FLASH
[22/09/2018] Deux ballons chargés d’explosifs envoyés depuis Gaza atterrissent dans le sud d’Israël, aucune mention dans la presse : les journaux veulent que les Français pensent que les palestiniens sont des victimes, plus grand mensonge du siècle  |  Le multiculturalisme a tué l’utopie suédoise : Les statistiques montrent que la Suède, autrefois un pays où l’on pouvait se promener dans les rues la nuit en toute sécurité, est devenue un pays truffé de crimes  |  Suite à dénonciation anonyme, la police israélienne a arrêté un terroriste musulman de 21 ans qui planifiait une attaque terroriste dans la ville d’Afula au nord  |  Le « tsunami » de #fakenews pendant la présidentielle était une Fake news. Seulement 1% des contenus circulant sur Twitter étaient des fake news selon le CNRS. Pour « Le Monde », sur 60 millions de tweets politiques, 5.000 contenaient des « fausses informations »  |  Plusieurs membres de la garde militaire d’élite iranienne tués par des terroristes lors d’une parade militaire  |  Hier soir, des terroristes ont lancé une bombe artisanale sur la communauté israélienne de Beit-El, au nord de Jérusalem. Évidement, les médias sont trop malhonnêtes pour informer le public  |  [21/09/2018] Médine ne chantera pas au #Bataclan : la mobilisation a porté ses fruits. L’islam perd une bataille  |  Des rapports font état de bombardements Israéliens dans l’est de Gaza  |  Un incendie dans le kibboutz Nir à été déclenché par un ballon incendiaire  |  [20/09/2018] Un avion militaire israélien a frappé des terroristes qui ont lancé des cocktails Molotov  |  Un avion de chasse Israélien a détruit un avant poste du Hamas  |  Joie chez les antisémites: Des centaines de terroristes musulmans se livrent ce soir à des émeutes à plusieurs endroits le long de la clôture de sécurité avec Gaza et tentent de la saboter pour s’infiltrer en Israël et assassiner des Juifs  |  3 feux de forêt dans le Negev israélien provoqués par des ballons incendiaires palestiniens – et toujours aucune condamnation des écologistes  |  2 Marocains se faisant passer pour réfugiés mineurs d’origine libyenne et arrêtés à Rotterdam planifiaient des attentats à Paris (source NLTimes.nl)  |  L’armée israélienne va démolir le bâtiment où le terroriste qui a assassiné le soldat Ronen Lubarsky a vécu. Le ministre de la Défense a déclaré : « Pas de compromis avec la terreur »  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Guy Millière le 8 octobre 2017

J’ai écrit récemment un article sur les élections allemandes. J’y ai souligné qu‘Angela Merkel n’est pas une femme de droite, et pas une conservatrice.

J’y ai souligné qu’elle avait mené, pour l’essentiel, une politique de gauche depuis l’année où elle est devenue chancelière. J’y ai noté qu’elle conduisait l’Allemagne vers le désastre et vers une islamisation sans doute irréversible. J’y ai noté aussi que tout cela aurait des conséquences pour toute l’Europe, vu le poids de l’Allemagne sur son continent.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Il pourrait me rester à faire ce que je vais faire ici, et répondre à la question: qui est Angela Merkel? Ce qui pourra permettre de répondre à une autre question: pourquoi mène-t-elle la politique qu’elle mène?

Deux livres récemment publiés en Allemagne permettant d’apporter des réponses à ces questions. L’un s’appelle Merkel’s Maske* (Le masque de Merkel). Son auteur est un journaliste d’investigation, Hinrich Rohbohm. L’autre est un recueil d’articles et s’appelle sobrement Merkel: Eine kritische Bilanz* (Merkel: un bilan critique). J’ai parcouru l’un et l’autre, malgré mon peu de goût pour la langue allemande. Ce qui suit est fondé, et documenté.

Angela Merkel est née en Allemagne de l’Ouest. A Hambourg. Son père, Horst Kasner, était pasteur luthérien. Et très à gauche. Il fait partie des rares Allemands à être passés à l’Est, et il s’est installé au Nord de Berlin en République Démocratique Allemande. Il a fondé, avec l’aide du parti unique, Kirche im Sozialismus, qui est devenu quasiment l’institution religieuse officielle de la RDA.

Grâce à la position de son père, Angela a pu étudier à l’Académie des Sciences de Berlin Est, réservée aux membres de la nomenklatura, et a découvert la politique dans la Freie Deutsche Jugend (FDJ), le mouvement de jeunesse du parti unique, où elle a accédé aux plus hautes fonctions, avant de prendre la tête du service Agitation et propagande.

Parlant le russe, elle a fait de fréquents voyages à Moscou.

Elle devint une proche de Robert Havemann, un professeur de chimie qui contestait le parti unique depuis des positions écologistes gauchistes. Elle épousa en 1977 un étudiant avec qui elle avait étudié à Leningrad, Ulrich Merkel. Ils ont rapidement divorcé, mais elle a gardé le nom.

Elle a vécu ensuite avec un scientifique communiste nommé Joachim Sauer. Elle a noué des liens avec Markus Wolf, responsable des services de renseignement est-allemands (Stasi) et a pu faire des voyages en Allemagne de l’Ouest en rejoignant le Reisekader (Brigade de voyage), ce qui impliquait rédaction de notes destinées à la Stasi après chaque séjour a l’Ouest.

A la chute du mur, Angela rejoint le Demokratischer Aufbruch (Renouveau démocratique), un mouvement socialiste chrétien se réclamant de sites de Mikhail Gorbatchev, qui fut le partenaire de gauche de la CDU Est allemande, un parti voué à la “réorganisation socialiste de la société”, aux positions très éloignées de celles de la CDU d’Allemagne de l’Ouest. Angela rejoint très vite la CDU Est allemande, et devint la porte parole du gouvernement formé par son président, Lothar de Maizière. Elle entra au Bundestag comme représentante de l’ex-Allemagne de l’Est lors de la réunification, et la CDU Est allemande se fondit dans la CDU ouest-allemande.

Helmut Kohl en fit le symbole de la réunification réussie et la promut ministre de la Famille, puis ministre de l’Environnement.

Dans ce cadre, elle travailla avec divers partis de gauche européens et avec le démocrate américain Al Gore à la rédaction du protocole de Kyoto. Elle ne cessa depuis de défendre les convictions écologistes gauchistes apprises auprès de Robert Havemann.

Elle devint Secrétaire Général de la CDU en 1998, et remporta une majorité relative aux élections fédérales de 2005. Pendant huit des douze années pendant lesquelles elle a été chancelière, elle a gouverné avec les socialistes allemands et leur a confié des postes clé: Affaires étrangères, Justice, Affaires sociales. Elle n’a cessé d’intégrer à son programme des positions écologistes et socialistes qui semblent correspondre à ses convictions profondes, ancrées dans un long passé d’apparatchik à l’Est.

Elle a accru le poids de l’Etat providence en Allemagne, largement détruit le secteur de l’énergie en enclenchant la fermeture des centrales nucléaires, utilisant pour cela le désastre de Fukushima au Japon. Elle a accru la dépendance énergétique de l’Allemagne envers la Russie, soutenu Barack Obama avant qu’il ne devienne President, et, bien-sûr, pendant toute sa présidence. Elle n’a rien fait pour se confronter au déclin économique de l’Allemagne et au vieillissement de la population. Elle a tout fait, par contre, pour avancer vers une Europe plus intégrée et pour imposer ses positions aux pays réticents d’Europe centrale. Elle a été résolument aveugle aux conséquences de l’ouverture de son pays et de l’Europe aux vagues d’immigration venues du Proche-Orient et d’Afrique. Elle n’a cessé de développer un discours disant que l’islam est pleinement compatible avec l’Europe.

Je pourrais donner davantage de détails, mais les détails que je viens de donner sont accablants, et permettent de répondre à la première question: qui est Angela Merkel. Une écologiste, une socialiste, une apparatchik incontestablement.

Ces détails permettent aussi de répondre à la deuxième question: pourquoi mène-t-elle la politique qu’elle mène? Parce qu’elle est ce qu’elle est, et veut sans doute changer l’Allemagne, l’Europe et le monde comme les écologistes, les socialistes et le apparatchiks venus de l’Est veulent le changer.

Les conséquences sont d’ores et déjà extrêmement graves, incontestablement.

Qu’elle puisse passer pour une femme de droite et une conservatrice serait risible si ce n’était effroyable.

La bonne nouvelle issue des récentes élections allemandes est qu’elle est gravement blessée et n’est plus la “femme la plus puissante d’Europe”, mais un canard boiteux.

La mauvaise nouvelle est qu’elle garde une capacité de nuire, et que l’Allemagne, déjà malade avant elle, est plus profondément malade encore depuis qu’elle est aux commandes.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

* En achetant le livre avec ce lien, vous soutenez Dreuz qui reçoit une commission de 5%. Cette information est fournie pour assurer une parfaite transparence des conséquences de votre action, conformément à la recommandation 16 CFR § 255.5 de la Federal Trade Commission.

 

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz