de ce régime médiéval à l’esprit réactionnaire.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Le peuple iranien et son opposition organisée méritent finalement le soutien et la reconnaissance dont ils ont été privés pendant les quatre dernières décennies.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : traduction © Oksana Zvirynska pour Dreuz.info.

Source : https://raddingtonreport.com/presidents-men-irans-cabinet-candidates/

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz