Publié par Marina Linardi le 7 septembre 2017

L’ambassadrice de Washington aux Nations Unies a averti mardi que, s’il est laissé inchangé, l’accord nucléaire avec l’Iran pourrait permettre à Téhéran de poser le même type de menace que la Corée du Nord.

Le président Donald Trump doit décider, au milieu du mois prochain, si l’Iran respecte ses engagements ou s’il faut décider de nouvelles sanctions américaines.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Son ambassadrice aux Nations Unies, Nikki Haley, ne dit pas explicitement quels conseils elle a formulé – mais a laissé peu de place au doute qu’elle croit qu’il est temps de réexaminer ce dossier «imparfait».

« Je ne plaide en faveur d’une dé-certification du respect des accords [par l’Iran]. Ce que je dis, c’est que, s’il [Trump] décide de dé-certifier, il a suffisamment d’arguments pour le faire, » a-t-elle déclaré à l’American Enterprise Institute.

« Ce que je fais, c’est simplement essayer d’exposer ce qui se passe là-bas, ce que nous devons examiner, et de savoir que l’objectif final doit être la sécurité des États-Unis.

Nous ne devrions à aucun moment, parce que nous sommes engagés par un accord, sacrifier la sécurité des États-Unis».

Dans le cadre de l’accord de 2015 signé par l’Iran et six puissances mondiales, Téhéran est censé annuler son programme nucléaire et se soumettre à des inspections, en échange de quoi Washington et ses alliés lèvent quelques sanctions.

Jusqu’à présent, l’organisme de surveillance nucléaire de l’AIEA à l’ONU et le Département d’Etat américain ont signalé que Téhéran a respecté les termes du Plan d’action commun complet (JCPOA), le noyau de l’accord.

Mais Haley, et d’autres figures influentes du Washington auprès de Trump, argumentent que les persistantes infractions reprochées à l’Iran sur les limites imposées à son programme de missiles balistiques violent l’esprit de l’accord.

Les précédentes sanctions contre les missiles ont été énumérées dans une annexe à la Résolution 2231 du Conseil de sécurité de l’ONU, en vertu de laquelle l’organisme mondial a validé le JCPOA en droit international.

Par conséquent, explique Haley, le développement continu par Téhéran de missiles balistiques, et le soutien allégué au terrorisme mondial devraient être pris en compte lorsque Trump jugera du respect des accords.

Et elle a prévenu que les termes du JCPOA commencent à expirer dans dix ans – ouvrant le chemin à une reprise par l’Iran de la recherche d’armes nucléaires.

« C’est le jour où l’armée iranienne peut très bien déjà posséder la technologie des missiles pour envoyer une ogive nucléaire sur les États-Unis, une technologie que la Corée du Nord a récemment développée », a-t-elle dit.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : traduction © Marina Linardi pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

16
0
Merci de nous apporter votre commentairex
()
x
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz