FLASH
[20/06/2018] Ah j’ai oublié un détail, mais vous aviez deviné : l’homme qui voulait poignarder des passants à Tours hurlait Allahou Akbar  |  Hollywood anti-Trump est moralement exemplaire. L’acteur Peter Fonda a tweeté qu’il faut kidnapper Barron, le jeune fils de Trump, et qu’il soit violé par des pédophiles  |  Tours : un homme a tenté de poignarder des passants cet après-midi et de jeter un homme par dessus un pont  |  [18/06/2018] Gaza : En réponse à un tir de roquette du Hamas, Israël a bombardé 9 cibles terroristes dans 2 camps militaires et 1 fabrique de munitions du Hamas  |  [17/06/2018] Effrayant : La police du quartier Haringey de Londres a arrêté une femme pas du tout folle qui courait après des enfants juifs avec un couteau en criant « Je veux tuer tous les Juifs »  |  Nigel Farage: « Merkel est le passé, Salvini le futur »  |  [16/06/2018] Après l’administration Bush, Trump se retire du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, qui est un club obsédé par un seul pays, Israël. Pourquoi est-ce que les États-Unis y sont encore ? Parce qu’Obama l’a rejoint quand il a pris ses fonctions  |  Afghanistan : 26 morts et 54 blessés dans un attentat-suicide parmi une foule célébrant un cessez-le-feu inédit entre talibans et forces de sécurité  |  Un terroriste musulman a percuté une voiture-taxi dans une foule au centre de Moscou, blessant au moins 7 personnes. Le terroriste musulman, qui a tenté de fuir les lieux, a été arrêté  |  Exceptionnel effet Trump : la banque centrale américaine remonte sa prévision de croissance, à 4,8%  |  [15/06/2018] Effet Trump : je sais que les médias s’en fichent, mais les chiffres de l’emploi sont les meilleurs depuis 44 ans  |  Afghanistan : le chef des taliban pakistanais aurait été tué par un drone américain  |  La France a encore condamné Israël à l’ONU lors d’une résolution qui interdit à Israël de se défendre contre les terroristes  |  [14/06/2018] Ah il est beau le ramadan! Un projet d’attentat sur le sol français a été déjoué avec l’arrestation de deux hommes en Seine-et-Marne  |  [13/06/2018] Israël : le directeur du Shin Bet (agence de sécurité) annonce avoir empêché 250 attentats terroristes en 2018  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Piotr Stammers le 21 octobre 2017

Le volontarisme du président français a d’abord suscité l’enthousiasme à Bruxelles. Mais son inertie et sa poudre au vente ont eu raison de sa vitrine étincelante.

L’état de grâce d’Emmanuel Macron aura été court, à Bruxelles comme en France, où il marche sur les pas de l’état de graisse de son prédécesseur – sans scooter.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

En juin, pour son premier Conseil européen, Macron est arrivé comme Zorro pour sauver l’Europe.

Les leaders européens l’ont écouté avec curiosité. Il était jeune, voulait réformer et c’était un pur européiste. Dans les couloirs, les leaders européens font la queue pour serrer la main du petit président.

Nous somme en octobre, et le soufflet est déjà retombé. Les dirigeants européens ont compris que Jupiter semble avoir oublié que les décisions se prennent à 28.

  • La taxe numérique, la fameuse taxe sur les Gafa a fait un flop. Macron voulait taxer directement le chiffre d’affaires généré dans chaque pays par les géants du numérique, et non leurs bénéfices. Les pays du Nord, le Luxembourg et l’Irlande ont dit non.
  • L’accord entre l’Union européenne et le Mercosur, le marché latino-américain : Macron a dû revoir sa copie : pas question de réviser le mandat disent tout net huit autres pays, à commencer par l’Allemagne et la Suède.
  • L’intervention de Macron sur le commerce : rejetée par tous, soutenue du bout des lèvres par le président de la bouteille, de la Commission, Jean-Claude Juncker.
  • Son projet d’approfondissement de l’intégration européenne : les pays du Nord n’en veulent pas.
  • L’Europe à plusieurs vitesses, ce sera niet aussi.

« Emmanuel Macron donne une vision, mais, nous, on veut du concret, on est beaucoup plus pragmatique », expliquent les scandinaves qui se demandent si le discours de la Sorbonne n’était pas là pour masquer ses difficultés à convaincre au niveau national.

Philippe Lamberts, le président du groupe des Verts, remarque surtout la capacité formidable de Macron remettre à plus tard ses initiatives. Il l’appelle même le « président du surlendemain ».

Et les Français, une fois de plus, se demandent ce qui ne tourne pas rond dans leur tête pour élire constamment des présidents aussi médiocres.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Hervé Stammers pour Dreuz.info.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz