Publié par Oksana Zvirynska le 27 août 2017

Le maire de Venise a déclaré que si quiconque criait «Allahu Akbar», les autorités «les enverraient directement vers Allah» eu égard aux attentats terroristes de Barcelone.

Selon The Times, le maire de Venise Luigi Brugnaro a fait la remarque lors d’une conférence où il a également déclaré que l’approche agressive de Venise contre les terroristes rendait la ville beaucoup plus sûre que Barcelone. D’autres dirigeants italiens, comme par exemple le maire Andrea Gnassi de Rimini, ont exprimé leur dédain pour l’avertissement brutal de Brugnaro aux terroristes islamiques, mais Brugnaro a répliqué que le succès de Venise dans la lutte contre les menaces terroristes parle de lui-même.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

 » À la difference de Barcelone, où ils n’ont pas installé de protections, nous restons sur nos gardes », a déclaré Burgnaro.

« Si quelqu’un court sur la place Saint-Marc en criant ‘Allahu Akhbar’, nous l’abattrons. Il y a un an, j’ai dit que nous le ferions après qu’il aura fait quatre pas, aujourd’hui je dis que nous l’abattrons après trois. Je le dis en vénitien : ‘Ghe Sparemo’ (Nous l’abattrons). »

En mars, les autorités vénitiennes ont arrêté quatre jihadistes du Kosovo qui avaient prévu de lancer une bombe sur un pont et de tuer des centaines de personnes. Brugnaro a cité l’arrestation comme exemple du succès de sa position extrêmement ferme à l’égard de la menace de l’islam terroriste.

”À Venise nous avons arrêté quatre jihadistes qui voulaient faire sauter le pont du Rialto en disant qu’ils voulaient rejoindre Allah. Nous les enverrons directement vers Allah oui, mais avant qu’ils puissent faire du mal,» a dit Brugnaro.

Le maire de Florence Dario Nardella s’est moqué de Brugnaro immédiatement après son discours et a couru jusqu’à lui en criant «Allahu Akbar», tandis que Gnassi a déclaré sur Facebook qu’il ne pouvait pas comprendre les remarques de Brugnaro à cause de son dialecte vénitien.

« Je n’ai jamais été politiquement correct, je suis incorrect », a répondu Bruganaro. « Je tirerai, nous tirerons … Si tu veux me tuer, je me défendrai ».

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : traduction © Oksana Zvirynska pour Dreuz.info.

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz