FLASH
[13/12/2017] Avec 5000 euros par mois, la députée LREM se plaint de devoir « manger pas mal de pâtes »  |  Edouard Philippe nomme un rappeur qui traite les Français de porcs, au Conseil national du numérique  |  Médiapart demande que l’académicien Alain Finkielkraut soit exclu de l’Académie Française. Sans surprise, les lecteurs de Mediapart se déchaînent dans leurs commentaires antisémites  |  Religion d’amour et de tolérance : En Egypte à l’islam très modéré, Sheema, une chanteuse pop, a été condamnée à 2 mois de prison pour « incitation à la débauche »  |  Erdogan appelle tous les pays du monde Arabe à reconnaître Jérusalem comme capitale d’un pays inexistant, l’Etat de Palestine : tout repose sur du vent  |  USA Today donne un exemple de la noblesse et du respect de la neutralité du journalisme : « Trump n’est même pas digne de nettoyer les chiottes de la librairie Obama »  |  Des Parisiens excédés, des Parisiennes sexuellement harcelées, menacent de déclencher une grève de la faim en raison du danger et de l’insalubrité des camps de réfugiés  |  En panique, le roi de Jordanie affirme maintenant que Jérusalem n’est pas le 3e mais le 1er lieu saint de l’Islam ! Le mensonge arabe est sans limite !  |  Aux abois, Mahmoud Abbas demande à la communauté internationale de retirer à Israël le statut d’Etat  |  [12/12/2017] La Gambie, après avoir suivi les procédures demandées par l’administration américaine, a été retirée de la liste des pays visés par une interdiction d’entrée aux USA  |  Election électrique en Alabama aujourd’hui pour le poste de Sénateur : la Cour suprême donne l’ordre de sauvegarder les images des bulletins de vote électroniques  |  Nettoyage anti-pollution : Israël a éliminé avec un tir depuis un drone, 2 terroristes arabes de Gaza (mise à jour: Israël nie toute implication)  |  [11/12/2017] New York : le terroriste qui a fait exploser une bombe (4blessés légers) s’appelle Afrad Zakhmi, 22 ans du Blangadesh. Et oui encore et toujours ce sont les musulmans qui commettent le plus d’attentats  |  Un migrant musulman du Bangladesh a tenté de faire exploser une bombe a New York  |  Imam Tawhidi: « ouvrez les yeux, nos leaders ont volé nos nations et ils ont accusé Israël et les USA. Puis ils nous ont dit de chanter des slogans de mort à l’occident »  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 18 septembre 2017

La tribune publiée dans Le Monde expose les raisons pour lesquelles il faudrait abandonner la référence à celui qui fut avec le « Code noir » l’un des législateurs de l’esclavage, reconnu, en France, crime contre l’humanité depuis 2001.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Pourquoi existe-t-il encore des collèges ou lycées baptisés du nom de Colbert, auteur de la législation sur l’esclavage? La question est posée dans une tribune publiée dans Le Monde par Louis-Georges Tin, président du Cran (Conseil représentatif des associations noires de France), avec le philosophe Louis Sala-Molins. De nombreuses personnalités, dont le journaliste Harry Roselmack ou le footballeur Lilian Thuram, sont également signataires du texte qui prend pour appui le déboulonnage des statues à la gloire des généraux sudistes américains et des symboles de l’ancienne suprématie blanche qui ont causé les événements de Charlottesville, pour exposer ses doléances.

Ne pas garder « la mémoire des criminels »

Pour l’auteur, louer la qualité du ministre de Louis XIV qui a redressé l’économie du royaume en oubliant que Jean-Baptiste Colbert a aussi légiféré, « en posant les fondements du Code noir », pour permettre le développement de l’esclavage est un argument bancal. C’est comme, développe-t-il, comme de saluer Pétain vainqueur de Verdun en oubliant celui de l’Etat français et de la collaboration avec le régime nazi.

« Les noms de bâtiments ne servent pas à garder la mémoire des criminels, ils servent en général à garder la mémoire des héros », insiste Louis-George Trin.

Le militant antiraciste, qui sait bien que « tous les symboles liés à l’esclavage, tant ils sont nombreux et intimement liés à notre histoire », ne pourront être retirés de l’espace public. Mais à tout le moins, plaide-t-il pourrait-on commencer par Colbert dont le patronyme cadre mal avec la devise de la République inscrite au fronton des établissements scolaires qui se mettent « en porte à faux » avec la condamnation de l’esclavage comme crime contre l’humanité depuis la loi Taubira depuis 2001.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

« Entre ceux qui disent qu’il faut tout changer et ceux qui disent qu’il ne faut rien changer, il y a probablement une place pour l’action raisonnable », expose le président du Cran.

Source : Bfmtv.com

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz