FLASH
[23/09/2018] La région suisse de Saint-Gall vote massivement en faveur de l’interdiction de la burqa  |  La nouvelle tenue du personnel du SAMU varois comporterait un gilet pare-balles  |  Après avoir accusé les policiers de -chier dans leur froc- et de ne pas -avoir les couilles- d’aller dans les quartiers difficiles, #YannMoix est invité par un syndicat policier à un reportage en zone sensible. « On verra s’il a les couilles »  |  Affaire Kavanaugh : Un 3e témoin cité par Christine Ford comme ayant été présent rejette ses allégations  |  [22/09/2018] Deux ballons chargés d’explosifs envoyés depuis Gaza atterrissent dans le sud d’Israël, aucune mention dans la presse : les journaux veulent que les Français pensent que les palestiniens sont des victimes, plus grand mensonge du siècle  |  Le multiculturalisme a tué l’utopie suédoise : Les statistiques montrent que la Suède, autrefois un pays où l’on pouvait se promener dans les rues la nuit en toute sécurité, est devenue un pays truffé de crimes  |  Suite à dénonciation anonyme, la police israélienne a arrêté un terroriste musulman de 21 ans qui planifiait une attaque terroriste dans la ville d’Afula au nord  |  Le « tsunami » de #fakenews pendant la présidentielle était une Fake news. Seulement 1% des contenus circulant sur Twitter étaient des fake news selon le CNRS. Pour « Le Monde », sur 60 millions de tweets politiques, 5.000 contenaient des « fausses informations »  |  Plusieurs membres de la garde militaire d’élite iranienne tués par des terroristes lors d’une parade militaire  |  Hier soir, des terroristes ont lancé une bombe artisanale sur la communauté israélienne de Beit-El, au nord de Jérusalem. Évidement, les médias sont trop malhonnêtes pour informer le public  |  [21/09/2018] Médine ne chantera pas au #Bataclan : la mobilisation a porté ses fruits. L’islam perd une bataille  |  Des rapports font état de bombardements Israéliens dans l’est de Gaza  |  Un incendie dans le kibboutz Nir à été déclenché par un ballon incendiaire  |  [20/09/2018] Un avion militaire israélien a frappé des terroristes qui ont lancé des cocktails Molotov  |  Un avion de chasse Israélien a détruit un avant poste du Hamas  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 16 novembre 2017

Le nouveau président de la Licra, Mario Stasi [quel nom pour une organisation qui fait la chasse au délit d’opinion], prend position dans l’affrontement entre Plenel et Charlie Hebdo et parle de l’islam. Ca ne durera pas…

L’avocat vient de prendre la tête de la Licra (Ligue internationale de lutte contre le racisme et l’antisémitisme) qui célèbre ses quatre-vingt-dix ans, compte 6000 adhérents et élargit son audience via les réseaux sociaux. Il veut mettre l’accent sur l’éducation à l’antiracisme en multipliant les interventions auprès des écoliers et collégiens. Il est interrogé par le Figaro.

Une intense polémique oppose Charlie Hebdo au directeur du site Mediapart, Edwy Plenel. L’hebdomadaire satirique accuse Plenel de «condamner à mort une deuxième fois» sa rédaction en affirmant que celle-ci a déclaré «la guerre aux musulmans». Querelle médiatique à gauche ou débat de fond sur l’islam et la laïcité?

Mario Stasi : – C’est une question de fond. Charlie Hebdo ne mène aucune guerre contre les musulmans, mais condamne les extrémismes religieux d’où qu’ils viennent.

Edwy Plenel, avec sa rhétorique habituelle, fait semblant de confondre musulmans et intégristes musulmans. Lui et ceux qui le soutiennent sont dans un combat idéologique. A minima, c’est irresponsable dans une société où des drames humains, comme l’attentat contre Charlie Hebdo, ont été la conséquence d’écrits et de dessins. Mais je crois plus sûrement que c’est volontaire. Edwy Plenel a tort, sur toute la ligne.

Riss, le directeur de Charlie Hebdo, dénonce un «appel au meurtre», Manuel Valls accuse Edwy Plenel de «complicité intellectuelle» avec le terrorisme. Ont-ils raison?

Oui, dans les deux cas.

Après les menaces de mort contre Charlie Hebdo, Laurent Wauquiez, le candidat à la présidence LR, a estimé qu’Emmanuel Macron devait s’exprimer sur le sujet. Êtes-vous d’accord?

Une parole forte, et aussi claire que celle de Manuel Valls est en effet attendue pour défendre la liberté d’expression, le droit au blasphème, la République laïque. Et pour condamner le communautarisme totalement opposé à l’idéal républicain. La Licra regrette qu’un tel discours n’ait pas encore été prononcé. Mais ce discours fondateur sur les valeurs de la République, le chef de l’État l’aura certainement. C’est le moment.

Est-ce trop tard? Emmanuel Macron est souvent décrit comme «mal à l’aise» avec ce débat.

Quelle est la finalité du combat antiraciste, tel que le conçoit la Licra? Ne pas rester dans l’incantation, mais obtenir des résultats. Quand le président, avec sa culture économique, se préoccupe des banlieues, ne veut plus de l’assistanat, mais des résultats, comme sur l’emploi, c’est le même objectif: faire cesser la fragmentation, le repli identitaire.

Dès votre arrivée à la tête de la Licra, la semaine dernière, vous avez écrit à Jean-Luc Mélenchon pour lui demander de clarifier ses positions à l’égard du Parti des indigènes de la République, que vous qualifiez de «groupuscule extrémiste dont la doctrine (est) exclusivement vertébrée par le racisme et l’obsession des Juifs». Une députée La France insoumise, Danièle Obono, avait en effet pris la défense de ce mouvement et de sa porte-parole. Quel est le sens de votre démarche?

Arrêter de mettre la poussière sous le tapis. Quand une députée se dit «camarade» d’une responsable d’un mouvement identitaire, raciste, antisémite et homophobe, qui prône la communautarisation de la société pour fracasser le socle républicain, elle engage son parti. La réponse de Jean-Luc Mélenchon est enfin une clarification.

Jean-Luc Mélenchon condamne le Parti des indigènes de la République, mais il ne désavoue pas pour autant «sa» députée Danièle Obono?

Il a fait la moitié du chemin. Au sein de La France insoumise, les tensions sont fortes sur ces sujets.

«Islamo-gauchisme»: le terme vous convient-il?

Quand on se sert des musulmans pour les transformer en nouveaux damnés de la terre, quand on mène un combat qui dessert la République en mélangeant habilement la guerre contre les extrémistes et la pseudo-guerre contre les musulmans, c’est ce qu’on fait. C’est ce qu’Edwy Plenel défend. Et quand il n’y a plus un enfant juif dans les écoles publiques de Seine-Saint-Denis, c’est la conséquence de l’islamo-gauchisme.

La Licra a été très critiquée pour avoir été partie civile, au côté du sulfureux Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), dans le procès contre l’historien Georges Bensoussan qui avait déclaré «dans les familles arabes en France (…) l’antisémitisme, on le tète avec le lait de sa mère». C’était une erreur?

Cette affaire appartient au passé et nous vaut encore des menaces de mort… Il est criminel de dire que nous entretenons une quelconque connivence avec le CCIF! La Licra combat l’antisémitisme et le racisme sous toutes leurs formes quand bien même elle risque de se retrouver sur le banc des parties civiles au côté du CCIF ou d’autres associations dont elle ne partage aucune valeur. Avec Georges Bensoussan, nous avons eu un différend [un différend, vraiment, c’est le nom nouveau pour les procès d’opinion ?]. Avec le CCIF, nous sommes en totale opposition. Nous n’avons pas interjeté appel de la relaxe de Georges Bensoussan.

En 2014, vous avez obtenu une condamnation pour racisme «anti-Blanc». C’était une première.

Si le racisme «anti-Blanc» est de toute évidence moins discriminant que le racisme anti-Noir ou anti-musulman, il existe bien. Il représente 2 à 3 % des plaintes dont nous sommes saisis.

Le retour des djihadistes en France inquiète. Quel traitement doivent-ils recevoir?

Ce sont des adultes responsables qui doivent être traités sur un plan judiciaire au cas par cas. Pour les hommes qui ont combattu, c’est de l’intelligence avec l’ennemi. Pour les femmes, il faudra apprécier le degré de contrainte, contrainte qui reste à prouver…

La ministre des Armées avait dit: «Si des djihadistes périssent à Raqqa, c’est tant mieux». Êtes-vous d’accord?

Sont-ils des soldats? Des soldats de la terreur, sans aucun doute. Je ne vais pas pleurer.

 

Conclusion :

Entre les retours de bâton – et les coups seront durs, car la gauche est totalitaire et ne tolère aucun propos dissident, les attaques directes et indirectes, et sa « reprise en main », vous comparerez les propos ci-dessus courageux et sensiblement politiquement incorrects du nouveau président de la LICRA, et ce qu’il déclarera dans quelques mois, dans un an… si SOS Racisme n’a pas déposé plainte contre lui d’ici là !

Surtout, n’allez pas vous emporter en croyant qu’un début de prise de conscience se produit en France à la lumière de l’affaire Charlie Hebdo Plenel : ce sera oublié et enterré la semaine prochaine. Hélas.

Voir dans les dictatures le prince saoudien vouloir désamorcer les bombes à retardement de l’islam, après l’échec du président égyptien à la même tâche, un débat s’impose dans les démocraties que les islamo-gauchistes et leurs complices médiatiques interdisent.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Source :
http://premium.lefigaro.fr/actualite-france/2017/11/15/01016-20171115ARTFIG00270-polemique-charlie-hebdo-mediapart-edwy-plenel-a-tort-sur-toute-la-ligne.php

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz