FLASH
[18/10/2018] Le juge rejette la demande de Paul Manafort de porter un costume au tribunal plutôt qu’un uniforme de prison  |  Effet Trump : en raison du rééquilibrage des tarifs douaniers sur l’acier, les métallurgistes américains vont obtenir la plus forte augmentation de salaire depuis des années  |  Elections de mi-mandat américaines : Le Comité national républicain a levé 269 millions de $ : « c’est le meilleur chiffre de tous les temps »  |  Effet Trump : après avoir réduit les réglementations, le président demande au gouvernement de réduire ses dépenses de 5%  |  Corée du Sud : vague de protestations du peuple, le gouvernement recule et refuse l’asile à 400 migrants musulmans  |  Le Havre : Les policiers agressés par une dizaine de racailles cagoulés après la saisie de 200 kg de cocaïne  |  Un crédit d’impôts pour héberger des réfugiés : pourquoi les les SDF français n’ont jamais eu ce privilège ?  |  Clermont-Ferrand : Une étudiante violée en pleine rue a reconnu son agresseur – c’est un Algérien  |  [17/10/2018] Tiens tiens, le candidat brésilien soit-disant « extrême-droite » a refusé le soutien de David Duke, l’ex leader du KKK  |  Israël a détruit un autre tunnel terroriste partant de Gaza  |  Après des tirs de roquette depuis Gaza sur Beersheba, Israël a lancé une attaque aérienne d’envergure sur des sites terroristes du Hamas  |  [16/10/2018] La semaine dernière, une frappe aérienne américaine en Somalie a tué une soixantaine de membres du groupe terroriste Al-Shabaab  |  James Wolfe, directeur pendant 28 ans de la sécurité de la Commission du renseignement du Sénat, a avoué avoir menti au FBI et fuité des informations confidentielles au New York Times  |  Usual Suspect : les autorités allemandes annoncent que le preneur d’otages d’hier à Cologne était un Syrien  |  Les USA lancent une nouvelle vague de sanctions contre des entreprises iraniennes  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 9 octobre 2017

Dans l’Hérault, un homme a été mis en examen pour avoir abattu un des deux cambrioleurs armés qui les ont frappés, lui et sa femme, à leur domicile le 5 octobre.

Les réseaux sociaux se sont mobilisés – et cela n’aura hélas aucun effet sur la justice rouge – pour soutenir Daniel Malgouyres, le propriétaire d’un site touristique réputé, qui a été mis en examen pour « meurtre ».

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Ce qui choque profondément dans ces douloureux dossiers de rejet du droit à la légitime défense est qu’il existe un droit naturel fondamental : l’être humain a le droit de se défendre contre le danger et pour la sauvegarde de sa vie, et ce droit lui est contesté par une justice fortement teintée d’idéologie.

Ce qui choque encore est le message qu’envoient les juges aux honnêtes gens et aux criminels lorsqu’ils condamnent la victime qui s’est défendue :

  • Les honnêtes gens sont terrorisés par la sanction de la justice et ils choisissent de se laisser agresser, violer, violenter, détrousser, plutôt que d’être humiliés, exposés en une des quotidiens, lynchés au journal télévisé, pour terminer en prison.
  • Les criminels, eux, entendent encore mieux le message des juges : allez-y, agressez, cambriolez, volez, violez, nous avons neutralisé vos prochaines victimes, ils sont inoffensifs et ils ne vous causeront aucun ennui.

Le procureur, au lieu d’applaudir en héros Daniel Malgouyres qui a eu le courage et le sang-froid, face à ses deux agresseurs qui l’ont frappé lui et sa femme, de saisir une arme pour protéger sa famille et ses biens, et de tirer, vont chercher à savoir si « les conditions de la légitime défense sont bien réunies », a expliqué dans un communiqué le procureur de Béziers, Yvon Calvet :

« Il faut qu’il y ait une proportionnalité entre l’agression et la riposte et que l’acte de riposte corresponde à une absolue nécessité. Il faut que la personne qui fait feu ait pu le plus objectivement possible avoir la certitude d’avoir été en danger de mort ».

Dans cette déclaration, on comprend toute la lourdeur et la puissance de la présomption de culpabilité qui pèse sur la tête de la victime. On comprend que l’injustice est déjà en marche :

  • Une riposte proportionnelle ? C’est scandaleux. Au contraire, la riposte doit être dissuasive et définitive. Elle doit donner envie aux criminels de déguerpir s’ils tentent d’entrer chez vous, et puisqu’ils ne vous ont encore rien fait, il ne peut pas y avoir de proportionnalité. S’ils sont déjà dans l’appartement, la riposte doit les mettre hors d’état de nuire. Le couple a été frappé par les deux cambrioleurs, et au nom de la proportionnalité l’agressé n’aurait droit qu’à les frapper en retour ?
  • Répondre à une absolue nécessité ? Comment en est arrivée la justice à même examiner « l’absolue nécessité » lorsque deux hommes armés sont entrés chez vous ? N’est-il pas évident que leur simple présence chez vous déclenche une absolue nécessité ?
  • Que la personne ait pu le plus objectivement possible avoir la certitude d’avoir été en danger de mort » : combien de temps faut-il à un simple citoyen qui n’a aucun entraînement militaire, dans ces moments-là, pour évaluer « le plus objectivement possible » qu’il est en danger de mort. La victime devrait au contraire bénéficier d’une présomption absolue de circonstances atténuantes de sa capacité à évaluer le plus objectivement le danger de mort.

La justice dont le laxisme rend à la rue les dealers de drogue, les violeurs et les agresseurs de policiers armés de couteau craint que les honnêtes gens « abusent » du droit de se défendre.

Décodage

Au cœur de cette limitation stricte du droit à la légitime défense qui le rend virtuellement impossible à exercer se trouvent des concepts profondément destructeurs puisés aux racines du communisme :

  • Le droit naturel de l’être humain est rejeté, seul compte celui du groupe, de la société, cette notion abstraite et arbitraire qui permet toutes les dictatures. Son droit naturel d’assurer sa survie lui est disputé.
  • La propriété privée, autre droit naturel, est mal tolérée. Dans le vocabulaire marxiste constamment réactualisé par le Syndicat de la magistrature, le droit de propriété est une notion bourgeoise, un privilège honteux, un trait de la classe dominante à éliminer. Cette définition est imposée par la menace hiérarchique aux collègues non syndiqués.
  • La famille est l’épicentre du mal à combattre, pour le socialisme. La justice refuse donc à un homme le droit de protéger sa famille. La légitimité du chef de famille n’existe plus.
  • Les blancs doivent être punis de posséder. Les possédants sont suspects. Ils sont présumés coupables d’avoir mal acquis leurs biens, de s’être enrichis au détriment des plus défavorisés. Leur propriété est une anomalie contre l’égalitarisme. La protection de la classe immigrée, des pauvres, est non négociable : s’ils sont défavorisés, s’ils sont pauvres, s’ils n’ont rien, s’ils sont délinquants et qu’ils cambriolent, ce n’est pas par choix, c’est le signe de leur détresse. Qui d’autre que la société est responsable du fardeau, du supplice qui les pousse à la délinquance, qui d’autres que les possédants les ont dépossédés ?

Conclusion

Lorsque les cambrioleurs ont pénétré chez les Malgouyres, ils se sont mis hors la loi, ils ont rompu le contrat social, ils se sont placés, eux et leurs victimes, dans l’état de Nature.

Il n’est pas digne d’une société avancée qu’elle impose dans ces circonstances à la victime une application sévère et rigide de la loi. Se faisant, elle renonce aux droits de l’homme, et ne peut plus être considérée comme une société avancée, mais comme une nation en marche vers le totalitarisme. Une justice teintée de politique ouvre grand les portes aux abus et à l’injustice.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz