FLASH
[20/07/2018] Effet Trump: La production pétrolière américaine vient d’établir un nouveau record de tous les temps  |  [19/07/2018] 1000 gros bonnets Iraniens ont acheté des passeports des Comores pour voyager sans éveiller les soupçons. La bonne nouvelle est que le gouvernement comorien a changé de camp et a annulé plus de 100 passeports  |  Effet Trump: Les exportations de pétrole de l’Iran pourraient chuter de deux tiers d’ici la fin de l’année en raison des nouvelles sanctions des États-Unis, une excellente nouvelle dans la lutte contre le terrorisme mondial  |  Médias de plus en plus marginalisés: 68% des Républicains approuvent la rencontre entre Poutine et Trump que les journalistes qualifient de « trahison » (sondage CBS)  |  Effet Trump : Le chômage à travers les États-Unis est le plus faible depuis décembre 1969, selon un rapport du ministère du Travail  |  [18/07/2018] Pour faire face à l’afflux de touristes, Lufthansa annonce deux nouvelles routes vers Eilat cet hiver  |  [15/07/2018] Depuis samedi matin, les terroristes ont tiré plus de 200 roquettes sur les citoyens israéliens. Et aucun gros titre pour dénoncer ça ?  |  [14/07/2018] Tsahal a frappé des douzaines de cibles du #Hamas à la suite des attaques terroristes de roquette contre non pas l’armée mais des civils en #Israël  |  Eric Ciotti a qualifié Emmanuel Macron d' »adolescent immature » atteint d’un « sentiment de surpuissance ». Ça dit quoi sur les français qui ont choisi d’élire un ado immature ?  |  #Syrie L’État islamique affirme que des engins explosifs ont explosé à la base de Hay’at Tahrir Al-Sham à Sarmada- #Idlib  |  #Tsahal vient de cibler 1 zone derrière l’Université Al Quds au nord de #Gaza avec un missile en réponse à une agression du Hamas  |  #Gaza: 2 Palestiniens modérément blessés par 1 roquette artisanale tirée depuis Gaza et retombée sur Gaza dans le quartier d’Al-Nasser à Rafah. Boom!!!  |  #Bastille night was very quite in #Paris area: 237 jailed, 183 arrests for questioning, 134 vehicles burned. 5 police officers, 4 firemen injured. 1 supermarket looted. Immigration brings a lot of good things  |  La nuit du 13 juillet a été normalement calme en région parisienne: 237 interpellations, 183 GAV, 134 véhicules incendiés. 4 policiers, 4 pompiers et 1 gendarme blessés. 1 Franprix pillé  |  « Après ma nuit blanche à cause des tirs de roquettes des islamistes de Gaza superbement occultés par les médias, l’alerte rouge continue chez moi au sud d’Israël. C’est ça, une religion de paix et d’amour ? »  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 23 octobre 2017

Les Algériens ont pris l’habitude de critiquer la France. Ce n’est plus un secret pour personne. Cette France colonisatrice, coupable de leur avoir imposé ses us et coutumes. De les avoir laissés dans l’ignorance et le dénuement le plus complet. Soit.

Si cela est vrai, il faudra nous expliquer pourquoi les habitants de ce pays, devenu libre, ont fui cette « liberté retrouvée » dès les premiers mois de l’indépendance sans que, jamais, le flux ne se soit tari.

Car il ne fait plus de doute que l’Algérie a été incapable de retenir ses enfants malgré les richesses qui lui ont été abandonnées par cette France honnie.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Ils sont donc venus s’installer en France et, selon certains auteurs algériens, ils seraient entre 5 et 8 millions devenus des « Français ».

Ne sont pas comptés, dans le nombre, les détenteurs de visas de court ou long séjours, les clandestins, les malades, les étudiants… et on en passe qui, finalement, pour des raisons qui ne regardent qu’eux et nos dirigeants, ne retourneront en Algérie que pour de courts séjours en attendant que la France leur attribue la nationalité de ce pays… qu’ils haïssent.

Mais que font-ils, donc, chez nous ?

Ils colonisent la France. Mais pas seulement. Ils l’islamisent.

Aujourd’hui, nous savons que plus de 10% de la population française est de confession musulmane. Or, les Algériens représentent la plus importante communauté musulmane, dans l’hexagone.

Force est de constater que si, aujourd’hui, notre pays est confronté à la montée de l’islamisme, dans le sens littéral du mot, ce n’est certainement pas le fait d’une minorité des ressortissants des pays arabo-musulmans mais, bien, de cette majorité de musulmans algériens devenus des « Français à part entière ».

Et ces nouveaux « Français » ont choisi de revendiquer leur islamisme et de l’imposer comme, jadis, d’autres Algériens l’ont fait pour se libérer de l’occupation française dans leur pays.

Est-ce un réel retour à la foi ? Est-ce l’esprit de revanche ? C’est, tout simplement, que les Algériens manquent de volonté pour s’affirmer par eux-mêmes, tels qu’ils sont, réellement. L’Algérien est toujours mécontent de son sort. Quitte à suivre les plus criminels d’entre eux, aussi.

Selon l’analyse d’un éditorialiste algérien, les Algériens attendaient de ces exilés devenus Français « qu’ils tirent l’Algérie par le haut ». Ils espéraient que ces Algériens, dès la deuxième génération née en France, deviendraient des citoyens français, respectueux de la démocratie, de la diversité, des lois républicaines.
Ils espéraient que cette nationalité algérienne qu’ils conservaient pourrait encourager ceux restés au pays, à faire comme eux, à leur ressembler.

Las ! Outre qu’ils ne se sont jamais intégrés à nos coutumes républicaines et bien qu’ils n’aient jamais vécu en Algérie, ils ont choisi délibérément de mettre en exergue leur différence. Ils se sont volontairement dissociés du commun des Français par leur coutumes ancestrales mais, surtout, par la religion islamique et sa doctrine.

Ce qui fait dire, à ce journaliste algérien, je cite :

« La communauté algérienne en France est totalement islamisée ou presque […] Quelques poches de résistance ! Les milliers de mosquées et des lieux de cultes musulmans financés par l’Arabie Saoudite, encadrés par des frères musulmans ou des imams salafistes, wahhabistes ont assassiné le rêve de voir venir un souffle d’air frais des milieux de cette communauté. »

Bien sûr, l’Algérie est amie de l’Iran et pas de l’Arabie Saoudite. Néanmoins, si ces deux pays extrémistes financent pareillement le terrorisme, il est vrai que le wahhabisme avec les Frères musulmans et les salafistes est plus présent, plus actif, sur notre territoire.

Donc, toujours selon cet éditorialiste algérien, ceux qui ont fui cette Algérie (un peu) dictatoriale – en tous cas, pas démocratique – n’ont pas répondu aux attentes de ceux qui y sont restés. Ceux-là espéraient que leur expérience de vie dans un pays démocratique et civilisé et grâce à l’enseignement qu’ils y avaient reçu, propulserait l’Algérie vers une réelle démocratie et, surtout, vers une laïcité indispensable à toute évolution d’un peuple.

Non. Les Algériens, en France, n’ont rien retenu des années de guerre contre l’islam sectaire. Ils n’ont rien retenu de ces cinquante-cinq années de despotisme FLN au pouvoir. Au contraire, ils sont devenus plus « islamistes djihadistes » que ceux restés au pays.

Et cet Algérien de conclure son édito par des mots effroyables qui devraient faire réfléchir tous les dirigeants français, de l’Etat à la Justice, en passant par nos Forces de l’ordre :

« On commence à avoir peur de cette communauté (ndlr : algérienne) […] Aujourd’hui, nous avons peur du wahhabisme parisien plus que du wahhabisme saoudien ! ».

Il a raison. Il sait de qui il parle, ce sont ses coreligionnaires. Il sait le danger que représentent ces gens parce qu’il les a subis pendant la décennie noire en Algérie. Aussi, parce qu’il espère voir son pays devenir un pays respectable et son peuple, un peuple respecté.

Ce que nous pouvons nous demander, nous, Français, c’est pour quelle raison nos dirigeants français font la sourde oreille.

Parce qu’ils savent que ce qu’écrit ce journaliste algérien est la vérité. Ils savent très bien que ces éléments sont de dangereux subvertisseurs. Ils nous en ont donné la preuve, maintes fois, depuis plus de 40 ans, en France. Et les dirigeants algériens n’ont pas été les derniers à les aider et les encourager.

Ils savent, aussi qu’une subversion, lorsqu’elle émane d’une minorité, est aisément répressible. Mais là, nous avons affaire à plusieurs milliers, voire des millions de personnes. Des millions de « déstabilisateurs » qui se sentent le droit de perpétuer leurs actes puisqu’ils ne sont pas réprimés. Qui se sentent le droit, le devoir, d’embrigader les autres communautés musulmanes.

Alors ?

Est-ce à croire que les paroles de l’ex-président de la République française en exercice, François Hollande, sont un fait inexorable auquel se soumet la France ?

Devrons-nous un jour – et, au mieux – accepter la partition de notre pays ?

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Nobeline Nobel pour Dreuz.info.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz