Quantcast
Publié par Marina Linardi le 1 septembre 2017

Un article édifiant de notre ami et journaliste Benjamin Weinthal : « Lorsque j’ai demandé si le ministère de l’Intérieur [allemand] envisage de proscrire le FPLP [Front populaire de libération de la Palestine], la porte-parole a répondu qu’en général « il ne fait pas de commentaires sur les interdictions ».

Le ministère allemand de l’Intérieur a refusé mardi d’empêcher le Front populaire de libération de la Palestine de faire campagne en tant que parti politique aux élections générales de septembre au Bundestag.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Le FPLP a été désigné par l’UE et les États-Unis comme une organisation terroriste.

Une porte-parole du ministère de l’Intérieur a déclaré au Jerusalem Post que le droit d’un parti de se présenter « ne dépend pas de l’évaluation de sa politique ou de ses candidats ».

Lorsque j’ai demandé  si le ministère de l’Intérieur envisage de proscrire le FPLP, la porte-parole a dit « ne pas, en général, faire de commentaires sur les interdictions ».

La porte-parole a ajouté : « les candidats des partis et les candidats en Allemagne ne peuvent être interdits ni autorisés par le ministère de l’Intérieur en Allemagne », ajoutant que le Comité électoral fédéral détermine l’enregistrement des listes de candidats.

Le FPLP se présente sur une liste conjointe avec le Parti marxiste-léniniste d’Allemagne.

Le FPLP a assassiné des dizaines d’Israéliens lors d’attaques terroristes et de détournements d’avions. Selon une enquête du Jerusalem Post, le FPLP en Allemagne a organisé plusieurs événements au fil des ans à Berlin.

Le ministère a précisé que : «l’organisation FPLP n’est pas un parti au sens de l’article 21 de la loi fondamentale [loi constitutionnelle allemande] et ne peut pas faire de campagne [de manière indépendante] lors des élections».

Interrogé au sujet d’une lettre envoyée par des députés du parti israélien Yesh Atid à des législateurs allemands, qui exhortent le ministre de l’Intérieur Thomas de Maizière à interdire le Hezbollah et le FPLP en Allemagne, la porte-parole a déclaré qu’elle ne commenterait pas les faits.

Selon le rapport de renseignement le plus récent d’Allemagne de 2016, il y a 950 opérateurs actifs du Hezbollah dans le pays.

Volker Beck, un adjoint du Parti Vert de Bundestag qui a cosigné la lettre adressée à Maizière, a déclaré mercredi au Jerusalem Post que le ministère de l’Intérieur n’a pas abordé les points préoccupants de la lettre.

« Le problème est qu’une organisation terroriste [telle que le] FPLP peut faire ce qu’elle veut et comment elle veut parce qu’elle n’est pas interdite ».

Cela conduit à une situation absurde où le FPLP peut participer à une élection, at-il dit.

« Le ministre de l’Intérieur doit interdire le FPLP en Allemagne », a déclaré Beck.

Pour les observateurs du terrorisme en Allemagne, il n’est pas clair pourquoi le ministère est réticent à interdire l’organisation palestinienne, laquelle est largement reconnue comme un groupe terroriste.

Le ministère a par exemple fermé le site antifa d’extrême gauche linksunten.indymedia.org vendredi dernier.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

De Maizière a déclaré que le portail était fermé parce qu’il «incitait à la haine et il légitimait la violence contre les policiers».

Reproduction autorisée avec la mention suivante : traduction © Marina Linardi pour Dreuz.info.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz