Quantcast
FLASH
[18/09/2019] Une terroriste arabe palestinienne a été tuée alors qu’elle tentait d’attaquer des soldats israéliens avec un couteau  |  [17/09/2019] Election Israël: Echantillon Rotter: Likoud; 37, Gantz: 34, Liste jointe (arabe) 11, Shas 8, Iahadut hathora 8, Yamina (Shaked Bennet) 7, Liberman : 7, Camp démocrate 4, Havoda/Gesher 4  |  Election Israël: à l’échelon national, le taux de participation est en hausse de 2,4%  |  Election Israël: Premier sondage coalition « naturelle » : Likoud 57 sièges, Gantz 55 – c’est le seul sondage qui compte  |  Election Israël: Netanyahou = 33 sièges, Gantz = 34 sièges – ce qui ne dit rien puisque l’élection est une affaire de coalitions  |  Election Israël: des hackers localisés en Indonésie ont tenté de pirater les ordinateurs du parti de Liberman  |  Election Israël: Netanyahou: « nous pouvons encore gagner »  |  Ayelet Shaked: « c’est la dernière heure pour bloquer un gouvernement de gauche »  |  Election Israël: taux de participation à 20h = 63,7%, en hausse de 2,4%  |  Election Israël: Taux de participation des Arabes à 20h: 63,8%  |  Election Israël: Yaïr Lapid s’adresse à des téléphones éteints pour stimuler les derniers votants  |  Election Israël: Netanyahou : « si nous perdons, il y aura distribution de bonbons à Téhéran et à Gaza »  |  Election Israël: durant un podcast, un journaliste révèle par inadvertance que les chiffres de Bleu et Blanc sont plus faibles dans les villes autour de Tel Aviv qu’au centre  |  Election Israël: A Hadera, des activistes d’Israel Beitenou (Liberman) attrapés en vidéo offrant 500 shekels pour un vote  |  Election Israël: si le taux de participation arabe est élevé, et le taux de participation en Judée Samarie est faible, on est parti pour des mauvaises surprises  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Marina Linardi le 17 septembre 2017

À l’occasion du 16ème anniversaire du 11 septembre, une prise de position visionnaire de Hunter S. Thompson a été partagée sur de nombreux médias sociaux. Voici ce que Thompson avait écrit sur ESPN le 12 septembre 2001:

Maintenant, les tours sont parties, réduites à des décombres sanglants, avec tous les espoirs pour la paix pour notre temps, aux États-Unis et dans tous les pays. Ne vous y trompez pas: nous sommes maintenant en guerre – avec quelqu’un – et nous allons rester en guerre avec cet ennemi mystérieux pour le reste de notre vie.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Thompson n’aurait pas pu être plus juste.

Plus d’une décennie et demie depuis les attentats, de nombreux dirigeants ne sont toujours pas mentalement instruits et équipés pour comprendre contre qui nous sommes en guerre. Pour eux, c’est « quelqu’un ». Les États-Unis ont entraîné des changements de régime en Irak et en Libye et sont encore enlisés dans la guerre la plus longue de l’histoire américaine en Afghanistan. Pendant ce temps, Al-Qaïda a été fortement diminuée mais existe toujours. Un groupe encore plus extrême qu’Al-Qaeda, l’État islamique (également connu sous le nom d’ISIS), s’est levé avec des aspirations de puissance.

  • Après le 11 septembre, nous sommes allés en Afghanistan pour évincer les talibans qui abritaient Oussama ben Laden. C’était un objectif clair qui avait un soutien populaire aux États-Unis et dans le monde entier.
  • En 2003, nous sommes allés en Irak, qui n’avait rien à voir avec le 11 septembre, bien que l’administration Bush l’ait vendu de cette façon. Aujourd’hui, cette guerre est évoquée comme l’une des pires décisions de politique étrangère dans l’histoire des États-Unis, en particulier parce qu’elle n’avait rien à voir avec le 11 septembre. Mais la décision encore plus grave a été celle d’Obama de se retirer d’Irak : il a fabriqué un vide qui a permis la création de l’Etat islamique. Les deux plus grands bénéficiaires du retrait de cette guerre en Irak sont l’Iran et ISIS.
  • Le renversement de Moammar Gaddafi en Libye soutenu par Obama-Clinton a donné aux extrémistes un ancrage encore meilleur dans ce pays, initié la vague d’invasion de migrants en Europe, et exporté l’armement laissé sur place vers l’Afrique, pour Boko Haram et le conflit au Mali.

Avant que Donald Trump l’ait récemment changée, la politique des États-Unis en Syrie a permis d’acheminer « par inadvertance » des armes et de l’aide à Al-Qaeda et à ISIS – un rappel accidentel mais réel de combien la politique étrangère américaine s’est écartée des priorités de défense du pays, dans les jours et les semaines après que le World Trade Center et le Pentagone ont été attaqués.

C’est énervant.

Vous devez vous demander: 16 ans après le 11 septembre, contre qui les États-Unis se battent encore, à ce stade, et ces interventions ont-elles quelque chose à voir avec le 11 septembre ? Non. Elles ont à voir avec l’islam, qui a à voir avec le 11 septembre.

Et à quel prix ?

Thompson avait prédit au lendemain du 11 septembre : « Il s’agira d’une guerre de guérilla à l’échelle mondiale, sans premières lignes ni ennemis identifiables … Cela va être une guerre très coûteuse et la victoire n’est pas garantie ».

La guerre en Irak et celle sans fin en Afghanistan ont coûté, à ce jour, un quart de la dette nationale américaine.

Lorsque Donald Trump était candidat à la présidence, il a promis de mettre fin à une intervention aveugle, en particulier dans un pays comme l’Afghanistan. Il allait être le leader qui changerait l’imprudence de la politique étrangère de l’Amérique. Maintenant, face à la menace de l’islam, Trump a complètement été contraint de faire volte-face, annonçant que les États-Unis ne quitteront pas l’Afghanistan à court terme – la définition même de la politique nationale que le président déplorait en tant que citoyen et en tant que candidat.

Washington fera toujours sa guerre contre le terrorisme ; les nouveaux présidents devront tout simplement s’ajuster. Barack Obama s’était présenté contre le changement de régime voulu par George W. Bush en Irak, seulement pour le répéter en Libye. Donald Trump s’est présenté contre la politique nationale de Bush et Obama et a déclaré qu’il va maintenant faire sa propre version en Afghanistan, suivant les recommandations de ses généraux.

Peut-être que les terroristes ont gagné. Le danger constant et immédiat perpétue la Guerre pour toujours, dans laquelle l’Amérique est engagée depuis le 11 septembre. Les objectifs d’Oussama ben Laden ont été atteints.

L’Amérique voulait légitimement mener la bataille contre les terroristes après avoir été attaqué en 2001. Nous l’avons fait, ou du moins nous avons pensé que nous l’avons fait.

Mais que faisons-nous maintenant ? Parce que beaucoup de la politique étrangère des États-Unis – dont une grande partie est effectuée à ce jour, 16 ans plus tard, au nom du 11 septembre – n’a vraiment rien à voir avec cette horrible journée, mais avec l’horrible monstre qui se cache derrière l’horrible journée et que les dirigeants européens désignent par « quelqu’un » : l’islam politique et conquérant depuis 14 siècles.

« Ne vous y trompez pas : nous sommes maintenant en guerre – avec quelqu’un – et nous allons rester en guerre avec cet ennemi mystérieux pour le reste de notre vie », a averti Thompson.

Est-ce que nous aurons les mêmes discussions et observations sur le 20ème anniversaire du 11 septembre ? Le 50e ? 100e ? 14 siècles d’histoire de l’islam nous disent que nous pourrions bien.

Combien de générations d’Américains vont le tolérer sans demander son éradication ?

Reproduction autorisée avec la mention suivante : traduction © Marina Linardi pour Dreuz.info.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz