FLASH
[20/06/2018] Ah j’ai oublié un détail, mais vous aviez deviné : l’homme qui voulait poignarder des passants à Tours hurlait Allahou Akbar  |  Hollywood anti-Trump est moralement exemplaire. L’acteur Peter Fonda a tweeté qu’il faut kidnapper Barron, le jeune fils de Trump, et qu’il soit violé par des pédophiles  |  Tours : un homme a tenté de poignarder des passants cet après-midi et de jeter un homme par dessus un pont  |  [18/06/2018] Gaza : En réponse à un tir de roquette du Hamas, Israël a bombardé 9 cibles terroristes dans 2 camps militaires et 1 fabrique de munitions du Hamas  |  [17/06/2018] Effrayant : La police du quartier Haringey de Londres a arrêté une femme pas du tout folle qui courait après des enfants juifs avec un couteau en criant « Je veux tuer tous les Juifs »  |  Nigel Farage: « Merkel est le passé, Salvini le futur »  |  [16/06/2018] Après l’administration Bush, Trump se retire du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, qui est un club obsédé par un seul pays, Israël. Pourquoi est-ce que les États-Unis y sont encore ? Parce qu’Obama l’a rejoint quand il a pris ses fonctions  |  Afghanistan : 26 morts et 54 blessés dans un attentat-suicide parmi une foule célébrant un cessez-le-feu inédit entre talibans et forces de sécurité  |  Un terroriste musulman a percuté une voiture-taxi dans une foule au centre de Moscou, blessant au moins 7 personnes. Le terroriste musulman, qui a tenté de fuir les lieux, a été arrêté  |  Exceptionnel effet Trump : la banque centrale américaine remonte sa prévision de croissance, à 4,8%  |  [15/06/2018] Effet Trump : je sais que les médias s’en fichent, mais les chiffres de l’emploi sont les meilleurs depuis 44 ans  |  Afghanistan : le chef des taliban pakistanais aurait été tué par un drone américain  |  La France a encore condamné Israël à l’ONU lors d’une résolution qui interdit à Israël de se défendre contre les terroristes  |  [14/06/2018] Ah il est beau le ramadan! Un projet d’attentat sur le sol français a été déjoué avec l’arrestation de deux hommes en Seine-et-Marne  |  [13/06/2018] Israël : le directeur du Shin Bet (agence de sécurité) annonce avoir empêché 250 attentats terroristes en 2018  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Magali Marc le 19 octobre 2017

Obama a poussé les dirigeants arabes vers Israël en alignant leurs intérêts sur ceux de Nétanyahou par sa gestion maladroite de la question iranienne et du printemps arabe.

Pour les lecteurs de Dreuz j’ai traduit ce texte d’opinion signalé par Honest Reporting et publié le 10 octobre dans le Wall Street Journal. Les auteurs sont Haisam Hassanein et Wesam Hassanein

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Les relations israélo-arabes se sont récemment réchauffées. Le mois dernier, le roi du Bahreïn, Hamad bin Isa Al Khalifa, aurait exhorté les autres pays arabes à mettre fin à leur boycott et à normaliser leurs relations avec Israël.

En août, le gouvernement égyptien a publié une lettre du prince héritier saoudien Mohammed bin Salman affirmant l’engagement de Riyad aux arrangements existants entre l’Egypte et Israël concernant le détroit de Tiran – la première reconnaissance publique saoudienne des droits maritimes d’Israël dans les détroits de la région.

Plusieurs responsables arabes se seraient entretenus en privé avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu et les responsables israéliens de la défense.

Israël aurait bénéficié d’une coopération étroite en matière de sécurité et de renseignement avec l’Égypte, la Jordanie et plusieurs monarchies du Golfe.

Le mois dernier à l’ONU, le président égyptien Abdel Fattah el-Sisi et le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel Al-Jubeir, ont adopté un ton plus calme en ce qui a trait au conflit israélo-falestinien et n’ont pas critiqué Israël.

M. Sisi s’est écarté de son discours prévu et a appelé le peuple falestinien à accepter Israël et à vivre en paix aux côtés de ses citoyens.

On peut mettre ce changement de ton arabe au crédit de l’Administration Obama – en particulier, de son désaccord avec M. Nétanyahou.

Du point de vue des dirigeants arabes, l’Administration Obama a soutenu la vague d’islamisme politique qui a englouti la région à la suite du Printemps arabe. Elle a également mis en danger leurs régimes d’une manière sans précédent en abandonnant le président égyptien Hosni Moubarak et en ralentissant les exportations militaires vers l’Arabie saoudite et le Bahreïn sous prétexte de démocratisation.

Pire encore, l’Administration Obama a signé un accord nucléaire avec l’Iran qui a contribué à réintégrer le régime des ayatollahs dans la communauté internationale tout en déclenchant une vague de déstabilisation dans toute la région.

Les vues de M. Nétanyahou sont parfaitement alignées sur celles des dirigeants arabes sur toutes ces questions. Tous ont rejeté la conviction de l’Administration Obama à l’effet que l’Iran mérite une part du butin (pétrolier) du Golfe et que les Arabes doivent accueillir Téhéran à bras ouverts.

Les dirigeants arabes ont admiré les critiques publiques de M. Nétanyahou à l’égard du Président Obama lors des négociations concernant l’accord sur le nucléaire (avec l’Iran).
Le rédacteur en chef du site Internet Al-Arabiya a publié en mars 2015 un article intitulé «Président Obama, écoutez Nétanyahou sur l’Iran». Les dirigeants arabes partagent l’opinion de M. Nétanyahou selon laquelle les politiques d’Obama sur la stabilité de leurs régimes ont créé des vides sociaux, politiques et sécuritaires que les islamistes radicaux ont rapidement comblés.

Les dirigeants arabes ont réalisé qu’ils pouvaient s’inspirer de la capacité de Nétanyahou de résister aux pressions d’Obama. Il s’est allié avec le Congrès américain afin de repousser les efforts d’Obama pour s’immiscer dans la politique israélienne interne.

Les dirigeants arabes ont décidé de s’allier avec Israël dans l’espoir de naviguer avec succès dans le système politique américain.

Cet été, Yousef Al Otaiba, l’ambassadeur des Émirats arabes unis à Washington, a révélé un effort concerté visant à rejoindre des personnalités juives américaines à Washington afin d’aider son gouvernement à établir des contacts avec Israël.

Le Leader égyptien, el-Sisi a fréquemment rencontré des organisations juives américaines au Caire, à Washington et à New York, où il les a assuré de son engagement à maintenir la paix avec Israël.

Les dirigeants arabes ont pris conscience de l’urgence d’engager Israël directement au lieu de compter sur les États-Unis comme médiateur.

Leur sentiment d’urgence découle d’un profond sentiment de trahison de la part d’Obama. Même avec le Président Trump au pouvoir, la menace iranienne et les dangers du terrorisme dans les États arabes sont toujours présents.

Ainsi les États arabes en sont venu à considérer que de meilleures relations avec Israël sont nécessaires à la stabilité de la région à long terme. L’ouverture arabe envers Israël est irréversible.

On peut difficilement remettre le génie dans la bouteille.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

* Haisam Hassanein est membre du Washington Institute for Near East Policy. Wesam Hassanein est candidat à la maîtrise à l’American University’s School of International Service.

(Note: Je ne suis pas si sûre pour ma part que ces ententes entre l’Arabie saoudite, l’Égypte et Israël soient autres choses que de la diplomatie de circonstance surtout dirigée contre l’Iran.)

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz