FLASH
[18/10/2017] France : 54% des condamnés pour jihad en 2014 auront purgé leur peine et seront libres en 2020 de faire devinez quoi!  |  Israël élu à la tête du COPUOS, le comité pour un usage pacifique de l’espace de l’ONU  |  JP Grumberg: Proverbe Yiddish pour les gens de gauche : ce que tu ne vois pas avec tes yeux, ne l’invente pas avec ta bouche  |  Israël attentat : un colon arabe palestinien a foncé sur des soldats israéliens avec un couteau à Gush Etzion. Terroriste blessé  |  Les constructions juives en Judée Samarie reçoivent une couverture média mondiale. L’abandon mondial du nationalisme Kurde, rien  |  Perquisition au siège du MoDem dans le cadre de l’enquête sur les emplois fictifs des assistants parlementaires européens  |  [17/10/2017] Israël refuse tout dialogue avec un gouvernement palestinien d’union avec des terroristes du Hamas  |  Grande-Bretagne : le patron du Mi5 prévient que le danger terroriste va exploser en intensité  |  Catalogne : 691 entreprises ont délocalisé leur siège social  |  Projet d’attentat par des terroristes ultra-droite: Mélenchon, Castaner et ds mosquées étaient visés selon LCI  |  10 activistes d’extrême droite qui préparaient une attaque arrêtés par la police  |  Effet Trump: la bourse franchit les 23000 points pour la 1ere fois de ses 121 années d’existence  |  Trump : « on m’a demandé si Hillary Clinton se présentera en 2020. J’ai répondu : ‘j’espère que oui !’  |  Daphne Caruana Galizia, qui a révélé les Panama Papers, a été tuée par une bombe plantée près de sa voiture  |  [16/10/2017] Israël va construire 1600 logements dans la partie Est de la capitale Jérusalem  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean Vercors le 18 septembre 2017

Depuis quelques années, L’État de Rakhine dans l’ouest du Myanmar a été le théâtre de violences répétées entre la majorité bouddhiste et sa minorité musulmane Rohingya. L’affirmation selon laquelle l’État du Myanmar effectue une guerre unilatérale contre le Rohingyas est une vision trop simpliste de la réalité dominante.

Dans l’état de Rakhine, les Rohingyas musulmans et les Rakhines bouddhistes se violent, se tuent et se pillent depuis les deux derniers mois. La communauté en ligne abonde en nouvelles sur la violence qui se déroule là-bas. Je suis toujours choqué par les horribles actes inhumains causés par l’intolérance religieuse, les différences et les préjugés.

J’écris cet article avec un cœur lourd mais je dois faire ressortir quelques faits importants dont la grande majorité des médias passent sous silence. Les rapports sur la crise des Rohingyas sont un mélange de vérité, de mensonges et surtout de lourde propagande.

Pourquoi l’armée de Myanmar, pays dirigée par la prix Nobel de la paix, Aung San Suu Kyi, a soudainement commencé à se pencher sur ces gens innocents appelés Rohingyas ? Un groupe islamiste violent appelé Arakan Rohingya Salvation Army (ARSA) oblige tous les hommes Rohingyas – même les très jeunes garçons – à attaquer les bouddhistes Rakhine et d’autres civils et à provoquer des actes de violence contre l’armée du Myanmar. Ce groupe reçoit son financement et ses armes de pays islamiques comme le Pakistan et la Malaisie et sa formation d’Al-Qaïda et des Talibans en Afghanistan.L’ARSA est classée organisation terroriste par le gouvernement de Myanmar

Plus de 100 000 personnes rohingyas ont fui leurs maisons depuis le 25 août. Ils essaient d’échapper à la violence, suite à une contre-offensive militaire contre les membres rohingyas de l’ARSA  qui ont attaqué des postes de police.

Ces Rohingyas ne fuient pas uniquement la violence des forces de sécurité Birmane, ils fuient aussi leurs propres militants radicaux armés de l’ARSA. La communauté internationale devrait prendre en considération les faits avant de lancer des accusations.

Abu Ammar Junoni, qui prétend être le commandant de l’Armée du salut Rohingya d’Arakan (ARSA), s’adresse à « la diaspora rohingya, les leaders mondiaux, les Nations Unies et les militants des droits de l’homme ».

 

Qui sont les membres de l’Arsa?

L’Armée Arakan Rohingya Salvation (Arsa) opère dans l’État de Rakhine, dans le nord du Myanmar, où les Rohingyas, majoritairement musulmans, ont été victimes de persécutions. Le gouvernement du Myanmar leur a refusé la citoyenneté et les considère comme des immigrants clandestins venus du Bangladesh.

Les affrontements éclatent périodiquement entre les groupes ethniques, mais au cours de la dernière année, une insurrection rohingya armée a augmenté en puissance. L’Arsa, connue autrefois sous d’autres noms tel que Harakah al-Yaqin, a tué plus de 20 policiers et membres des forces de sécurité.

Selon le gouvernement du Myanmar, les dirigeants se sont entraînés à l’étranger. L’International Crisis Group (ICG) déclare également que les militants sont formés à l’étranger, ils ont publié un rapport en 2016 affirmant que le groupe était dirigé par des Rohingyas vivant en Arabie Saoudite. L’ICG affirme que le leader d’Arsa est Ata Ullah, né au Pakistan et élevé en Arabie Saoudite.

Les libéraux occidentaux, les médias traditionnels et les Nations Unies soutenues par les Arabes (ONU) n’ont comme d’habitude pas pris la peine de dénoncer les violations des droits de l’homme commises par ARSA contre les civils rakhines, ainsi que contre les Rohingyas qui étaient contraints de commettre des actes terroristes. Depuis octobre 2016, l’ARSA mène régulièrement des attaques contre les autorités du Myanmar.

Les journalistes semblent manquer d’une compréhension fondamentale sur la différence entre le combattant de la liberté et un terroriste. Le 17 octobre 2016, le groupe (sous le nom de Harakah al-Yaqin) a publié un communiqué de presse en ligne. Dans une vidéo d’environ cinq minutes, le chef du groupe, Ata Ullah escorté de combattants armés déclarait :  « Nous [Harakah al-Yaqin], les fils d’Arakan sur ce sol sommes obligés par notre situation désastreuse de suivre notre propre destinée par le soulèvement, l’autodétermination et l’autodéfense, comme un corps indépendant et libre de tous des éléments de terreur de quelque nature que ce soit, recherchant des droits fondamentaux mais légitimes et d’autres [formes de] justice pour tous les Arakanais, y compris nos Rohingyas innocents et d’autres civils qui meurent des assauts militaires continus. »

De nombreux Rohingyas déplorent les actions de l’Arsa car ils sont les premières victimes des violences.

Bien sûr, les seuls témoignages qui seront diffusés sur les chaines de télévision seront ceux des Rohingyas vu que les médias se rangent toujours du côté de la victime sans chercher à comprendre la racine du bien et du mal.

France24 Eng le 6/9/2017 Interview de Priscilla Clapp,Priscilla Clapp Asia Society Senior Advisor pour le département d’état Americain. « les terroristes de l’ARSA ont incendié les villages »

Je pense qu’il est de mon devoir de séparer la vérité du mensonge.

Commençons par le début, Qui sont les Rohingyas?

L’origine du mot Rohingya est contestée. Certains historiens comme Khalilur Rahman soutiennent que le terme Rohingya est dérivé du mot arabe «Raham» signifiant «miséricorde». Arakan (ancien nom de l’état de Rakhine) était une terre fertile, état dont la famille régnante était bouddhiste mais utilisa dans le passé (jusqu’en 1635) un nom de règne musulman, annexée par les Birmans en 1785 durant le règne du roi Bodawpaya, puis conquise par les Britanniques lors de la première Guerre anglo-birmane en 1824. Les Rohingyas serviront de supplétifs dans l’armée britannique lors des guerres anglo-birmanes, de même qu’ils se positionneront coté britannique en 1948, générant ainsi des rancœurs tenaces de la part des autres ethnies birmanes aspirant à l’indépendance.

Cette région était au moment de son annexion par les Britanniques peu peuplée (la population de Mrauk U, sa capitale, était passée de 120 000 habitants au milieu du XVIe siècle au environ 20 000). Les Britanniques ont encouragé des habitants de l’État du Bengale à s’installer à Arakan. De très nombreux musulmans se sont installés à Arakan pendant cette période. Ils travaillaient dans des rizières et étaient une unité importante de la croissance de l’économie britannique. Le dialecte parlé par les Rohingyas est une langue indo-iranienne apparentée au bengali sans être tout à fait mutuellement intelligible.

La naissance de Myanamar (Birmanie): La Birmanie (sous le nom d’Union de Birmanie) est devenue un État indépendant en 1948 (un état Birman indépendant avait pré-existé entre 1943 et 1945, sous influence japonaise avant de se retourner coté allié à la fin de la deuxième guerre mondiale). La majorité des personnes vivant en Birmanie sont des Bouddhistes. Même si les Bouddhistes et de nombreux musulmans se sont battus ensemble pour l’indépendance du Myanmar, un groupe de musulmans (Rohingyas) a commencé à demander une nation distincte pour eux-mêmes juste après l’indépendance.Un parti Mujahid a été créé par les anciens Rohingya en 1947. Ils ont soutenu le Jihad pour la création d’un nouvel état à Arakan.Le parti Mujahid était très actif jusqu’en 1962, après le coup d’Etat lorsque le général Ne Win est arrivé au pouvoir.Le mouvement Rohingya pour l’autonomie a été supprimé avec un poing de fer. Des milliers de Rohingyas ont été persécutés durant deux prochaines décennies.

Le gouvernement colonial britannique a encouragé l’immigration au Myanmar depuis l’Inde moderne et le Bangladesh. C’est une source de ressentiment persistant au Myanmar, c’est pourquoi 1823 a été utilisé comme date limite pour la citoyenneté birmane. Le récit dominant dans le pays est que le terme «Rohingya» est une invention récente, et ceux qui prétendent appartenir au groupe sont en fait les descendants de ces immigrants de l’époque coloniale du Bangladesh. Un peu comme « les palestiniens »  peuple inventé dans les années 60 par le terroriste Arafat dont la grande majorité sont des égyptiens, syriens, irakiens…

Questions de citoyenneté pour les Rohingyas

Les Rohingyas ne sont généralement pas considérés comme des citoyens du Myanmar par le gouvernement.Ils n’ont reçu aucun droit et il n’y a pas de loi pour les protéger en tant que citoyens du Myanmar.

Selon Amnesty international, les Rohingyas représentent la minorité la plus persécutée au monde (ils ne reçoivent pas les masses d’aides de l’ONU et de l’UE comme les arabes palestiniens « réfugiés de père en fils »)

La loi de 1982, promulguée par l’ancien commandant militaire Ne Win, reconnaît les 135 ethnies nationales en Birmanie mais exclut spécifiquement les Rohingyas.  Il a remplacé la loi sur la citoyenneté de 1948, qui stipule que toute personne qui a résidé en Birmanie depuis plus de deux générations a droit à la citoyenneté et faisait donc des Rohingyas des citoyens birmans.

L’apatridie est un problème majeur pour la majorité des Rohingyas. De nombreux cas de torture et d’abus de droits de l’homme contre les Rohingyas ont été documentés par des organisations internationales. La loi sur la citoyenneté de 1982 leur a interdit tout droit politique (comme voter ou se présenter à une élection), économiques (comme tenir un magasin et commercer avec des bouddhistes) ou encore sociaux (comme avoir accès aux soins, …). Les dernières lois visant les Rohingyas sont celles de 2012 qui interdisent tous mariage inter-religieux entre musulmans rohingyas et bouddhistes birmans. Une autre loi vise aussi à ralentir leur croissance démographique.

La vérité de la violence

Le 28 mai, 3 musulmans dont 2 Rohingyas ont violé une femme Rakhine à Arakan au Myanmar.Le 4 juin, une foule a attaqué un autobus à Taungup, croyant par erreur que les responsables du meurtre étaient à bord. Dix musulmans ont été tués lors de l’attaque de représailles.

Des attaques/représailles ont commencé depuis lors entre les musulmans Rohingyas et les Bouddhistes Rakhines. Selon les chiffres du gouvernement, environ 80 personnes ont été tuées dans les émeutes. Environ 90 000 personnes ont du fuir sont devenues sans-abri.

Le mensonge de la violence

Beaucoup de musulmans à la télévision et  sur Internet disent que des milliers de musulmans ont été tués au Myanmar. Nous n’avons aucune preuve pour prouver cette allégation. Non seulement le gouvernement du Myanmar, les ONG indépendantes, mais aussi les organisations internationales de défense des droits de l’homme ont déclaré qu’environ une centaine de personnes (y compris des bouddhistes) ont été tuées dans la violence.

L’autre aspect qui ronge de nombreux médias est la pénurie de preuves matérielles selon lesquelles l’armée du Myanmar persécute les musulmans Rohingya aussi monstrueusement selon les revendications de l’ONU.

En moins d’une semaine, la crise Rohingya a reçu 10 fois de couverture médiatique que l’a été les massacres de chrétiens et Yazidis en un an.

Maintenant, la question que chacun doit se poser est pourquoi les musulmans tuent les chrétiens? Pourquoi les musulmans tuent d’autres musulmans? et pourquoi les musulmans tuent des Juifs, à peu près partout dans le monde et presque chaque jour. Aucun Bouddhiste ne veut tuer des musulmans, du moins non à cause de raisons religieuses. 

En juin 2015, on a découvert que de nombreuses vidéos et des images horribles du massacre de Rohingyas circulaient dans les médias sociaux mais concernaient en fait d’autres catastrophes –

Quelques exemples :

Le tremblement de terre dévastateur en Chine, l’activisme tibétain en Inde, le terrorisme des Tigres d’Eelam Tamil au Sri Lanka, et même un pétrolier en feu au Congo.

Cependant, donnons aux Rohingyas le bénéfice du doute et supposons qu’ils n’ont pas, en fait, incendié leurs propres maisons pour attirer l’attention internationale, comme le prétend le gouvernement du Myanmar.

Prenez Maungdaw, par exemple, où l’armée du Myanmar a brûlé la semaine dernière des dizaines maisons des Rohingyas. Précisément une semaine avant cet incident, ARSA avait attaqué des soldats et des civils Rakhine dans la région, qui devaient ensuite fuir leurs maisons et se cacher dans un monastère du Taung Bazaar.

Les victimes dans ce scénario sont clairement toutes les parties, les Rohingyas et les bouddhistes rakhines locaux qui eux ne s’engagent pas dans la violence djihadiste.

 

Qu’est-ce qui a provoqué l’exode ces dernières années ?

La violence a éclaté en 2012, lorsque des hommes Rohingyas ont été accusés de viol et d’avoir tué une une jeune femme bouddhiste. Les nationalistes bouddhistes ont répondu en brûlant des maisons rohingyas, tuant plus de 280 personnes et en déplaçant des dizaines de milliers.

Des groupes armés ont accusé l’armée birmane d’incendier les villages et de tirer sur des civils musulmans rohingyas dans le cadre d’une répression contre les insurgés dans l’État de Rakhine.

Selon l’armée Birmane, les membre de l’Arsa mènent leurs opérations se servant de la population civile comme bouclier humain, la méthode du Hamas s’exporte même là bas ! qui aurait pu le croire?

La propagande de la violence: Les réseaux sociaux et les blogs répandent des images des massacres de Rohingyas. La plupart de ces images sont des mensonges. Ces fausses images de violence horribles sur les musulmans se propagent pour induire une haine répandue dans l’esprit des musulmans dans différents pays.Ces images sont également utilisées comme outil par des groupes politiques terroristes et islamistes pour recruter à ces fins. Examinons quelques images célèbres ici.

LE MENSONGE

LA VERITE

Cette image a été prise en 2010 après un tremblement de terre en Chine, elle montre les efforts déployés par les Tibétains pour aider à sauver les victimes. Maintenant, les groupes islamistes à travers le monde diffusent cette image en tant que meurtres de musulmans en Birmanie. Ils nous font la même chose avec des photos d’enfants syriens qu’ils prétendent palestiniens.

Il est difficile de lister toutes les informations fausses sur les Rohingyas circulant sur Internet, reprises en écho par des dizaines de milliers partisans comme l’islamiste Tariq Ramadan, qui avait relayé sur son compte twitter des fausses photographies sur les Rohingyas.

Aucune de ces photos ne concerne les Rohingyas de Birmanie.

Une autre rumeur court sur internet selon laquelle les musulmans brûleraient leurs propres maisons afin d’attirer la conscience du monde. « Des photos de Bengalis qui incendient leurs maisons eux-mêmes », a déclaré le populaire groupe local Eleven Media sur son article Facebook mercredi. Ce rapport a été suivi d’un journal comprenant une interview avec le moine qui aurait été témoin de l’incendie criminel.

Un représentant de l’ONU  Malala Yousafzai a appelé le leader le lauréat du prix Nobel de la paix, Aun Sang Suu Kyi à arrêter la violence. Mme Suu Kyi a précédemment déclaré qu’il y avait «beaucoup d’hostilité» dans la région, mais le nettoyage ethnique est un «terme trop fort» à utiliser.

Les Rohingyas ont plus en commun avec les Bangalais en termes d’identité religieuse et culturelle et, en outre, ils partagent la même origine ethnique. Qu’est-ce qui retient le Bangladesh de les accueillir ?

L’islamiste turque Erdogan ose accuser le Myanmar de «génocide» alors que des milliers de Rohingyas fuient vers le Bangladesh, lui qui n’a jamais reconnu le génocide du peuple arménien par les Ottomans et envoie régulièrement l’aviation turque pilonner des villages kurdes.

Les rapports de viols commis par l’armée du Myanmar contre les Rohingyas ont leurs sources au Bureau du Haut-Commissaire des Nations Unies des droits de l’homme. Certains rapports proviennent d’Al Jazeera ; cela ne requiert aucune autre explication.

Dans l’intervalle, l’Arabie Saoudite, champion des atteintes aux Droits humains, est trop occupée à bombarder le Yémen et à affamer des millions d’enfants yéménites. Et vous savez quoi ? L’Arabie Saoudite est à la tête du Conseil des Droits de l’Homme à l’ONU.

Les tragédies humanitaires sont insoutenables, mais je devais vous rapporter ces quelques éléments que les médias ont préféré ignorer.

 

Source

http://www.mizzima.com/news-domestic/arsa-declared-terrorist-group

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean Vercors pour Dreuz.info.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz