Publié par Ftouh Souhail le 31 octobre 2017
Antonio Tajani,

Alors que le niveau de vie des Européens en fin de carrière ou à la retraite est en baisse, l’Europe annonce une nouvelle aide pour les États africains.

Devant une plénière extraordinaire du parlement tunisien, qui s’est tenue ce lundi 30 octobre 2017, le président du parlement européen, Antonio Tajani, s’est engagé au nom des contribuables européens à verser un montant record pour les gouvernements des pays africains en 2018.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Tajani a annoncé, à cette occasion, que le parlement œuvre à ce que l’Union européenne alloue 40 milliards d’euros de son budget au soutien des États africains.

M. Tajani a, en outre, souligné que sa visite « est d’ordre politique, mais aussi économique dans la mesure où le parlement européen œuvre à soutenir la diplomatie économique« .

Par contre le visiteur européen n’a obtenu aucun engagement en matière de réduction de l’immigration clandestine.

L’hémorragie financière à Bruxelles va donc se perpétuer alors que la corruption économique, politique et sociale fait des ravages en Afrique.

Bien que le nombre d’Européens exposés au risque de pauvreté augmente avec les plans d’austérité (1), l’Union européenne consacre une partie considérable de son budget à l’aide au développement de pays étrangers. Ainsi les États membres consacrent plusieurs dizaines de milliards d’euros à l’aide publique au développement (2).

L’Union et les États qui la composent contribuent ainsi à plus de 50 % de l’aide au développement distribuée dans le monde, faisant d’eux le premier bailleur de fonds au monde. Les premiers destinataires de telles actions sont les pays d’Afrique. Pour exemple, en 2016, l’UE a consacré 18,86 milliards d’euros pour l’Afrique.

Et il faut noter que ces aides ont totalement échoué à améliorer le sort des populations, et il semble que les décideurs européens s’en moquent. Instabilité politique, montée de la pauvreté, famines, faiblesse des États de droit poussent de plus en plus les jeunes aux départs tandis que l’Europe est incapable de faire face aux flux migratoires sur ses frontières du sud.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Ftouh Souhail pour Dreuz.info.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

(1) Selon le rapport annuel du cercle de réflexion allemand Bertelsmann Stiftung, plus du quart des jeunes en Europe connaissent une situation de précarité. Le rapport recense 26 millions de mineurs en Europe menacés de pauvreté ou d’exclusion sociale.

(2) Deux instruments financiers ont ainsi été créés à cet effet :

  1. l’ICD (« Instrument de Financement de la Coopération au Développement »).
  2. Le Fonds européen de développement (FED).

Soutenez Dreuz en partageant cet article

Partagez ce message !

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz