FLASH
[18/12/2018] Amandeep Bhogal, candidat conservateur: « Pour atteindre la prospérité il faut 4 composantes : Le droit de propriété. La primauté du droit. La liberté d’expression. La démocratie. Dans l’UE, 1 manque et sape les 3 autres – la démocratie »  |  [17/12/2018] Amnesty International alerte sur « de nombreux cas de recours excessifs à la force par des policiers » lors des manifestations des #Giletsjaunes  |  ONU vient de confirmer que le Liban a violé: la résolution 1701, la souveraineté israélienne, et 4 tunnels découverts. Il manque dans leur déclaration : qui a creusé ces tunnels ? Réponse : le Hezbollah  |  France 2 et Le Monde ne publierons pas ça – Ayatollah iranien Sadiqi, sermon du vendredi : « Plus de 100 ans de domination du monde par les démocraties libérales ont pris fin. L’humanité doit maintenant chercher un nouveau modèle inspiré par notre révolution islamique »  |  [16/12/2018] Attentat de Strasbourg : une 5e victime a perdu la vie  |  La hausse de 100 euros pour les salariés au Smic pourrait être reportée à juin. Les primes et les hausses de la fonction publique passent avant  |  France Inter interviewe un président de la confédération des commerçants indépendants anti #GiletsJaunes – sans préciser qu’il est le référent LREM de la Lozère – et rien dans le Décodex  |  Bruxelles : les manifestants contre la pacte de Marrakech sont 5 fois plus nombreux que ceux en sa faveur. A Paris, on les cherche, en vain  |  Belgique : heurts entre police et manifestants anti-immigration devant la Commission européenne suite à la signature du Pacte de Marrakech  |  Explosion à Sapporo au Japon : 40 blessés  |  Progrès : 79% des 33 pays d’Amérique latine et des Caraïbes à l’ONU ont changé leur vote dans une direction positive envers Israël à partir de 2009  |  L’UE rejette la nouvelle demande du Hamas, et soutient que le Hamas est une organisation terroriste  |  Israël a découvert un 4e tunnel du Hezbollah qui viole les traités internationaux et menace la sécurité  |  Tsahal va démolir la maison d’un terroriste palestinien qui a assassiné Ari Fuld, un Israélien d’origine américaine  |  [15/12/2018] Gilets jaunes : une chaîne humaine prévue dans les Alpes-de-Haute-Provence samedi  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Manuel Gomez le 18 octobre 2017
Véronique Troy, actrice, modèle, espionne pour la France

J’ai longtemps hésité à me prononcer sur cette affaire Hervey Weinstein, c’est très certainement une ordure, je ne dirai pas un porc car j’apprécie trop la charcuterie, mais une ordure parmi bien d’autres car dans le milieu du spectacle, et plus particulièrement du cinéma, ils n’en manquent pas.

Qui plus est, il s’agit d’une ordure qui souffre d’une pathologie reconnue : l’addiction au sexe. Il s’agit d’un besoin physique, d’assouvir une pulsion qu’on ne contrôle pas.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Je n’affirme pas cela pour excuser Weinstein, loin de moi cette pensée car il aurait pu se soigner et il ne l’a pas fait, mais elle existe cette pulsion difficilement contrôlable.

Ce fut, sans doute, le cas de Roman Polanski et de DSK.

Ce qui explique sans doute qu’ils se sont trouvés devant le désir de violenter de jeunes femmes alors qu’ils pouvaient, tenant compte du pouvoir qu’ils détenaient, s’en offrir en toute facilité.

Car ces jeunes starlettes qui rendaient visite à Weinstein savaient à l’avance ce qu’il leur proposerait. Pas d’être violentées bien sûr, mais elles étaient prévenus car il était connu, et il n’était pas le seul à l’être, dans ce milieu du cinéma, combien de producteurs ou de metteurs en scène, ont profité de leurs pouvoirs et cela depuis des décennies ?

J’ai eu l’opportunité de beaucoup fréquenté ce milieu, au cours des années 60/70, à l’époque je « couvrais » le festival de Cannes chaque année pour mon quotidien « L’Aurore » et quelques piges pour le magazine « Ciné-Revue » et des starlettes qui s’offraient dans l’espoir d’atteindre une certaine célébrité, il y en avait des dizaines.

Elles n’étaient pas violentées, fort heureusement, mais ce n’était vraiment pas nécessaire et tous ceux qui ont fréquenté, et fréquentent toujours, ce milieu du cinéma, peuvent en témoigner.

Jean Marais, Marlène Dietrich, Marylin Monroe et bien d’autres auraient pu en parler !

Brigitte bardot, Alain Delon, Jean-Pierre Mocky et de nombreux autres le pourraient également.

Celles qui ont réussi, ou presque, n’en disent pas mot. Celles bien plus nombreuses qui, malgré l’offrande de leurs corps, sont restées dans l’anonymat préfèrent oublier, jusqu’au jour où on leur donne la parole.

Et il n’y a pas que les jeunes femmes, c’est une majorité, mais également une minorité de jeunes hommes.

Je veux rendre hommage ici à l’une de ces starlettes, que j’ai eu le bonheur de connaître personnellement.

Elle aurait fort bien pu devenir une Brigitte Bardot, car elle avait le physique, les formes et certainement autant de talent.

Elle s’appelait Véronique Troy, Véro pour les intimes, j’ai fait sa connaissance, en mai 1972, sur une plage de la Croisette, à Cannes.

Elle posait devant les photographes en « monokini ». Ce n’était pas encore la mode à l’époque et elle faisait sensation car elle était vraiment très belle.

Je n’aurais jamais rêvé avoir la moindre chance avec cette créature de rêve.

J’ai demandé à mon photographe de l’immortaliser et lui ai promis que sa photo paraîtrait sur « Ciné-Revue ». J’ai tenu ma promesse.

Nous avons dîné ensemble. J’ai en mémoire encore ces deux magnifiques tatouages : un cobra menaçant sur le bras gauche et un aigle aux ailes déployées sur la cuisse droite.

Elle était l’amie du producteur et éditeur, entre autres professions, Gérard Lebovici, l’ami des stars ; Brasseur, Depardieu, Deneuve, Belmondo, etc.

Véronique Troy et Polanski

Elle espérait arriver au sommet et pour cela elle s’est beaucoup offerte, mais jamais violentée, que je sache.

Les circonstances ont fait que nous n’avons plus eu l’occasion de nous croiser.

En 1974, Véro me téléphonait pour m’annoncer son mariage avec Gérard Klein, qui n’était pas encore « L’Instit ». Il n’a duré que l’espace d’un voyage de noces.

La nouvelle est tombée sur les téléscripteurs le 10 octobre 1977 : à Sanaa, capitale du Yémen, le président Hamdi, son frère et deux gardes du corps étaient victimes d’un attentat. Il y avait également deux cadavres, deux françaises, les corps perforés de balles de pistolet-mitrailleur et les têtes coupées, Françoise Scrivano et Véronique Troy. Toutes deux représentaient, paraît-il, la haute-couture française.

Véronique Troy – Françoise Scrivano

Je veux rendre hommage à ces deux starlettes, qui ne sont jamais devenues vedettes, mais sont mortes en représentant la France à l’étranger. Qui s’en souvient ?

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Manuel Gomez pour Dreuz.info.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz