FLASH
[17/01/2018] Des Israéliens se sont rendu dans la capitale juive pour prier au Mont du Temple. Sans la présence des forces de sécurité, ils auraient été décapités aux cris d’Allahou Akbar – et l’UE veut faire croire qu’il faut partager la ville !  |  3 pays dans le monde (à part les USA), ont une rue Martin Luther King: le Sénégal, le Brésil, et Israël (King était profondément pro-israélien) – ça ne rime pas bien avec Apartheid  |  Eric Trump, votre père est-il raciste ? Mon père n’est pas raciste du tout, en fait, il ne voit qu’une seule couleur : le vert, l’économie !  |  Examen médical de Trump (par le médecin d’Obama): il ne boit pas, ne se drogue pas, ne fume pas, est en excellente santé physique et mentale – et a des gênes pour vivre 200 ans ! »  |  Pendant la nuit, Tsahal a arrêté en Judée Samarie 16 colons arabes suspectés de terrorisme  |  [15/01/2018] La gauche, toujours du côté du mal : Sadiq Khan, le maire de Londres, n’accueillera pas le président Trump, mais en 2001, il a représenté le prédicateur de haine Louis Farrakhan qui disait que les juifs sont des « suceurs de sang » et Hitler un « très grand homme »  |  Religion d’amour et de paix : en Irak, au moins 8 morts et 40 blessés dans un double attentat à Bagdad  |  [14/01/2018] Abou Hamza Hamdan, un terroriste du Hamas, a été éliminé lors d’un attentat à la voiture piégée à Sidon, au Liban  |  Sur MSNBC, un pasteur noir pro-Trump dit à la journaliste d’aller vivre en Haïti si elle doute que c’est un « pays de merde »  |  Tweet du Premier ministre indien Modi à Netanyahu: « Bienvenue en Inde, mon ami PM @netanyahu! Votre visite en Inde est historique et spéciale. Elle renforcera encore l’étroite amitié entre nos deux pays »  |  La Pologne pourrait tenir un référendum pour quitter l’UE, selon Donald Tusk  |  Israël ferme ses missions diplomatiques de Biélorussie, République dominicaine, Érythrée, Irlande et Lettonie pour en ouvrir d’autres en Afrique  |  En Autriche, 20 000 manifestants qui rejettent le principe démocratique contre la coalition gouvernementale incluant l’extrême droite – mais l’extrême gauche criminelle, pas de problème  |  Laurent Wauquiez : « Avec Emmanuel Macron, les clandestins resteront sur notre sol »  |  Le Premier ministre thaïlandais Prayuth Chan-Ocha a installé un découpage en carton de sa photo pour que les journalistes posent leurs questions, puis il a quitté la conférence de presse  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Michael Laitman le 7 novembre 2017

 

Une déclaration d’urgence nationale n’est que la première étape. Le traitement réel de la crise des opioïdes sera possible lorsque nous réaliserons ce que nous devons changer dans notre société.

Lorsque Trump déclare que la crise des opioïdes est une urgence nationale, cela devrait donner à son administration le pouvoir d’y consacrer plus de fonds, d’y affecter plus de personnel et de réduire les formalités administratives. Déclarer une situation d’urgence nationale pour faire face à une épidémie de toxicomanie est une initiative sans précédent car elle est généralement réservée aux situations d’urgence à court terme comme les catastrophes naturelles ou les attentats terroristes.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Pourtant, il y a beaucoup de controverses sur la question, à savoir si une telle mesure aidera réellement à résoudre une question aussi complexe. Avec 91 Américains qui meurent chaque jour de surdoses d’opioïdes, ce nombre a maintenant quadruplé en moins de deux décennies, faisant des opioïdes le premier tueur d’Américains de moins de 50 ans. C’est plus que les armes, les accidents de voiture et le cancer. Si nous pensions autrefois que seules certaines communautés étaient touchées, aujourd’hui, il s’agit d’un phénomène généralisé.

Afin de faire face à cette dépendance qui augmente rapidement, il ne suffit pas d’équiper les policiers de naloxone, d’augmenter le contrôle sur les médicaments pour les toxicomanes ou d’ouvrir davantage de centres de désintoxication. Ces mesures pourraient atténuer les symptômes de la crise, mais ne traiteront pas l’épidémie de dépendance à sa racine.

Qui plus est, tenter de responsabiliser les gigantesques compagnies pharmaceutiques est une bataille perdue d’emblée ; sévir contre les médecins les pousse à ne pas prescrire suffisamment incitant les consommateurs à chercher de l’héroïne dans la rue beaucoup plus tôt, comme cela a été clairement démontré dans le cas de la Floride ; la soi-disant « guerre contre les drogues » a été reconnue comme un échec colossal ; et cela en laisse certains à blâmer les toxicomanes eux-mêmes, ce qui revient à battre le messager plutôt que de lire le message.

Le message que nous devrions entendre est clair : nous devons examiner les facteurs sociologiques qui poussent cette dépendance à des proportions massives. En d’autres termes, nous devons poser des questions plus profondes telles que « quelle est la raison première qui incite les gens dans notre société à se tourner vers les opiacés ? » Et « qu’est-ce que notre société ne fait pas pour empêcher le nombre croissant de toxicomanes opioïdes ? »

La soif des opiacés est une soif de connexion

D’abord, il est important de reconnaître que la grande majorité de ceux qui abusent des opioïdes ne commence pas à les prendre pour une véritable douleur physique. Au contraire, dans la plupart des cas, ils se tournent vers eux à cause d’un autre type de douleur – une douleur émotionnelle.

Il y a des récepteurs opioïdes partout dans notre corps, et ils sont conçus pour équilibrer les émotions telles que la panique et l’anxiété, en plus de la douleur physique. Quand nous étions bébés, le lait que nous recevions de nos mères était riche en opioïdes, et maintenant, quand quelqu’un nous serre dans ses bras, notre tronc cérébral génère des opioïdes.

Beaucoup seraient surpris d’apprendre que, de la même manière, le soutien social, la confiance mutuelle, une relation amoureuse, une famille aimante ou même simplement un climat social positif et sûr, tout mène à la production d’opioïdes directement dans notre corps. Ainsi, le besoin d’opiacés est étroitement lié à notre réseau intrinsèque pour la connexion humaine.

Dans cet esprit, regardons ce qui se passe aujourd’hui : notre société rend les gens tellement stressés, anxieux et seuls, que leur apport naturellement équilibré et sain en opioïdes ne suffit pas. Pour le mettre dans une équation sociale simple : nous générons beaucoup plus d’aliénation, d’incertitude et de stress que nous ne générons la sécurité, la compassion et la camaraderie.

Par conséquent, les multitudes de personnes se tournant vers des opiacés artificiels peuvent être considérées comme un contrepoids naturel à une société déséquilibrée.

Un coup de semonce pour la culture américaine

Trump a déclaré que le monde entier a un problème de drogue, pas seulement l’Amérique. Il a raison à ce sujet. Ce qui est intéressant à propos de la crise des opiacés, c’est que la nature semble nous indiquer exactement ce que nous devons changer dans notre société.

Cette crise expose la nature profondément interconnectée de l’espèce sociale appelée humanité. Nous sommes fondamentalement connectés les uns aux autres, comme des cellules dans un seul organisme, et nous sommes naturellement attirés les uns vers les autres, lorsque nous recherchons un sentiment de soutien et de sécurité. Notre résistance biologique et psychologique dépend de relations positives et saines dans notre entourage social. Et tout comme les cellules dans un corps, lorsque nous perdons contact avec le corps dans son ensemble, nous devenons malades et dégénérons jusqu’à notre mort.

Cependant, cette crise de la drogue s’ajoute aussi à une liste d’autres symptômes douloureux, tous convergents pour nous montrer que nous ne pouvons pas échapper à une transformation massive de la culture occidentale. Nous devons reconnaître notre besoin urgent de relations humaines saines et de climats sociaux positifs. Et tôt ou tard, nous devrons activement guérir notre société brisée.

Pour ce faire, nous devons puiser dans le même mécanisme que celui dont nous abusons actuellement – notre câblage inhérent pour la connexion humaine. Il existe une méthode d’ateliers en cercle qui offre une interaction sociale sécuritaire et positive. Elle devrait être introduite dans nos lieux de travail, écoles, maisons de retraite, et même jardins d’enfants. Elle devrait être sur nos écrans de télévision et partout dans le monde virtuel, de sorte que n’importe qui, longtemps avant qu’il ne se tourne vers les opiacés, pourrait facilement trouver une communauté de soutien qui génère une connexion humaine chaleureuse.

Une fois que nous aurons commencé, les gens vont découvrir le « high » naturel, d’être branchés les uns aux autres d’une façon positive. Ce genre de « high » ne résoudra pas seulement la dépendance aux opiacés, il nous fera sortir du prisme étroit à travers lequel nous percevons notre réalité sociale et nous permettra d’imaginer comment remodeler nos sociétés.

Nous vivons à une époque où la nature du développement humain nous oblige à approfondir nos liens les uns avec les autres et à entrer dans un nouveau niveau d’expérience humaine. Plus nous attendrons, plus nous serons frustrés et plus la toxicomanie augmentera. Au lieu de cela, nous devrions ouvrir les yeux pour voir la grande opportunité de progrès social qui se trouve à portée de main.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Michaël Laitmann pour Dreuz.info.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz