FLASH
[19/09/2018] Mauvaise nouvelle : un sondage montre que les électeurs Républicains sont certains de gagner les élections de mi-mandat  |  USA : les Républicains remportent l’élection sénatoriale du Texas dans 1 district tenu par les Démocrates depuis 10 ans  |  [18/09/2018] Val-d’Oise : Le terroriste qui a percuté délibérément et blessé gravement 2 policiers est mineur, déjà connu de la police  |  Syrie : un avion russe a été abattu par la DCA syrienne  |  [17/09/2018] « La Hongrie est le seul pays d’Europe à avoir demandé l’avis du peuple sur l’immigration illégale », déclare le ministre des Affaires étrangères  |  [16/09/2018] L’Ambassadeur palestinien aux États-Unis Hossam Zamal confirme que Washington a demandé à sa famille de quitter Washington immédiatement  |  Les médias jurent qu’ils sont neutres. Alors pourquoi les gros titres quand une palestinienne, interdite de sortir d’Israël, ne peut assister à la fête de l’huma, et pas une ligne quand un terroriste palestinien tue un père de famille israélien ?  |  Les électeurs ont voté Brexit. La classe politique britannique a retardé, bloqué et traîné les pieds. Elle a le culot de dire maintenant que ça fait si longtemps, qu’il faut un autre vote (car les gens n’auraient pas voté comme il faut)  |  Samedi, Israël a abattu à l’aéroport de Damas un boeing cargo iranien chargé d’armes. L’avion avait récemment décollé de Téhéran  |  Pendant la seconde guerre mondiale, les Palestiniens étaient alliés à Hitler. J’ai du mal à comprendre que le fête de l’huma invite une palestinienne qui appelle à terminer le travail d’Hitler  |  Les palestiniens ont applaudi le terroriste qui vient de tuer un père de famille israélien. Les mêmes criminels neo-nazis avaient applaudi 9/11  |  Judée Samarie: Un Israélien grièvement blessé à coups de couteau selon la même méthode et les mêmes “Usual Suspects” qu’à Nîmes la semaine dernière  |  [15/09/2018] Toulouse : un homme tabassé à coups de barre de fer par un Syrien. « Les réfugiés doivent rentrer dans leur pays » dit le Dalai Lama  |  Val-de-Marne : 3 voitures de police incendiées à Limeil après une double interpellation (source Syndicat National des Policiers Municipaux)  |  Hitler était-il vraiment une homme de droite comme le prétendent presque tous les historiens progressistes ? En fait, non, il était de gauche  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Gaia - Dreuz le 19 octobre 2017

A la barre de la Cour d’assises spéciale de Paris, la mère de famille s’est employée à défendre son fils Abdelkader qu’elle juge non radicalisé.

Longue robe blanche et foulard jaune sur la tête, Zoulikha Aziri s’avance dans la Cour d’assises spéciale de Paris comme dans une poudrière. Un petit signe à son fils, qui lui sourit derrière la vitre du box des accusés, et la voilà dans l’arène, prête à défendre celui qu’elle dit «innocent». Trois heures durant, mercredi, celle qui fait figure de matriarche du clan Merah s’y est employée coûte que coûte, quitte à nier l’évidence. Jugé depuis le 2 octobre pour sa complicité présumée dans les tueries de Montauban et de Toulouse en mars 2011, son fils Abdelkader Merah est, à l’en croire, totalement étranger aux projets mortifères de son autre fils, Mohamed, le «Tueur au scooter».

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Depuis le début du procès, de nombreux témoins — éducateurs, psychologues, ses autres enfants — ont décrit une cellule familiale explosive avec un père abusif, qui finira par déserter, et une mère dépassée. Zoulikha Aziri, elle, réfute tout : les coups de son ex-mari, la violence d’Abdelkader et son influence sur Mohamed, la radicalisation de ses fils… et même ses propres déclarations à la police, en 2012. «J’ai pas dit ça», répète-t-elle à l’envi, sans même attendre la fin des questions, provoquant le courroux du président et des parties civiles.

Le prosélytisme d’Abdelkader, les vidéos de décapitations que Mohamed montrait aux jeunes du quartier des Izards, elle n’était «pas au courant». «Abdelkader, c’est moi qui lui ai appris à faire la prière», assure-t-elle. Ses quatre voyages en Égypte ? «C’est moi qui lui ai dit d’y aller, pour prendre des vacances.» «Pourquoi l’Égypte ?» l’interroge le président. «Comme ça.» Selon elle, Abdelkader ignorait aussi que Mohamed était parti au Pakistan, où celui-ci a fréquenté un camp d’entraînement djihadiste. D’ailleurs, jure-t-elle, les deux frères étaient en froid à cette époque.

«Entre son fils et la justice, elle a choisi son fils»

Elle nie, enfin, que sous son toit étaient proférés des propos antisémites, comme l’a pourtant raconté mardi l’aîné de la fratrie, Abdelghani, qui a condamné publiquement les agissements de son frère quand Zoulikha Aziri, elle, est soupçonnée de les cautionner. «C’est très grave, c’est pas bien. Si j’avais su, je l’en aurais empêché», dit-elle pourtant à ce sujet, avant d’ajouter, plus ambiguë : «S’il avait été vivant, il aurait payé pour ce qu’il a fait.» On lui rappelle alors ses conversations avec Abdelkader au parloir, enregistrées à son insu. «Mohamed est parti pour la bonne cause», dira notamment la mère de famille. «C’est faux ! s’emporte-t-elle. Ramenez-moi l’enregistrement !»

Il y a enfin — pierre angulaire de l’accusation dans ce dossier où les preuves sont ténues — ce 4 mars 2011. Vers 23 heures, quelqu’un s’est connecté sur la box Internet de Zoulikha Aziri pour consulter une petite annonce : celle postée par Imad Ibn Ziaten pour vendre sa moto. Le parachutiste sera la première victime de Merah. Ce quelqu’un, pour l’accusation, n’est autre qu’Abdelkader. Sa mère nie : «C’est Mohamed, depuis l’extérieur, il avait mes codes !» «Impossible, lui rétorque Me Mehana Mouhou, avocat de la famille du militaire. Les experts l’ont dit.» «Je sais mieux que les experts ! Personne n’est venu chez moi» «Si, madame, la famille veut la vérité !» tonne l’avocat, dans un face-à-face tendu à l’extrême. «C’est Mohamed !» hurle désormais en français, se passant des services de son interprète, Zoulikha Aziri.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Lorsque Eric Dupond-Moretti, l’offensif avocat de la défense, lâche : «Mais c’est la mère d’un mort, c’est la mère d’un accusé !» la salle explose. En larmes, le frère d’Imad Ibn Ziaten quitte la salle en hurlant sa douleur : «Vous êtes méchants ! Vous êtes de la merde ! Vous êtes des assassins !» Quelques minutes plus tard, le ténor du barreau, après avoir mis le feu aux poudres, se pose en juge de paix. «Elle a perdu son fils, ce n’est pas une injure de le dire», dit-il, doucereux. Et de citer Albert Camus : «Entre son fils et la justice, elle a choisi son fils.»

Source : Leparisien.fr

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz