FLASH
[18/11/2017] Espagne : la police espagnole a ouvert le feu sur un Français qui criait « Allahou Akhbar » à un péage près de la frontière française  |  Les tanks de l’armée israélienne ont procédé à des tirs de mise en garde sur les forces syriennes près de la frontière du Golan  |  [17/11/2017] L’explosion d’un pipeline au Bahreïn considérée comme une mise en garde de l’Iran  |  Retrait de sa nationalité à un « Danois de papier » parti combattre avec ISIS  |  La candidature de l’iran à la tête de l’UNESCO n’a pas été retenue  |  [16/11/2017] La deuxième vague de réfugiés balaiera l’Europe, se préoccupe l’ONU  |  Une Suédoise violée par des réfugiés se suicide après que le procureur ait conclu à un « manque de preuves »  |  Des citoyens iraniens ont attaqué la voiture du président Rohani pour l’extraire du véhicule et le lyncher  |  Des avions de combat israéliens ont survolé la région du Djebel Sheikh (Hermon), ainsi que plusieurs villes du sud du Liban  |  Israël, toujours aussi nul en blocus : 15 392 tonnes de biens de consommation, répartis sur 498 camions, livrés hier à Gaza  |  France : chômage en hausse. USA : chômage en baisse. Et Macron dit qu’on ne peut diriger un pays et tweeter…  |  Oups! 3 véhicules de la police incendiés ce matin devant le commissariat d’Antony en banlieue parisienne  |  Supprimé des médias : le grand mufti d’Arabie Saoudite, Abdelaziz al-Cheïkh, lanche une fatwa interdisant de tuer des juifs et de manifester contre Israël  |  Un tableau de Léonard de Vinci vendu hier pour 405 millions$ – pris pour un faux en 1958, il avait été vendu 57$  |  [14/11/2017] #Californie, #Rancho Tehama : des enfants ont été évacués par bus scolaire  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Hélios d'Alexandrie le 11 novembre 2017

L’Histoire du monde arabe s’écrit sous nos yeux, de temps en temps au ralenti, quelque fois à l’arrêt et plus souvent à reculons. Mais voilà qu’elle vient de connaître en Arabie Saoudite une accélération fulgurante, le jeune prince héritier Mohamed Ibn Salman a pris les affaires en main.

Par une purge, sans précédent dans les annales du Royaume, il vient de neutraliser tous ceux qui étaient en position de tracer des limites à ses ambitions réformistes. Nul ne s’attendait à un tel chambardement et pourtant tout le monde s’accordait depuis des années qu’il fallait mettre fin à l’immobilisme et à la sclérose.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

L’irrésistible ascension de Mohamed Ibn Salman ne laisse pas d’étonner, à trente deux ans il s’apprête à mettre fin à plus de cinquante ans de gérontocratie. La majorité de ses prédécesseurs ont accédé au trône à un âge vénérable, Son père Salman Ibn Abd el Aziz est devenu roi en janvier 2015 à 80 ans, son âge et sa santé ne lui permettent pas de prendre en main les affaires du Royaume. Dès sa montée sur le trône il a placé son fils Mohamed aux plus hauts échelons du pouvoir, il a par la suite évincé deux aspirants à sa succession pour le nommer héritier direct, et tout le monde croit qu’il s’apprête à abdiquer en sa faveur.

De par son âge et sa formation Mohamed Ibn Salman est plus proche des préoccupations des saoudiens, et en particulier des jeunes, que les membres séniors de sa famille. Il a une lecture juste de la situation intérieure du pays qu’il veut gouverner. Audacieux, voire un tantinet téméraire, il cherche à le faire évoluer rapidement pour lui permettre d’accéder à la modernité. La chute des prix du pétrole a réduit considérablement les revenus de l’État et ses surplus monétaires, la famille régnante n’a plus les moyens d’acheter le silence du peuple avec de l’argent tout en poursuivant un train de vie scandaleux. L’obscurantisme religieux, fruit de l’alliance avec le courant wahhabite, tyrannise littéralement les gens et en particulier les femmes, il est la cause principale de l’ignorance, de la stagnation et de la régression dans le terrorisme. Le pays est littéralement bloqué, à moins d’un changement rapide il risque l’effondrement. Heureusement il existe un exemple à suivre, celui des Émirats Arabes Unis dont l’ouverture au monde s’accorde assez bien avec la fidélité à l’islam.

Un royaume en crise

Pour bien comprendre les décisions audacieuses de Mohamed Ibn Salman il est important de bien saisir la situation intérieure de l’Arabie Saoudite. Dans une interview traduite et publiée en février 2014, l’écrivain et penseur égypto-allemand Hamed Abd el Samad, auteur de « la chute du monde islamique » et du « fascisme islamique » a dit ceci:

« …cette stabilité (celle de l’Arabie Saoudite) n’est qu’apparente, car si on revient à la réalité des choses, un État comme l’Arabie Saoudite ne peut être considéré comme stable; de tous les pays islamiques il est celui qui souffre le plus de schizophrénie…Il fait preuve d’une grande ouverture à la consommation de style américain, et en même temps il abrite le fondamentalisme islamique wahhabite, réputé être le plus extrémiste, et pour qui tout musulman est un kafir (mécréant) à moins qu’il n’adopte le wahhabisme. Ce mélange de consumérisme à l’américaine et de wahhabisme est à proprement parler explosif. C’est le fait d’adopter un mode de vie à l’occidentale, en jouir, s’adonner à tous ses travers et à toutes ses voluptés, et en même temps, en son for intérieur et de par son éducation religieuse, entretenir une hostilité profonde à l’égard de ce mode de vie. L’existence chez la même personne de deux manières d’être aussi conflictuelles, est source de danger.

L’explosion à laquelle je m’attends en Arabie Saoudite sera assourdissante. Nous approchons de l’étape où elle aura épuisé ses réserves pétrolières, ce sera au cours des prochaines décennies. Il existe dans ce pays, supposément très riche, pas moins de 40% de jeunes qui ne trouvent pas d’emploi, la pauvreté a atteint des niveaux impossibles à imaginer. Le contraste entre la richesse et la pauvreté engendre le mécontentement et la colère. L’Arabie Saoudite compte une minorité chiite importante, 50 mille chiites sont emprisonnés sans jugement; les trois millions de chiites sont en colère. Tous ces ingrédients mis ensemble augurent du pire et je prévois une explosion comme en Égypte, autre pays décrit il n’y a pas si longtemps comme le plus stable de la région.

Mais les gens n’ont pas encore réalisé que le caractère tribal de la société saoudienne est en voie d’être remplacé par quelque chose de différent: l’Arabie Saoudite est le pays musulman qui compte le plus grand nombre d’athées.

  les gens ont par conséquent une longue expérience du mensonge, de la répression et des promesses en l’air au nom de l’Islam. Ils ont été immunisés et on ne peut plus leur faire gober n’importe quoi.

Le phénomène de l’athéisme se rencontre en Arabie et en Iran, deux pays qui vivent depuis longtemps sous un régime islamique, les gens ont par conséquent une longue expérience du mensonge, de la répression et des promesses en l’air au nom de l’Islam. Ils ont été immunisés et on ne peut plus leur faire gober n’importe quoi. Mais en contrepartie il existe des mouvements fondamentalistes aussi forts; c’est exactement cela « le conflit de civilisation interne »: un groupe religieux fanatisé suscite en réaction un groupe qui rejette catégoriquement la religion; mais ce dernier ne se contente pas d’appeler à séparer la religion de la politique, il va jusqu’à réclamer l’élimination de la religion. Le nombre élevé de gens qui rejettent l’islam, est l’un des éléments qui m’ont convaincu que l’explosion en Arabie Saoudite est imminente; parce que nous vivons dans une époque où la dictature, quelle que soit sa forme, ne peut pas durer. Ce n’est plus possible à cause de la mondialisation et surtout de la révolution dans les communications. Dans le passé la dictature était possible, parce qu’elle avait les moyens de contrôler l’information et d’isoler sa population du reste du monde. À présent les jeunes sont branchés, ils voient tout ce qui se passe ailleurs dans le monde, en Europe, au Liban…Il n’y a plus de monopole de l’information. Aucun pays à part la Corée du Nord n’est en mesure de contrôler l’information, pas même la Chine. Après avoir goûté à la possibilité de voir le monde tel qu’il est, les jeunes ne se laisseront pas faire, et n’accepteront pas qu’on leur impose une information censurée par l’État, d’autant plus que, dans le monde musulman, les moins de 25 ans forment plus de 50% de la population.

La génération montante est comme un déluge, elle a adopté un langage différent et s’est habituée à d’autres façons de faire. Il est illusoire d’essayer de contrôler ces jeunes, l’argument d’autorité n’a aucune prise sur eux. Il n’existe pas d’autre avenue en dehors du dialogue et du compromis.

Ceux qui aujourd’hui tiennent à vivre comme au temps où on voyageait à dos de chameau, sont voués à l’insignifiance. Nous vivons à l’ère des satellites et de la nanotechnologie, et non à l’ère des caravanes et de l’urine de chameau comme remède universel

Notre attente ne sera pas longue, l’Arabie Saoudite et la Jordanie nous réservent des surprises, ce sera dans une couple d’années; c’est que les fondements de ces sociétés ne sont pas sains et ne s’accordent pas avec l’esprit du temps. Avant la modernité, la télé, l’internet ça pouvait aller, mais plus maintenant. Ceux qui aujourd’hui tiennent à vivre comme au temps où on voyageait à dos de chameau, sont voués à l’insignifiance. Nous vivons à l’ère des satellites et de la nanotechnologie, et non à l’ère des caravanes et de l’urine de chameau comme remède universel. Interdire aux femmes de monter à bicyclette ou à conduire une auto… Paralyser la moitié de la société en appuyant sur un bouton appartient désormais à un passé révolu. Que ce soit en Arabie Saoudite ou ailleurs, la femme aujourd’hui observe le monde, elle sait dans quelle direction il avance. Il sera impossible de lui bander les yeux et de paralyser la moitié de la société. Les jeunes Saoudiens attendent qu’une brèche s’ouvre, un peu comme en Égypte, ils s’y engouffreront et ne tarderont pas à descendre dans la rue. »

 La situation extérieure n’est pas moins inquiétante, les dangers guettent le royaume d’à peu près tous les côtés. Au Nord, à L’Est et au Sud l’ennemi chiite menace. l’Iran, puissance régionale veut en découdre avec l’Arabie pour le contrôle du Moyen-Orient. Partout où chiites et sunnites s’affrontent, le sang des civils coule à flot, des villes et des villages sont détruits, des régions entières se dépeuplent, des millions de gens partent pour l’exil, et tout espoir est perdu pour eux. l’Arabie opprime sa minorité chiite, Il suffit donc de peu pour qu’elle se soulève et que le feu de la guerre civile consume le royaume, de la même façon qu’il dévore la Syrie, l’Irak et le Yémen. Face à cet ennemi l’Arabie doit s’armer, elle doit également tisser des alliances avec la Jordanie et l’Égypte, mais surtout avec Israël avec qui elle partage le même ennemi, elle doit surtout pouvoir compter sur la protection des États Unis, seuls capables d’endiguer militairement l’Iran.

Ce fut Mohamed Ibn Salman qui frappa le premier, il pris l’autre parti de vitesse et trancha le nœud gordien

Tout porte à croire que Mohamed Ibn Salman et le parti qui le soutient ont une conscience aigüe des dangers qui menacent le régime, et il y a fort à parier qu’à ce sujet les discussions, au sommet de l’État Saoudien et particulièrement à l’intérieur de la famille régnante, ont abouti à des désaccords profonds, voire à des oppositions irréductibles entre la branche traditionnaliste et le courant réformateur. Comme en pareil cas, chaque parti a pris acte de l’impossibilité d’en arriver à une entente et de la nécessité de trancher dans un sens ou dans l’autre. Ce fut Mohamed Ibn Salman qui frappa le premier, il pris l’autre parti de vitesse et trancha le nœud gordien.

Le facteur Trump

Il y a exactement un an Donald Trump gagnait l’élection à la présidence des États Unis. Les saoudiens n’étaient pas peu contents de voir Obama quitter la Maison Blanche. Le nouveau locataire leur est apparu comme un chef d’État fiable, ayant des objectifs bien définis et la ferme intention de les réaliser. Un Président avec qui ont peut faire un bon bout de chemin en étant assurés qu’il ne vous laissera pas tomber comme son prédécesseur. L’Arabie Saoudite a davantage besoin des États Unis que ces derniers ont besoin d’elle, autosuffisants et même exportateurs d’énergie, la protection qu’ils offrent à l’Arabie, premier exportateur de pétrole, ne leur apporte pas en retour autant de bénéfices que par le passé, elle ne doit donc pas s’inscrire comme une priorité absolue. Le fait que l’Arabie consacre une part importante de sa richesse dans la propagation de l’islam wahhabite et du terrorisme islamique, constitue plus qu’un irritant, il s’agit d’un sujet profondément préoccupant, source de méfiance et de désaccord, qui affecte sérieusement les relations des deux pays.

Malgré les accusations d’islamophobie qui fusaient de toutes part, ou en partie à cause d’elles, Trump a été élu; ce fut pour les saoudiens un signe qui ne trompe pas que les temps ont changé

Durant l’année précédant sa nomination à la candidature du parti républicain, Donald Trump ne s’empêchait pas de rappeler les dangers de l’extrémisme islamique, allant jusqu’à suggérer de mettre fin à l’immigration en provenance des pays musulmans. Ses déclarations ont suscité l’indignation du prince saoudien Al Walid ibn Talal, dont la richesse personnelle évaluée à trente milliards de dollars, et le statut d’actionnaire majeur dans plusieurs entreprises multinationales, faisaient de lui un personnage influent dans les hautes sphères du mondialisme. Il en résulta un échange acrimonieux entre les deux hommes dont l’effet concret fut de convaincre nombre d’américains excédés par l’islam, que Trump était l’homme de la situation. Malgré les accusations d’islamophobie qui fusaient de toutes part, ou en partie à cause d’elles, Trump a été élu; ce fut pour les saoudiens un signe qui ne trompe pas que les temps ont changé. Ils ont rapidement compris que leur promotion systématique de l’extrémisme islamique, se retrouvera bientôt sur la table lors des négociations avec Trump.

Mohamed Ibn Salman n’a pas perdu de temps, peu de temps après l’assermentation de Trump il était reçu à la Maison Blanche pour discussion. Les deux hommes ont échangé leurs points de vue, les intérêt de l’un s’accordaient avec ceux de l’autre. Trump voulait deux choses: couper les vivres à l’extrémisme islamique et monnayer à prix élevé la protection américaine. Mohamed Ibn Salman voulait un engagement ferme de la part des États Unis aux côtés de l’Arabie et contre l’Iran. La rencontre ne dura pas longtemps, signe que les deux leaders ont trouvé rapidement un terrain d’entente. Il fut convenu que le président américain, lors de son prochain voyage, allait visiter l’Arabie en signe non-équivoque d’appui au Royaume. Bien plus, il devait à cette occasion s’adresser à un parterre de chefs d’États musulmans invités à le rencontrer à Riyad et signer par la même occasion des contrats plantureux de vente d’équipements militaires et des accords d’investissements dans l’économie américaine.

Lors de son discours historique à Ryad Trump a été clair. Ses demandes concernant l’extrémisme et le terrorisme islamiques ont pris l’allure d’ordres adressés à tous les chefs d’États musulmans, à l’effet de mettre fin au terrorisme islamique et au fondamentalisme qui le nourrit

Lors de son discours historique à Ryad Trump a été clair. Ses demandes concernant l’extrémisme et le terrorisme islamiques ont pris l’allure d’ordres adressés à tous les chefs d’États musulmans, à l’effet de mettre fin au terrorisme islamique et au fondamentalisme qui le nourrit. Spécifiquement il exigea qu’on tarisse les ressources en tous genres qui l’alimentent et qu’on le prive de ses bases territoriales. Pour appuyer le sérieux de sa demande, Trump a cru bon de donner l’exemple, en intervenant massivement dans la guerre contre l’État islamique en Syrie et en Irak. Défaire les extrémistes et les priver de leurs assises territoriales, voulait dire aussi que les États Unis ne voient plus d’un bon œil qu’on soustraite, comme au temps d’Obama, l’effort de guerre en le confiant aux jihadistes.

La volonté clairement exprimée par Trump semble avoir donné des ailes à Mohamed Ibn Salman. Il en profita pour signifier que les beaux jours de l’extrémisme islamique touchaient à leur fin. Il annonça publiquement que l’Arabie se doit de trouver sa place dans le monde comme une nation normale, pratiquant un islam tolérant qui n’antagonise pas les autres religions. Accéder à la normalité c’est également diversifier l’économie en investissant dans l’industrie et le tourisme pour créer des emplois, réduisant d’autant la dépendance au pétrole. Des gestes concrets ont suivi le discours: abolition de la police religieuse, renvoi et même arrestation de milliers de religieux extrémistes dont la seule occupation consistait à fanatiser les jeunes, arrêt du financement étatique de la prédication outre-frontières de l’islam wahhabite, abolition de l’interdiction faite aux femmes de conduire une auto. Toutes ces décisions ont suivi de près la défaite de l’État islamique (DAESH) en Irak et en Syrie, et la fin du rêve de califat universel. Mohamed Ibn Salman en a profité pour frapper sans tarder l’extrémisme islamique, croyant ainsi lui assener le coup de grâce.

 

Faire d’une pierre deux coups

Donald Trump et Mohamed Ibn Salman ont une opinion convergente sur la nécessité de redonner à la nation la place qui lui revient face au mondialisme. Tous les deux concentrent leurs efforts à protéger leurs frontières et développer leur économie, et C’est sur la base de l’intérêt national qu’ils conçoivent leur politique étrangère. Les grands ensembles, unions économiques et politiques, zones de libre échange, accords internationaux, ont pour but d’entraver la liberté d’action des États et restreindre l’exercice de leur souveraineté. Cet affaiblissement des nations au profit d’instances supranationales non-élues et donc illégitimes, a pour effet de concentrer les leviers du pouvoir entre les mains d’une oligarchie mondiale extrêmement puissante mais largement invisible, et qui n’a de compte à rendre à personne. Cette oligarchie vise l’uniformité; sous couvert de défendre la diversité, elle exige et obtient l’ouverture des frontières au détriment de la cohésion nationale et de la culture propre à chaque pays. La libre circulation des biens et des personnes, l’immigration de masse, l’imposition du multiculturalisme, le monopole sur les médias et l’islamo-gauchisme violent, sont les outils dont elle se sert pour rendre inopérante la volonté des peuples et mettre fin à leur résistance.

L’arrestation de onze émirs richissimes, dont el Walid Ibn Talal et de plusieurs personnalités du régime sous l’accusation de corruption, a pour effet de mettre hors jeu des membres importants de l’oligarchie mondiale

La guerre déclarée contre Trump par ses opposants, tous partis confondus, et par les médias, ne vise pas tant sa personne que sa politique ouvertement nationaliste. C’est parce qu’il poursuit des objectifs contraires à ceux du mondialisme qu’il est à présent la bête noire de l’oligarchie mondiale. Entre cette dernière et Trump la guerre totale est déclarée, désormais tous les coups sont permis. Il y a peu de chefs d’États puissants avec lesquels Trump peut faire alliance, Mohamed Ibn Salman est de ceux-là et c’est à travers lui que Trump a riposté. L’arrestation de onze émirs richissimes, dont el Walid Ibn Talal et de plusieurs personnalités du régime sous l’accusation de corruption, a pour effet de mettre hors jeu des membres importants de l’oligarchie mondiale. Il aura aussi pour effet un transfert massif de richesse vers l’État saoudien, lui permettant de payer comptant l’équipement militaire acheté à l’Amérique et d’aller de l’avant dans la transformation de l’économie saoudienne.

 

Un avenir fait d’incertitudes

Les retournements de fortune doivent toujours être pris en compte, nul ne peut prédire l’avenir avec certitude, l’Histoire a cette fâcheuse habitude de fausser compagnie à ceux qui prétendent lui assigner son cours. Chose certaine, comme l’a prédit Hamed Abd el Samad le monde islamique, en déclin depuis des siècles, est à la veille de s’écrouler, sa chute est inéluctable à moins d’un sursaut inattendu et spectaculaire. En ce qui concerne l’Arabie, la stagnation et même le pourrissement sur le plan politique et social, mènent tout droit à la catastrophe, en ce sens les mesures énergiques prises par Mohamed Ibn Salman constituent, non des actes irréfléchis ou téméraires, mais le coup de barre qui s’impose pour sauver le pays.

Le tarissement des fonds saoudiens pour la propagation du wahhabisme, amènerait tous ceux qui en vivent à chercher un vrai emploi

Les décisions prises par Mohamed Ibn Salman auront des répercussions partout sur la planète. Le tarissement des fonds saoudiens pour la propagation du wahhabisme, amènerait tous ceux qui en vivent à chercher un vrai emploi. Le fanatisme islamique, faute d’argent perd une bonne partie de son ardeur et de son pouvoir de séduction; nul doute qu’une foule de vocations religieuses et jihadistes ne verraient pas le jour. Qui s’en plaindrait?

Certaines questions se posent: Mohamed Ibn Salman réussira-t-il son pari? Pourra-t-il vaincre rapidement ses opposants pour se concentrer par la suite à l’atteinte de ses objectifs? Réussira-t-il à convaincre et mobiliser la jeunesse saoudienne? Parviendra-t-il à exorciser les démons du Wahhabisme?

Le conflit armé avec l’Iran semble à présent inévitable. On ne peut toutefois exclure qu’un changement de régime survienne, qui mettrait fin au despotisme des ayatollahs et conduirait les iraniens à se recentrer sur leur pays. Mais un conflit étendu entre chiites et sunnites aura des conséquences catastrophiques sur tous les pays impliqués. Seuls les États Unis et la Russie, deux nations majoritairement chrétiennes, possèdent les moyens de le prévenir, à condition qu’ils y trouvent leur intérêt et qu’ils aient la sagesse d’unir leurs efforts.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Hélios d’Alexandrie pour Dreuz.info.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz