Quantcast
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 16 septembre 2017
© eldiablo2.over-blog.org/

L’extrême-gauche française considère que la France est un pays fondamentalement haïssable car il repose sur ce qu’ils appellent le capitalisme et le néo-libéralisme.

L’extrême-gauche israélienne considère qu’Israël est un pays fondamentalement abominable car c’est un pays religieux créé pour le peuple juif, donc il serait anti-démocratique, et parce qu’il « persécute » le peuple palestinien.

L’extrême-gauche américaine considère que les Etats-Unis sont un pays fondamentalement malfaisant car il a été créé par des suprémacistes blancs esclavagistes, et qu’il perpétue le racisme et la discrimination.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Mais la gauche ne condamne jamais l’Arabie saoudite et le Qatar qui sont des pays capitalistes. Elle ne dénonce pas l’Iran qui est un pays religieux et anti-démocratique. Elle ne se révolte pas contre la persécution des Palestiniens au Liban et à Gaza, et elle ignore l’esclavagisme de la Mauritanie, le racisme en Algérie, la discrimination contre les non-musulmans dans les nations islamiques.

Pourquoi la droite accepte-t-elle sans broncher de se soumettre à ces dogmes de cette gauche hypocrite et menteuse ?

La gauche ne considère pas Cuba comme un pays haïssable pour être une dictature, et avoir enfermé, torturé et tué ses dissidents politiques, et réduit son peuple au silence et à la misère.

Elle ne considère pas comme fondamentalement malfaisant le Venezuela qui affame son peuple pendant que ses dirigeants s’enrichissent à milliards, enferment les journalistes, interdisent l’accès du parlement à l’opposition, et font tirer sur la foule lors des manifestations.

Elle ne critique pas la Chine et ses 50 millions de morts pour la révolution « culturelle » (sic), la répression de la liberté d’expression et l’incarcération des opposants politiques.

Elle ne proteste pas contre l’internement dans des camps, en Corée du Nord, de dizaines de milliers de citoyens, et de la famine organisée.

Elle n’a jamais considéré comme épouvantable les goulags de la Russie soviétique, la police politique, le parti unique, l’absence de liberté de mouvement, de parole, la terreur et les procès politiques trafiqués.

Malgré l’échec de l’ensemble des pays qui ont adopté le communisme et le socialisme, la gauche milite toujours pour les imposer comme s’il s’agissait des meilleurs des systèmes, les plus juste, les plus humains, l’idéal égalitaire et le moins discriminatoire que les systèmes où ils vivent.

Les gens de la gauche sont invités sur les plateaux télévisés pour donner des leçons de morale à une classe politique traumatisée, tremblotante de peur, incapable de leur porter la contradiction.

Pourquoi les politiques craignent-ils encore les procès politiques ?

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz