FLASH
[18/07/2018] Pour faire face à l’afflux de touristes, Lufthansa annonce deux nouvelles routes vers Eilat cet hiver  |  [15/07/2018] Depuis samedi matin, les terroristes ont tiré plus de 200 roquettes sur les citoyens israéliens. Et aucun gros titre pour dénoncer ça ?  |  [14/07/2018] Tsahal a frappé des douzaines de cibles du #Hamas à la suite des attaques terroristes de roquette contre non pas l’armée mais des civils en #Israël  |  Eric Ciotti a qualifié Emmanuel Macron d' »adolescent immature » atteint d’un « sentiment de surpuissance ». Ça dit quoi sur les français qui ont choisi d’élire un ado immature ?  |  #Syrie L’État islamique affirme que des engins explosifs ont explosé à la base de Hay’at Tahrir Al-Sham à Sarmada- #Idlib  |  #Tsahal vient de cibler 1 zone derrière l’Université Al Quds au nord de #Gaza avec un missile en réponse à une agression du Hamas  |  #Gaza: 2 Palestiniens modérément blessés par 1 roquette artisanale tirée depuis Gaza et retombée sur Gaza dans le quartier d’Al-Nasser à Rafah. Boom!!!  |  #Bastille night was very quite in #Paris area: 237 jailed, 183 arrests for questioning, 134 vehicles burned. 5 police officers, 4 firemen injured. 1 supermarket looted. Immigration brings a lot of good things  |  La nuit du 13 juillet a été normalement calme en région parisienne: 237 interpellations, 183 GAV, 134 véhicules incendiés. 4 policiers, 4 pompiers et 1 gendarme blessés. 1 Franprix pillé  |  « Après ma nuit blanche à cause des tirs de roquettes des islamistes de Gaza superbement occultés par les médias, l’alerte rouge continue chez moi au sud d’Israël. C’est ça, une religion de paix et d’amour ? »  |  Purge de #Twitter: Les journalistes et gauchistes s’attendaient à ce que Trump perde des millions de followers, il en a perdu 340 000. Obama en a perdu 3 millions, mais là les gauchistes ont regardé ailleurs  |  Pour la 1ère fois depuis 2014, 1 missile antichar guidé a été tiré sur les forces israéliennes à l’est de Khan Younis. Des chars israéliens ont tiré sur 1 maison d’où le missile a été lancé. Plusieurs victimes parmi les terroristes  |  Fin du suspens: Le Sénat confirmera la nomination du juge Kavanaugh à la Cour suprême le 1er octobre – prudemment avant les élections de mi-mandat  |  Les Arabes rapportent que des avions de combat israéliens bombardent des cibles terroristes du Hamas dans le centre de Gaza en réponse aux attaques terroristes d’aujourd’hui le long de la clôture de la frontière de sécurité. Des alertes rouge retentissent dans le sud d’Israël  |  [13/07/2018] De plus en plus à gauche, les Démocrates ont demandé que les fonds du Congrès soient utilisés pour fournir gratuitement des tampons d’hygiène féminine. Ils en ont reçu 500 par la poste !  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Dreuz Info le 23 novembre 2017

La découverte d’une pollution radioactive en Europe à l’origine inconnue fait couler beaucoup d’encre dans la presse depuis fin septembre.

Plusieurs réseaux européens de surveillance de la radioactivité dans l’atmosphère ont détecté du ruthénium 106 dès fin septembre 2017. L’Allemagne était le premier pays qui a sonné le beffroi. Elle a été suivie par la France, l’Italie, la Norvège et la Suisse. L’origine de radionucléide artificiel n’est pas encore déterminée. Mais ce qui vient d’abord à l’esprit, c’est un incident ou accident nucléaire. En effet, ce scénario est le plus probable car des réacteurs vieillissants tombent de plus en plus souvent en panne.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Les plus vulnérables sont les centrales ukrainiennes qui avaient remplacé le combustible russe par le carburant du groupe étasunien Westinghouse en dépit des rumeurs sur sa non-conformité aux standards internationaux.

En outre, certains experts européens attirent l’attention sur la négligence du gouvernement ukrainien face aux problèmes dans le domaine énergétique. Une série d’incidents se sont déjà produits aux centrales nucléaires du pays ces derniers mois. Les autorités ukrainiennes prétendent qu’il n’y a rien de grave. Cette année, l’Ukraine a approuvé la prolongation de la durée de vie des anciens réacteurs nucléaires pour 10 ans. Pourtant, ce projet s’est avéré incohérent et même dangereux pour l’environnement. Des experts occidentaux dénoncent la corruption endémique et le manque de professionnalisme des autorités ukrainiennes, et craignent que cela augmente le risque d’un accident nucléaire similaire à celui de Tchernobyl.

En effet, les spécialistes affirment que depuis quelques années, l’Ukraine viole les accords internationaux et deux conventions des Nations Unies:

  • la Convention sur l’évaluation de l’impact sur l’environnement (Convention d’Espoo de 1991) et
  • la Convention sur l’accès à l’Information, la participation du public au processus décisionnel et l’accès à la justice en matière d’environnement (convention d’Aarhus de 1998).

Ces documents obligent l’Ukraine à faire des évaluations et prendre en considération l’opinion publique, y compris des pays voisins, avant de prendre la décision de prolonger la durée de vie des réacteurs.

L’Ukraine a fait exactement le contraire en soumettant les documents douteux relatifs à la procédure transfrontière après le lancement du projet de modernisation.

Voilà pourquoi de nombreux experts occidentaux en matière du nucléaire ont critiqué Kiev.

J’ai réussi à communiquer avec Maria Seman, la représentante roumaine de Bankwatch, et avec Jan Haverkamp, un membre de Greenpeace et l’expert reconnu dans le domaine de l’énergie nucléaire, qui avaient aimablement accepté de répondre à mes questions sur ce sujet.

il est étrange que l’Europe n’ait pas encore entrepris des contre-mesures ou imposé des sanctions au gouvernement ukrainien.

Selon Maria Seman, Kiev ignore le droit international. La représentante de Bankwatch insiste sur l’arrêt de toutes les procédures avant que Kiev n’évalue les impacts sur l’environnement. À son tour, Jan Haverkamp a suggéré que le non-respect des conventions «pourrait affecter la coopération entre les pays de l’UE et l’Ukraine». De plus, lors de la dernière Réunion des Parties à la Convention qui se passe tous les trois ans, il a déclaré qu’«il n’y aurait plus de confiance en l’Ukraine». Ceci dit, il est étrange que l’Europe n’ait pas encore entrepris des contre-mesures ou imposé des sanctions au gouvernement ukrainien.

Kiev est toujours à se plaindre du manque d’argent bien qu’il laisse les questions liées à la sécurité de côté. Mais les experts sont unanimes que «le manque de finances n’est pas un argument suffisant pour prolonger la durée de vie des réacteurs nucléaires». Ce fait ne confirme que la prospérité des schèmes frauduleux qui rend le contrôle de l’industrie inefficace. Des hauts fonctionnaires blanchissent annuellement des milliards de dollars. Si rien ne change, les problèmes du secteur énergétique continueront à influencer la politique ukrainienne et vulnérabiliser l’Ukraine face aux menaces extérieures. «Le maintien des réacteurs ne fait pas de profit. Le moyen efficace pour gagner de l’argent c’est la vente fructueuse de l’énergie,» croit Monsieur Havercamp. C’est-à-dire, l’Ukraine a des finances mais manque de fonctionnaires conscients.

D’après l’expert, un autre problème grave est le stockage du combustible nucléaire usé. Pour des raisons politiques, l’Ukraine a refusé d’éliminer le combustible nucléaire usé sur le territoire russe pour construire son propre tombeau nucléaire à 90 km de Kiev. Telle décision « représente une menace pour des localités environnantes » où se trouvent le parc naturel national et la rivière Dniepr qui fournit de l’eau à la moitié du pays. Selon Monsieur Havercamp, les plus grands risques sont liés à la fuite d’un matériau radioactif en cas d’attaque ou d’accès non autorisé, d’autant plus que l’Ukraine est actuellement au creux de la vague: la chute de popularité du pouvoir ukrainien, le mécontentement croissant du public, la guerre dans l’est de l’Ukraine, des créances internationales et la reprise probable de l’Euromaïdan. En somme, «il est difficile à dire en ce moment si l’Ukraine pourrait assurer sa stabilité politique».

Il est bien acquis que le but de l’Ukraine consiste à assurer son indépendance énergétique de la Russie.

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, les autorités ukrainiennes renoncent à coopérer avec les pays de l’UE et de l’Espace économique européen afin de réformer son secteur énergétique. La raison en est la corruption. Selon Jan Havercamp, «si l’Ukraine était ouverte à la coopération, elle pourrait créer, d’ici 2030, un système opérationnel qui offrirait une énergie abordable à tous les citoyens et attirerait plus de participants de petites, de moyennes et de grandes entreprises, ce qui permettrait de créer les conditions favorables pour former la démocratie énergétique».

Dans ce contexte, l’Ukraine a besoin de la révolution énergétique pour changer le regard des politiciens et « de la volonté politique pour se libérer des réalités centralisées et corrompues ce qui assurera une gestion décentralisée et responsable. À cet égard, le seul moyen raisonnable est de refuser le combustible nucléaire au profit des sources d’énergie renouvelable. Dans ce cas-là, l’Ukraine deviendra énergétiquement indépendante ».

Enfin, des expériences avec du combustible et des déchets radioactifs, le manque de financement et l’expiration de la durée de vie des réacteurs, tout cela peut conduire à des conséquences imprévisibles qui mettent en danger la vie et la santé non seulement des Ukrainiens mais aussi des Européens. Le risque d’un accident nucléaire n’est pas à exclure. Ce qui est d’ailleurs confirmé par de nombreux experts. « Pour l’instant, l’Ukraine a toutes les chances de subir une catastrophe nucléaire,» souligne Jan Havercamp.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Caterina Miloslavskaya pour Dreuz.info.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz