FLASH
[11/12/2018] Tsahal découvre un troisième tunnel terroriste du Hezbollah à la frontière libanaise  |  Si Dreuz n’informe pas le Quai d’Orsay de ce qui se passe dans le monde, qui le fera ? Le chef du renseignement israélien indique que l’Iran réduit sa présence en Syrie  |  Lyon: trois interpellations après un incendie et l’agression de policiers  |  Le futur gouvernement brésilien prévoit de se retirer du pacte de Marrakech – bref, tous les gouvernement populistes prennent les bonnes décisions  |  [10/12/2018] Alerte info : des colons arabes ont tiré en direction d’un poste de Tsahal près de Bir Zayit en Judée  |  Après avoir voulu briser les sanctions américaines contre l’Iran, condamné Israël 8 fois à l’ONU, poussé les pays d’Europe centrale à ne pas déplacer leurs ambassades à Jérusalem, le CDU de Merkel refuse de geler des fonds pour le terrorisme palestinien  |  Ils ont signé le pacte mondial pour les migrations de l’ONU – pour le compte des peuples – sans demander leur accord (qui aurait été non)  |  #Giletsjaunes : la moitié des radars du pays auraient été détruits – d’un côté, c’est la réponse à l’acharnement anti-voitures ; de l’autre, il faudra plus d’impôts pour les faire réparer  |  [09/12/2018] Judée Samarie : 2 colons arabes palestiniens en voiture ont ouvert le feu sur des passants juifs – 6 blessés, dont 1 femme enceinte, grièvement  |  38% des juifs d’Europe envisagent de quitter leur pays en raison de l’hostilité grandissante envers leur communauté (i24NEWS)  |  #LeDrian invite Trump à ne pas se mêler de politique intérieure française – qu’il donne l’exemple et ne se mêle pas de la politique israélienne  |  Frontière israélo-libanaise : l’armée libanaise a placé des centaines de chars à la frontière, en infraction avec les résolutions de l’ONU, présent sur place, et qui regarde ailleurs  |  [08/12/2018] #GiletsJaunes : 700 interpellations sur le territoire, dont 581 à Paris  |  Paris, rue Christophe-Colomb, des #Giletsjaunes se dissocient des casseurs et les insultent  |  Paris : nombreux #GiletsJaunes ont quitté les Champs Elysées pour se rendre avenue Marceau où les tensions se sont concentrées en milieu d’après-midi. Plusieurs feux allumés avec les palissades qui protégeaient les boutiques  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 21 octobre 2017

L’ancien stratège en chef de la Maison Blanche Steve Bannon a encouragé les militants conservateurs à combattre l’establishment du parti Républicain, lors d’une réunion à Washington, attaquant des membres Républicains du Congrès, y compris le chef de la majorité du Sénat Mitch McConnell.

La guerre est déclarée contre les obstructionnistes de la politique Trump. Ce n’est pas tant les Démocrates, qui sont en minorité dans les deux chambres et ne peuvent pas faire de blocage, mais les anti-Trump du parti Républicain qui ne digèrent pas que leur poulain Jeb Bush, ait été éliminé et battu par un outsider qui n’est pas de leur milieu, Donald Trump.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Lorsque Stephen Bannon a donné sa démission de la Maison-Blanche, il a déclaré qu’il serait plus efficace pour soutenir Trump en dehors que de l’intérieur. Le voilà à l’œuvre.

Bannon a demandé aux participants du sommet Values Voter, une conférence conservatrice annuelle, de poursuivre le combat contre la classe politique «impériale».

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

«Ce n’est pas ma guerre, c’est notre guerre et vous ne l’avez pas commencé, l’establishment l’a commencé», a dit Bannon. «En ce moment, c’est la saison de la guerre contre l’establishment du GOP. »

Le président de Breitbart.com cherche à unir les Républicains derrière le Président Donald Trump. Ses efforts mettent en évidence les déficiences croissantes à l’intérieur du parti et du mouvement conservateur.

Lors du sommet, Bannon a, à un moment donné, adressé ses commentaires directement à Mitch McConnell, avertissant: «A Capitol Hill, c’est comme les Ides de mars*, ils cherchent juste à savoir qui sera Brutus pour votre Jules César. Et j’ai coupé votre oxygène, Mitch. »

Dans la pièce de Shakespeare, Brutus est le sénateur qui poignarde dans le dos le chef de l’Empire romain et meilleur ami : Jules César.

Bannon a ensuite exposé sa stratégie : il veut faire perdre les prochaines élections aux sénateurs Républicains anti-Trump favorables au statu quo grâce auquel ils se sont enrichis depuis 50 ans, que la majorité soit démocrate ou républicaine, pendant que la classe moyenne américaine s’appauvrissait, et les remplacer par de vrais populistes, de vrais soutiens de la politique de Trump.

Il va pour cela recruter des candidats conservateurs pour les élections de mi-mandat de 2018, et a formé un réseau de donateurs pour les soutenir aux primaires contre les sénateurs républicains que Bannon veut éliminer.

Plus particulièrement, on a vue que Bannon a soutenu l’ancien juge Roy Moore pour évincer le sénateur Luther Strange lors d’une primaire républicaine de l’Alabama le mois dernier, au cours de laquelle d’ailleurs le Président Trump a soutenu Strange par fidélité plutôt que par calcul politique, Moore étant un solide pro-Trump.

«La chose la plus importante est un candidat authentique», a expliqué Bannon.

Trump a soutenu Strange plutôt que Moore, mais c’est ce dernier qui a gagné la primaire de l’Alabama. Lors du sommet, Bannon a déclaré que la décision de Trump de soutenir Strange a été prise en raison de «mauvais conseils».

«Le président a eu quelques mauvaises informations et de mauvais conseils, et les gens lui ont dit des choses qui n’étaient pas vraies», a dit Bannon. «Je lui ai dit ce qui allait se passer en Alabama et celui qui allait rester en compétition. »

Bannon a ouvertement attaqué les membres de l’establishment Républicain pour ce qu’il considère comme un obstacle au programme du président Donald Trump. Un autre sénateur auquel il a fait référence dans son discours est Bob Corker, que Bannon a qualifié de «vraie nuisance».

Précédemment au sommet, Bannon a demandé à Corker à démissionner après une querelle publique entre Trump et le Républicain du Tennessee.

«Si Bob Corker a un peu d’honneur, de la décence, il devrait démissionner immédiatement», a dit Bannon dans une interview avec Sean Hannity sur Fox News.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Et Bob Corker, première victime du plan Bannon, a décidé de ne pas se représenter à sa propre succession lors des prochaines élections.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : traduction © Marina Linardi pour Dreuz.info.

* Ides de mars correspond au 15 mars du calendrier romain et était le jour où les dettes devaient être payées.

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz