FLASH
[17/11/2017] L’explosion d’un pipeline au Bahreïn considérée comme une mise en garde de l’Iran  |  Retrait de sa nationalité à un « Danois de papier » parti combattre avec ISIS  |  La candidature de l’iran à la tête de l’UNESCO n’a pas été retenue  |  [16/11/2017] La deuxième vague de réfugiés balaiera l’Europe, se préoccupe l’ONU  |  Une Suédoise violée par des réfugiés se suicide après que le procureur ait conclu à un « manque de preuves »  |  Des citoyens iraniens ont attaqué la voiture du président Rohani pour l’extraire du véhicule et le lyncher  |  Des avions de combat israéliens ont survolé la région du Djebel Sheikh (Hermon), ainsi que plusieurs villes du sud du Liban  |  Israël, toujours aussi nul en blocus : 15 392 tonnes de biens de consommation, répartis sur 498 camions, livrés hier à Gaza  |  France : chômage en hausse. USA : chômage en baisse. Et Macron dit qu’on ne peut diriger un pays et tweeter…  |  Oups! 3 véhicules de la police incendiés ce matin devant le commissariat d’Antony en banlieue parisienne  |  Supprimé des médias : le grand mufti d’Arabie Saoudite, Abdelaziz al-Cheïkh, lanche une fatwa interdisant de tuer des juifs et de manifester contre Israël  |  Un tableau de Léonard de Vinci vendu hier pour 405 millions$ – pris pour un faux en 1958, il avait été vendu 57$  |  [14/11/2017] #Californie, #Rancho Tehama : des enfants ont été évacués par bus scolaire  |  #Californie, #Rancho Tehama : il y aurai plusieurs blessés  |  #Californie, #Rancho Tehama : la fusillade a eu lieu ce matin vers 8h  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 10 novembre 2017

Après que Clinton, qui a encaissé d’eux 145 millions de dollars pour sa fondation, et 500 000 dollars pour une conférence de 20 minutes pour son mari, a approuvé la vente d’importantes réserves d’uranium américain à une société détenue par le gouvernement Russe, la Nuclear Regulatory Commission a assuré le Congrès que les nouveaux propriétaires ne pouvaient exporter aucun combustible nucléaire brut.

« Aucun uranium produit dans ces installations ne peut être exporté », avait déclaré la NRC dans un communiqué de presse publié en novembre 2010, annonçant qu’ARMZ, une filiale Russe de Rosatom, avait été autorisée à prendre possession de la société minière Uranium One et de ses actifs Américains.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Un an plus tard, les autorités nucléaires ont renouvelé leur promesse dans une lettre à un sénateur inquiet, John Barrasso, un républicain du Wyoming, l’Etat où Uranium One exploitait des mines.

« Ni Uranium One Inc. ni AMRZ ne détiennent une licence d’exportation spécifique. Pour exporter de l’uranium en provenance des États-Unis, Uranium One Inc. ou ARMZ devra demander et obtenir une licence spécifique du CNRC autorisant les exportations d’uranium », a écrit le président du CNRC, Gregory Jaczko, à Barrasso.

Le CNRC n’a jamais délivré de licence d’exportation à la firme Russe, un fait tellement ancré dans le récit de la controverse sur Uranium One qu’il est apparu sur le site officiel du Washington Post. « Nous avons noté à plusieurs reprises que l’uranium extrait ne pouvait pas être exporté par la Russie sans licence, ce qui n’est pas le cas de Rosatom », a rapporté le journal de gauche, en évoquant la lettre de Barrasso de 2011. 

Mais le fait était faux, et les journalistes, trop fainéants pour faire leur travail, trop pressés de défendre l’administration Obama et Hillary Clinton, ne l’ont pas vérifié.

The Hill a fait le travail – mais c’est un média moins propagandiste, c’est pourquoi Dreuz le cite souvent – et a constaté que les notes du CNRC montrent qu’ils ont approuvé l’envoi d’uranium yellowcake – la matière première utilisée pour fabriquer le combustible et les armes nucléaires – des mines appartenant maintenant aux Russes, depuis les États-Unis vers le Canada en 2012 par l’intermédiaire d’une tierce partie. Puis plus tard, l’administration Obama a approuvé qu’une partie de cet uranium soit livré en Europe, comme le montrent les documents du gouvernement, et sa trace a été ensuite perdue sans que l’administration Obama ne s’en inquiète.

Les représentants du CNRC ont déclaré qu’ils ne pouvaient pas divulguer la quantité totale d’uranium qui a été exporté par Uranium One parce que l’information est sensible. Ils ont toutefois affirmé que les envois n’ont duré « que » de 2012 à 2014 et qu’ils n’ont connaissance d’aucune exportation après 2014.

Les représentants du CNRC ont déclaré au Hill que les exportations d’Uranium One ont été acheminées du Wyoming vers le Canada et vers l’Europe entre 2012 et 2014, et que l’approbation a impliqué un processus de plusieurs organismes.

  • Plutôt que de donner à Rosatom une licence d’exportation directe – ce qui aurait soulevé des signaux d’alarme au sein d’un Congrès déjà soupçonneux – le CNRC a autorisé en 2012 une modification d’une licence d’exportation existante pour une entreprise de camionnage basée à Paducah-Kentucky, appelée RSB Logistics Services Inc. pour simplement ajouter Uranium One à la liste des clients dont l’uranium pouvait être transféré au Canada.
  • La licence, examinée par The Hill, est datée du 16 mars 2012 et a augmenté la quantité de concentré de minerai d’uranium que RSB Logistics pouvait expédier à l’usine de Cameco Corp. en Ontario, de 7 500 000 kilogrammes à 12 000 000 kilogrammes, et a ajouté Uranium One à « d’autres sociétés d’exportation. « 

Les mouvements de Yellowcake ont ainsi totalement échappé à la connaissance, donc à l’avis au Congrès – qui aurait été négatif, tous partis politiques confondus.

  • Les représentants de RSB, Cameco et Rosatom n’ont pas donné suite aux appels téléphoniques ou courriels répétés demandant des commentaires.
  • La branche américaine d’Uranium One a toutefois envoyé une déclaration au Hill confirmant qu’elle avait exporté de l’uranium au Canada par le biais de l’entreprise de camionnage, et que 25% de ce combustible nucléaire avait finalement quitté l’Amérique du Nord pour l’Europe et l’Asie. Les exportations étant conformes à la loi fédérale.

« Aucun des produits US U308 produits à ce jour n’ont été vendus à des clients non américains, à l’exception d’environ 25% qui ont été vendus par transfert comptable aux centres de conversion aux clients d’Europe occidentale et d’Asie », a déclaré Donna Wickers. « Toute exportation physique du produit des installations de conversion vers des destinations autres que les États-Unis est sous le contrôle de ces clients et est soumise à la réglementation du CNRC. »

Les États-Unis importent en fait la majorité de l’uranium qu’ils utilisent comme combustible. Et l’on se demande pourquoi, dans ce contexte, Clinton a vendu 20% de l’uranium à la Russie. En 2016, selon l’US Energy Information Administration, 24% des importations provenaient du Kazakhstan (Etat dans lequel Hillary Clinton a été impliquée dans un scandale financier autour de l’uranium qui a été étouffé) et 14% de Russie.

La vente d’Uranium One à une société publique russe a toutefois créé des vagues politiques qui ont conduit à de multiples enquêtes du Congrès. Les républicains disent qu’ils veulent savoir comment la vente a pu être approuvée et s’il y a eu une corruption politique.

« Plus cette affaire fait surface, plus cela soulève de questions », a déclaré le sénateur Chuck Grassley (R-Iowa) dans un communiqué publié après la publication de cette histoire. Grassley, le président du Comité judiciaire du Sénat, a lancé une enquête sur Uranium One.

« Il semble maintenant que malgré les promesses contraires, l’uranium américain a fait son chemin à l’étranger dans le cadre de l’accord Uranium One », a déclaré M. Grassley dans le communiqué. « Ce qui est plus troublant, est que ces transactions ont apparemment été rendues possibles par diverses agences de l’administration Obama alors que le Congrès contrôlé par les Démocrates a fermé les yeux. »

« Les Américains méritent des assurances que « l’influence » politique n’a pas été un facteur dans tout cela. Je suis de plus en plus convaincu qu’un conseiller spécial – quelqu’un qui n’a jamais participé à aucun de ces accords – devrait éclairer cette affaire et obtenir des réponses pour le peuple Américain. »

Les représentants du gouvernement ont déclaré au Hill que le CNRC était en mesure de modifier la licence d’exportation affectant Uranium One en raison de deux autres décisions prises par l’administration Obama dans le cadre du «reset» russe lors du premier mandat du président Obama.

  • Premièrement, Obama a rétabli un accord de coopération sur l’énergie nucléaire civile entre les États-Unis et la Russie.
  • Le président George W. Bush avait signé l’accord en 2008, mais s’en est retiré avant que la Russie ne soit impliquée dans un conflit militaire avec l’ex-république Soviétique de Géorgie, un allié des Etats-Unis, et après que de nouvelles préoccupations aient fait surface que Moscou aidait secrètement les ambitions nucléaires de l’Iran.
  • Obama a de nouveau soumis l’accord à l’approbation du Congrès démocrate en mai 2010, déclarant que la Russie devrait être considérée comme un partenaire amical en vertu de l’article 123 de la loi sur l’énergie atomique de 1954, après avoir accepté un nouvel accord sur la réduction des armes nucléaires avec l’Iran.

« J’ai conclu: (1) que la situation en Géorgie ne doit plus être considérée comme un obstacle à la poursuite de l’accord proposé et (2) que le niveau et l’étendu de la coopération américano-russe sur l’Iran sont suffisants pour justifier la proposition d’un accord au Congrès « , a déclaré M. Obama dans un communiqué envoyé au Congrès.

  • Le Congrès n’a pris aucune mesure, ce qui a permis à l’accord de prendre effet 90 jours plus tard.
  • L’autre étape qui a permis l’exportation d’uranium des mines contrôlées par la Russie aux États-Unis a eu lieu en 2011 lorsque le Département du Commerce a retiré Rosatom, le propriétaire d’Uranium One, d’une liste de sociétés qui ne pouvaient pas exporter de matériaux sensibles ou nucléaires ou des technologies sans approbation spéciale en vertu du Règlement sur l’administration des exportations.
  • « Cette règle finale supprime de la liste la puissance atomique fédérale de Russie (Rusatom) maintenant connue sous le nom d’Agence Fédérale Russe de l’Energie Atomique (Rosatom) », a déclaré le Bureau de l’industrie et de la sécurité du Département du Commerce dans un avis fédéral du 24 mai 2011 qui avait créé quelques vagues.

Rosatom figurait sur la liste depuis longtemps, si longtemps qu’elle figurait encore dans la base de données fédérale sous son ancien nom, Rusatom.

Selon des responsables, l’effort de normaliser l’entreprise nucléaire russe était une « décision politique » du département d’Etat, du département de l’Energie, du département du Commerce et d’autres agences ayant des portefeuilles russes, et pour reconnaître que les relations bilatérales entre la Russie et les Etats-Unis s’étaient légèrement améliorées.

  • Neuf mois après la radiation de Rosatom de la liste des restrictions à l’exportation, le CNRC a publié en mars 2012 une modification de licence à l’entreprise de camionnage qui a débloqué la voie à Uranium One pour exporter, modification rendue effective pour 5 ans jusqu’à fin 2017. Le CNRC a également stipulé que l’uranium d’Uranium One devrait être retourné aux États-Unis.

« L’uranium autorisé pour l’exportation doit être renvoyé aux Etats-Unis », a indiqué le CNRC dans la modification du permis d’exportation.

Mais cela non plus ne s’est jamais produit.

  • Des responsables ont déclaré au Hill que le ministère de l’Energie avait par la suite autorisé une partie de l’uranium américain à quitter le Canada pour être exporté vers des centres d’enrichissement européens, selon une lettre envoyée en 2015 au représentant Pete Visclosky (D-Ind.).
  • Le CNRC a expliqué à Visclosky qu’à l’origine, il avait stipulé qu’après le traitement de l’uranium américain au Canada, il devait «retourner l’uranium aux États-Unis pour traitement ultérieur».

« Cette licence stipulait que le gouvernement canadien devait obtenir une approbation préalable avant que tout matériel Américain puisse être transféré dans un pays autre que les États – Unis », ajoute la lettre. Par la suite, le ministère de l’Énergie des États-Unis a accordé l’approbation de certains transferts de l’uranium Américain provenant des installations de conversion canadiennes à des usines d’enrichissement européennes.

La CNRC a ajouté, cependant, qu’elle ne croyait pas que l’uranium Américain se soit frayé un chemin « directement » vers la Russie. Et il a ajouté que tout le scénario de la chaîne d’approvisionnement a été rendu possible par la re-soumission de l’accord de l’article 123 par Obama en 2010.

«Le transfert de l’uranium livré par le Canada vers l’Europe mentionné ci-dessus était également assujetti aux accords applicables en vertu de l’article 123», a noté le CNRC. L’article 123 est la partie de la loi sur l’énergie atomique qui permet aux États-Unis de partager la technologie et les biens nucléaires civils avec ses alliés.

L’accord d’Uranium One est controversé depuis au moins 2015, quand le New York Times a rapporté que l’ancien président Bill Clinton avait reçu une commission de 500 000 $ d’une banque Russe et des millions de dons à sa fondation caritative en provenance de sources intéressées par l’affaire au moment où la vente d’Uranium One a été examinée par le Département d’Etat de la Secrétaire d’Etat Hillary Clinton et huit autres agences fédérales.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : traduction © Prescilla Stofmacher pour Dreuz.info.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz