Publié par Guy Millière le 1 septembre 2017

Il n’est pas facile d’avoir été et d’être encore. La France a été une puissance qui compte. Elle est une puissance déchue.

Elle existe encore au travers de l’Union Européenne et du couple franco-allemand dans lequel c’est l’Allemagne qui domine. Elle est prisonnière de choix effectués il y a plusieurs décennies, au temps du Général de Gaulle. Elle est la première puissance musulmane d’Europe. Elle a des liens étroits et difficiles à dénouer avec des pays tels que le Qatar.

C’est dans ce contexte que les positions de politique étrangère de ses présidents successifs doivent se lire.

[dreuz-paypal]

Dans un discours récent, prononcé devant un parterre d’ambassadeurs, Emmanuel Macron a énoncé ses propres positions en la matière. Les commentateurs ont noté qu’il donnait la priorité à la lutte contre le terrorisme islamique et ont disserté sur le sujet.

Il n’y a pourtant vraiment pas de quoi. Le discours d’Emmanuel Macron était vide et brassait du vent, ce qui est logique dans le contexte de ce que je viens d’écrire, et habituel chez Emmanuel Macron.

Aucun élément dans son discours ne montre une réflexion digne de ce nom sur ce qu’est le terrorisme islamique, sur ce qu’est le djihad, ou sur ce qu’est l’islam politique (tout l’islam est politique autant que religieux et parler d’islam politique est, en soi, inepte). Parler comme il l’a fait de l’islamisme comme d’une “lecture à la fois fondamentaliste et politique d’un certain islam” est porteur de tant de précautions que cela signifie un renoncement à la lutte qui est censée devoir être menée.

Macron n’a aucune position quant au financement du terrorisme islamique par le Qatar, bien sûr. Et il prétend vouloir lutter contre le terrorisme islamique!

Mais il y a plus grave. Macron parle de la “crise” entre le Qatar et ses voisins sans définir la moindre position (vu les liens entre France et Qatar, ce n’est pas étonnant), et sans évoquer l’alliance mise en place par Donald Trump à Riyad il y a quelques semaines: or, c’est le refus du Qatar d’entrer dans cette alliance qui est au coeur de la “crise”. Et le fait que le Qatar entend continuer à financer le terrorisme islamique. Macron n’a aucune position quant au financement du terrorisme islamique par le Qatar, bien sûr. Et il prétend vouloir lutter contre le terrorisme islamique!

Macron évoque l’accord de juillet 2015 avec l’Iran et semble tenir à cet accord, pourtant désastreux, qui a permis la levée des sanctions contre le régime des mollahs, a permis à celui-ci de poursuivre ses avancées vers l’arme nucléaire et lui a donné les moyens de financer davantage le terrorisme islamique, du Hezbollah au Hamas, d’al Qaida aux talibans afghans. Macron est donc pour un accord qui permet au régime des mollahs de faire tout cela. Et il prétend vouloir lutter contre le terrorisme islamique!

Macron continue à défendre la solution à deux Etats dont personne ne veut, et à soutenir l’Autorité Palestinienne, en faisant comme s’il ne voyait pas qu’elle est une entité terroriste islamique, et comme s’il ne voyait pas non plus que le Hamas, financé par le Qatar et l’Iran était une entité terroriste islamique. Il dit même, sans éclater de rire, être « partisan d’une solution à deux Etats, Israël et Palestine, vivant côte à côte en sécurité dans des frontières reconnues par la communauté internationale, avec Jérusalem comme capitale des deux Etats”. Il ne fait aucun doute qu’il voudrait, comme le Quai d’Orsay, un partage entre “Jérusalem Ouest” et “Jérusalem Est” selon les lignes d’armistice de 1949, et le retour du Kotel au statut d’urinoir pour djihadiste. Et il prétend vouloir lutter contre le terrorisme islamique!

Macron parle du Liban comme d’un pays ”traversé par les tensions et les contradictions de la région”: quel art de la formule creuse… Il fait comme s’il ne savait pas que le Liban est totalement tenu par l’organisation terroriste islamique appelée Hezbollah, financée par l’Iran. Il veut “aider” le Liban, ce qui équivaut dans les conditions présentes à aider le Hezbollah. Et il prétend vouloir lutter contre le terrorisme islamique!

Emmanuel Macron est aussi vide que son discours, et il brasse du vent

Macron évoque divers autres sujets, tels que la nécessité de rétablir un état de droit en Syrie, pays où il n’y a jamais eu d’état de droit. Là, il devient aussi clownesque que le jour où il a dit que le terrorisme découlait du réchauffement climatique.

Emmanuel Macron est aussi vide que son discours, et il brasse du vent.

Il reste un ami du terrorisme islamique, et un ennemi d’Israël et de la liberté. Il voudrait avoir l’air, mais il n’a pas l’air du tout.

C’est un imposteur à la tête d’une puissance déchue, prisonnière, et en voie de soumission à l’islam.

Les commentateurs français ont dit que le discours de Macron était un discours important. Ils sont payés pour dire ce genre de choses. Il faut bien qu’ils gagnent leur vie. C’est pitoyable.

[dreuz-newsletter]

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Si vous êtes chez Orange, Wanadoo, Free etc, ils bloquent notre newsletter. Prenez un compte chez Protonmail, qui protège votre anonymat

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

78
0
Merci de nous apporter votre commentairex