FLASH
[18/10/2018] Le juge rejette la demande de Paul Manafort de porter un costume au tribunal plutôt qu’un uniforme de prison  |  Effet Trump : en raison du rééquilibrage des tarifs douaniers sur l’acier, les métallurgistes américains vont obtenir la plus forte augmentation de salaire depuis des années  |  Elections de mi-mandat américaines : Le Comité national républicain a levé 269 millions de $ : « c’est le meilleur chiffre de tous les temps »  |  Effet Trump : après avoir réduit les réglementations, le président demande au gouvernement de réduire ses dépenses de 5%  |  Corée du Sud : vague de protestations du peuple, le gouvernement recule et refuse l’asile à 400 migrants musulmans  |  Le Havre : Les policiers agressés par une dizaine de racailles cagoulés après la saisie de 200 kg de cocaïne  |  Un crédit d’impôts pour héberger des réfugiés : pourquoi les les SDF français n’ont jamais eu ce privilège ?  |  Clermont-Ferrand : Une étudiante violée en pleine rue a reconnu son agresseur – c’est un Algérien  |  [17/10/2018] Tiens tiens, le candidat brésilien soit-disant « extrême-droite » a refusé le soutien de David Duke, l’ex leader du KKK  |  Israël a détruit un autre tunnel terroriste partant de Gaza  |  Après des tirs de roquette depuis Gaza sur Beersheba, Israël a lancé une attaque aérienne d’envergure sur des sites terroristes du Hamas  |  [16/10/2018] La semaine dernière, une frappe aérienne américaine en Somalie a tué une soixantaine de membres du groupe terroriste Al-Shabaab  |  James Wolfe, directeur pendant 28 ans de la sécurité de la Commission du renseignement du Sénat, a avoué avoir menti au FBI et fuité des informations confidentielles au New York Times  |  Usual Suspect : les autorités allemandes annoncent que le preneur d’otages d’hier à Cologne était un Syrien  |  Les USA lancent une nouvelle vague de sanctions contre des entreprises iraniennes  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Christian Larnet le 25 septembre 2017

En 2016, Beatrix von Storch, membre du Parlement européen a co-fondé le groupe des «Amis de la Judée et de la Samarie au Parlement européen». Pour cela, les médias la haïssent. Et elle est la vice-présidente de l’AfD.

C’était peu de temps après que l’UE a publié un premier décret de nature à imposer l’étiquetage des produits fabriqués par des entreprises appartenant à des juifs en Judée et Samarie.

Beatrix von Storch est la vice-présidente et l’un des visages publics de l’AfD – Alternative pour l’Allemagne – le parti eurosceptique et anti-islam classé à l’extrême droite par ses ennemis jurés, les médias, et qui, avec un score de 13%, vient de remporter 95 sièges au parlement allemand.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Lorsqu’on lui demande si elle envisage dans le futur une désintégration de l’Union européenne, von Storch est explicite : « Si la voie actuelle de la centralisation et de l’harmonisation continue, le résultat sera la désintégration ».

Un des sentiments les plus intéressants du parti d’extrême-droite est son attitude envers Israël.

Von Storch trace une ligne entre le passé de l’Allemagne et le soutien actuel de son parti pour Israël qui ne cadre pas avec la présentation d’un parti nazi. « Pour des raisons historiques et culturelles, nous chercherons toujours de bonnes relations et une coopération étroite avec Israël ».

L’AfD est-il sincèrement pro-israélien ?

Comme l’antisémitisme à l’extrême gauche est soigneusement dissimulé par les médias et les associations antiracistes, eux ne cherchent pas à excuser la haine des juifs dans leurs organisations

Peu de temps après que l’UE a publié un premier décret de nature à imposer l’étiquetage des produits fabriqués par des entreprises appartenant à des juifs en Judée et Samarie, l’AfD a créé le groupe des amis de la Judée et de la Samarie au Parlement européen – et certains se sont demandé s’il ne s’agissait pas de créer un contraste avec ses adversaires européistes.

Certains se sont demandé si la pureté du soutien de l’AfD à Israël n’est pas également un moyen d’excuser les éléments antisémites en son sein. Fait intéressant, comme l’antisémitisme dans les partis de gauche et surtout d’extrême gauche est soigneusement dissimulé par les médias et les associations antiracistes, eux ne cherchent pas à excuser la haine des juifs dans leurs organisations.

Le professeur Marcel Lewandowsky, un chercheur politique à l’université Helmut Schmidt qui étudie les partis populistes qui font campagne en Allemagne affirme qu’il est difficile de connaître la raison de la position pro-israélienne de l’Afd.

« Il est trop tôt pour comprendre la source de leur soutien israélien », dit-il. « Il n’y a aucune étude à ce sujet. C’est nouveau. Il est possible qu’il soit conduit à la fois par la position anti-musulmans de l’AfD et comme un moyen de réfuter les accusations d’antisémitisme. Mais il ne fait aucun doute qu’il existe également un véritable soutien pour Israël dans AfD, en particulier parmi les modérés. »

Autre fait intéressant, les observateurs politiques affirment qu’il est trop tôt pour déterminer la source de la montée du sentiment anti-israélien qui s’est produite en Europe au cours des 20 dernières années.

Certains soutiennent que cela dépend des développements du conflit israélo-palestinien ; d’autres prétendent que c’est le résultat de l’arrivée de la population musulmane en Europe, très fortement antisémite et totalement ou presque totalement anti-israélienne ; et d’autres encore attribuent cette progression au malaise européen, à la jalousie face au succès étonnant de l’Etat juif.

Alors qu’Israël n’a jamais été présent dans les élections allemandes, il semble que, à droite et à gauche, parmi les partis pro-Europe et anti-européens, la relation Europe-Israël évolue et est affectée par les problèmes européens domestiques abordés au cours des élections.

Israël, un modèle pour l’Allemagne islamisée de demain

Le soutien à Israël, explique von Storch, est idéologique et relié à d’autres messages clés de son parti.

« L’antisémitisme et l’antisionisme sont très forts dans la communauté islamique, ainsi qu’à gauche. Ils rejettent le fait que les fondements judéo-chrétiens de la civilisation européenne ont contribué à son succès. Nous reconnaissons la menace qu’ils représentent pour Israël et la communauté juive d’Allemagne et leur sécurité est une priorité élevée pour nous ».

Précisant que le fondement d’Israël est enraciné dans une idéologie solide – le sionisme – une comparaison peut être faite avec l’Allemagne, explique Von Storch, dans le contexte de la relation de l’Allemagne avec sa communauté musulmane en pleine explosion.

Avec 20% de musulmans, « Israël pourrait être un modèle pour l’Allemagne », dit-elle car malgré cette population musulmane, « Israël préserve sa culture et ses traditions uniques … et Israël est une démocratie qui a une société libre et pluraliste ». 

Si Israël y parvient, l’Allemagne et toute autre nation peut en faire autant.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Christian Larnet pour Dreuz.info.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz