FLASH
[20/11/2017] Les États-Unis réinscrivent la Corée du Nord sur la liste des États terroristes  |  Merkel dit à la presse que les négociations de coalition avec les Verts et les liberaux ont échoué et qu’il y aura de nouvelles élections  |  Religion de paix : une foule de 1000 personnes attaquent une église copte en Egypte. Les chrétiens se sont enfermés dedans pour se protéger  |  Victoire sur la pollution : le serial killer Charles Manson est mort  |  L’arrivée des livres dans la maison a bien plus bouleversé la vie de famille que les smartphones  |  Cocktails molotovs, tirs de mortier et voitures incendiées: nuit multiculturelle à Mantes-La-Jolie  |  Bruxelles : des migrants tentent de squatter un immeuble, 6 blessés lors d’affrontements avec la police  |  [18/11/2017] Espagne : la police espagnole a ouvert le feu sur un Français qui criait « Allahou Akhbar » à un péage près de la frontière française  |  Les tanks de l’armée israélienne ont procédé à des tirs de mise en garde sur les forces syriennes près de la frontière du Golan  |  [17/11/2017] L’explosion d’un pipeline au Bahreïn considérée comme une mise en garde de l’Iran  |  Retrait de sa nationalité à un « Danois de papier » parti combattre avec ISIS  |  La candidature de l’iran à la tête de l’UNESCO n’a pas été retenue  |  [16/11/2017] La deuxième vague de réfugiés balaiera l’Europe, se préoccupe l’ONU  |  Une Suédoise violée par des réfugiés se suicide après que le procureur ait conclu à un « manque de preuves »  |  Des citoyens iraniens ont attaqué la voiture du président Rohani pour l’extraire du véhicule et le lyncher  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Mireille Vallette le 12 septembre 2017

Tous les intervenants, le doigt sur le pantalon, ont voué aux gémonies les «islamophobes», et choisi des chiffres qui illustrent leurs préjugés.

Le colloque «Hostilité envers les musulmans: société, médias, politique», suivi par quelque 300 participants, a tenu toutes ses promesses. La quinzaine d' »experts » a donné un grand coup de pouce à la victimisation de ces adeptes du prophète, renforcé le communautarisme, et rappelé, une journée durant, l’immense culpabilité de notre société.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Les médias ont récemment accueilli avec une certaine sidération le livre de Saïda Keller Messahli, «La Suisse, plaque tournante islamiste: un regard dans les coulisses des mosquées» (en allemand) et se sont indignés en chœur de ses révélations.

Martine Brunschwig Graf

Ce lundi 11 septembre –choix assez honteux, où les victimes ont changé de camp-, tous les médias se sont empressés de servir la soupe à Martine Brunschwig Graf (MBG), présidente de Commission fédérale contre le racisme, co-organisatrice de ce colloque. Pas une seule question sur le fait que les communautés musulmanes pourraient ne pas être seulement victimes, mais un zest responsables de l’hostilité qui croit à leur endroit.

Les journalistes ont la mémoire courte et la complaisance résistante.

MBG, défenseure des opprimés, répète dans ces interviews l’énorme mensonge du puissant Centre suisse islam et société qui «…étudie l’islam et qui l’analyse de manière scientifique.»  J’ai démonté à plusieurs reprises cette supercherie. Le Centre islam était coorganisateur de cette journée qui prétendait elle aussi «apporter un éclairage scientifique à la réalité de l’islam en Suisse». En faisant résonner la salle des mots «islamophobes» et «islamophobie».

La complaisance des journalistes n’a pas été récompensée: leurs informations biaisées ont passé sous le scalpel d’un chercheur. «La (re)présentation des musulmans dans les médias» de Patrick Ettinger, contait les méfaits de 18 journaux, analysés de 2009 à 2017. Axiome de base: les actes terroristes n’ont rien à voir avec l’islam, encore moins avec les musulmans. Au final, les généralisations des accusés (ils parlent «DES musulmans et DE l’islam comme s’il n’y avait qu’une interprétation») n’ont pas de quoi faire grimper au plafond: ils représentent environ 20% des articles, en baisse au fil des années. La Weltwoche, le Blick et Le Matin sont pointés du doigt. Le Temps et la NZZ loués. Globalement, les médias de Suisse latine sont nettement plus aimables à l’endroit de «nos» musulmans.

Quant aux sites et groupes alternatifs, de Pegida à Riposte laïque, de Robert Spencer aux identitaires, de la Ligue de défense anglaise à «Defend Europe», ils recueillent le mépris absolu du «spécialiste des réseaux sociaux». Il serait bon de trouver des mesures «capables d’endiguer les propos discriminatoires tout en garantissant un débat équitable». Et qui définirait le débat «équitable»?

Dr Mallory Schneuwly Purdie

L’aspect scientifique s’est illustré au travers de nombreux autres chiffres et tableaux. Par exemple par la formatrice du CSIS Mallory Schneuwly Purdie qui entend déconstruire nos préjugés. Par un sophisme.
Les prémisses: elle considère l’ensemble des musulmans. Ils sont divers («une pluralité fascinante», dit un autre intervenant), que ce soit dans leur orientation religieuse (chiites, amahadis, alévis, etc.), ou leur origine (Kosovars, Turcs, etc… ou Suisses (35%). Enfin, arme de destruction massive du préjugé, ils sont si peu pratiquants: seuls 12% se rendent une fois par semaine à un service religieux et ce sont les musulmans qui ont le moins prié au cours des 12 derniers mois parmi les croyants des diverses confessions interrogés. Conclusion implicite: considérer ce minuscule nombre de pratiquants comme un problème est absurde. Mallory nous abandonne sur ce stupéfiant constat.

Mais l’amalgame, ces spécialistes le pratiquent sans mesure. Ils amalgament notre critique des militants de l’islam à celle de tous les musulmans. Ils amalgament notre critique de l’islam à celle de tous ses adeptes.

Cette petite minorité au sein de la diversité, celle à laquelle aucun intervenant du 11 septembre ne s’intéresse, monte au créneau dans tout l’Occident avec des revendications étrangement semblables: retour du religieux dans l’espace public, marquages alimentaire, vestimentaires, rituels, procédures judiciaires pour obtenir des droits, mépris de la société qui l’accueille. Cette petite minorité est celle qui gravite autour des mosquées, de leurs imams intégristes, ceux qui enseignent que le Coran et les hadiths sont les sources de la loi divine dont sont issus des rites et comportements islamiques éternels. Cette petite minorité est celle qui fait avancer les pions de l’archaïsme et de la misogynie, et parfois du terrorisme, car c’est là qu’il peut trouver un terreau favorable. Cette petite minorité qui déchire toutes les sociétés. Cette petite minorité dont les islamophiles du 11 septembre soutiennent les revendications.

Quant à la grande majorité silencieuse qui laisse les islamistes agir sans réagir, on se demande parfois de quel côté, en cas de conflit sérieux avec les démocrates, ses composantes pencheraient.

Pour Hans-Jorg Schmid, directeur de Centre islam et société qui fait avancer à grande vitesse l’islamisation de notre pays , «cette hostilité, c’est du venin, c’est du poison pour la société.» Pour un autre, les islamophobes ont l’intellect déficient alors qu’ils «se voient comme des critiques rationnels». Samuel Behloul qui joue au naïf se demande pourquoi les musulmans sont «surveillés, observés», vus comme un problème, pourquoi ils «sont à la Une de l’agenda politique depuis des année».

Organiser dans une université un colloque où la quinzaine d’intervenants sont exactement sur la même ligne, alors que les avis sur un tel sujet sont si divers dans la vie réelle, est indécent. Et l’on se demande si les voix dissidentes ont encore le droit de parole dans ces lieux… et dans tant d’autres.

L’Association suisse vigilance islam  que je préside a lancé une pétition qui demande l’organisation de «colloques critiques envers l’islam et ses activistes». Elle a obtenu quelque 700 signature qui vont prochainement être envoyés à la Commission fédérale contre le racisme et au Centre islam et société. On se réjouit de connaitre son sort.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Mireille Vallette pour Dreuz.info.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz