FLASH
[23/09/2018] La région suisse de Saint-Gall vote massivement en faveur de l’interdiction de la burqa  |  La nouvelle tenue du personnel du SAMU varois comporterait un gilet pare-balles  |  Après avoir accusé les policiers de -chier dans leur froc- et de ne pas -avoir les couilles- d’aller dans les quartiers difficiles, #YannMoix est invité par un syndicat policier à un reportage en zone sensible. « On verra s’il a les couilles »  |  Affaire Kavanaugh : Un 3e témoin cité par Christine Ford comme ayant été présent rejette ses allégations  |  [22/09/2018] Deux ballons chargés d’explosifs envoyés depuis Gaza atterrissent dans le sud d’Israël, aucune mention dans la presse : les journaux veulent que les Français pensent que les palestiniens sont des victimes, plus grand mensonge du siècle  |  Le multiculturalisme a tué l’utopie suédoise : Les statistiques montrent que la Suède, autrefois un pays où l’on pouvait se promener dans les rues la nuit en toute sécurité, est devenue un pays truffé de crimes  |  Suite à dénonciation anonyme, la police israélienne a arrêté un terroriste musulman de 21 ans qui planifiait une attaque terroriste dans la ville d’Afula au nord  |  Le « tsunami » de #fakenews pendant la présidentielle était une Fake news. Seulement 1% des contenus circulant sur Twitter étaient des fake news selon le CNRS. Pour « Le Monde », sur 60 millions de tweets politiques, 5.000 contenaient des « fausses informations »  |  Plusieurs membres de la garde militaire d’élite iranienne tués par des terroristes lors d’une parade militaire  |  Hier soir, des terroristes ont lancé une bombe artisanale sur la communauté israélienne de Beit-El, au nord de Jérusalem. Évidement, les médias sont trop malhonnêtes pour informer le public  |  [21/09/2018] Médine ne chantera pas au #Bataclan : la mobilisation a porté ses fruits. L’islam perd une bataille  |  Des rapports font état de bombardements Israéliens dans l’est de Gaza  |  Un incendie dans le kibboutz Nir à été déclenché par un ballon incendiaire  |  [20/09/2018] Un avion militaire israélien a frappé des terroristes qui ont lancé des cocktails Molotov  |  Un avion de chasse Israélien a détruit un avant poste du Hamas  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Guy Millière le 23 novembre 2017

C’était le 13 novembre dernier le deuxième anniversaire des attentats djihadistes commis à Paris et à Saint Denis, et qui ont coûté la vie à cent trente personnes.

Il y eut un lâcher de ballons multicolores, des fleurs déposées: c’est de cette façon que, dans le monde occidental aujourd’hui, on rend hommage aux victimes. Parfois s’ajoutent des bougies et des ours en peluche.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Les plaques censées rappeler ce qui s’est passé ont été visibles une fois de plus et on a pu constater une fois de plus ce qui y était inscrit: les victimes, disent les plaques, ont été assassinées. Les mots “djihad”, “islam radical” ou “islamisme” sont des mots qui se trouvent désormais omis autant que faire se peut. Le mot “terrorisme” lui-même est laissé de côté.

Le mot “assassinat” a encore droit de cité, mais au train où vont les choses, il pourrait lui-même disparaître un jour, car il pourrait paraître offensant pour les assassins.

C’est ainsi qu’on efface la mémoire collective. C’est ainsi qu’avance la soumission

Ceux qui sont tombés victimes de la barbarie nazie pendant la Deuxième Guerre mondiale bénéficient de plaques sur lesquelles les auteurs des meurtres sont indiquées, mais en 1945, on osait encore nommer ce qui doit l’être. Autre temps, autres mœurs.

Le passant distrait qui apercevra les plaques posées devant le Bataclan et ailleurs dans quelques années pourra se demander par qui et pourquoi des gens ont été assassinés en novembre 2015. S’il ne fait preuve d’aucune curiosité, il restera dans l’ignorance.

C’est ainsi qu’on efface la mémoire collective. C’est ainsi qu’avance la soumission.

Les dirigeants politiques, en Europe occidentale, particulièrement et plus nettement encore en France que dans d’autres pays, ont peur.

  • Le fondement de leur peur est la présence croissante d’une population musulmane sur leur territoire, et la France est le premier pays musulman d’Europe.
  • Le fondement de leur peur est que la population musulmane croît en nombre et en proportion.
  • Le fondement de leur peur est que la population musulmane vivant dans le monde occidental ne s’intègre guère, vit toujours davantage sur des territoires qui ressemblent à des territoires étrangers sur le sol de pays occidentaux, peut aisément devenir violente, faire des émeutes, former des cellules qui organiseront des attentats. La population musulmane en France s’intègre de moins en moins, dispose de près de six cents territoires qui ne sont plus vraiment des territoires français ; a commis, commet et commettra des violences ; a été responsable d’émeutes toujours à même de se reproduire ; a vu se former des cellules qui ont organisé, organisent et organiseront des attentats.
  • Le fondement de la peur est qu’en conséquence de l’augmentation du nombre de musulmans, le vote musulman dans le monde occidental compte de plus en plus et, dans un pays tel que la France, ce vote compte désormais à un point tel qu’il peut faire basculer des élections dans une direction ou dans une autre.
  • Le fondement de la peur est aussi financier: les investissements venus du monde musulman depuis les chocs pétroliers des années 1970 ont été très importants dans tout le monde occidental, et aucun pays occidental ne veut voir partir ces investissements vers d’autres pays occidentaux qui se conduiraient de manière plus docile. La France a reçu des investissements massifs venus de divers pays musulmans, et elle entend d’autant plus les garder que sa situation financière est précaire.

Résulte de la peur, la docilité, qui fait la soumission.

Les hommages aux victimes d’attentats sont empreints de docilité et de soumission.

Il m’arrive encore de me demander où en sera la France dans deux ou trois décennies, mais je me le demande de moins en moins : je crains de connaître la réponse

Ils vont de pair avec le maintien de vaines et grotesques structures de “déradicalisation”, avec l’acceptation du retour de djihadistes de Syrie, et avec la loi antiterroriste que le gouvernement ose encore appeler loi antiterroriste, mais où le nom de la menace terroriste n’est mentionné nulle part, tout comme il n’est pas mentionné sur les plaques posées devant le Bataclan et ailleurs.

Il m’arrive encore de me demander où en sera la France dans deux ou trois décennies, mais je me le demande de moins en moins : je crains de connaître la réponse.

Je veux encore espérer un sursaut, mais j’espère de moins en moins.

© Guy Millière pour Dreuz.info. Toute reproduction interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz