Publié par Salem Ben Ammar le 27 novembre 2017

Peut-on avoir du respecter pour des gens qui voient en nous des pestiférés parce que nous sommes dans le refus de leur dogme ?

Quelle empathie peut-on avoir à leur égard alors qu'ils n'éprouvent aucune compassion pour les victimes des attentats terroristes perpétrés par les leurs, qui suivent à la lettre les préceptes coraniques et la Sunna mahométane ?

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Comme si, croire ce en quoi ils croient était une chance pour nous. Quand bien ce serait le cas, libre à nous de ne pas le croire.

  • Si le salut des hommes était dans leur soumission, ils ne seraient pas les derniers de la classe humaine.
  • S'ils en sont là aujourd'hui, c'est à cause des freins religieux qui mutilent leurs énergies créatrices et paralysent leurs actions.
  • Ils sont comme un toxicomane qui vante les bienfaits de sa drogue, inconscient de ses effets néfastes sur son propre état.
  • Ils sont tellement sous l'emprise de l'islam, à force de le consommer à forte dose du lever au coucher, voire pendant leur sommeil, depuis leur stade fœtal jusqu'à la tombe, qu'ils ont perdu tout contrôle de leurs pensées et n'ont plus de volonté propre.

Allah est à la manœuvre de leur vie et eux agissent comme des O.S. au temps des roulements à billes, répétant inlassablement les mêmes gestes.

  • Programmés mentalement et conditionnés idéologiquement à ne faire que ce qu'Allah leur ordonne.
  • Aucun recul intellectuel pour évaluer les conséquences de leurs actes.
  • Dépourvus de tout sens critique et fermés à la voix de la raison.

Un musulman qui raisonne et réfléchit sur le vrai sens de l'islam cesse d'être musulman.

Totalement déconnectés de leur propre vie, ils ne peuvent imaginer le monde autrement que par et pour l'islam. C'est devenu pour eux un véritable organe vital. En le perdant, ils perdent l'espoir de toucher leur Graal paradisiaque - qui est la pire des choses qui puisse leur arriver.

Pris dans le tourbillon de la peur de l'enfer, ils font de leur vie un enfer sur terre.

Ils se plaignent de l'hostilité grandissante à l'égard de leur religion (qui s'apparente à la famille du bolchevisme et du nazisme), mais à supposer qu'elle subisse cette hostilité, pourquoi se montre-t-elle si agressive, arrogante, exhibitionniste, violente, terrifiante, envahissante, expansionniste ? Pourquoi ses membres s'illustrent-ils par les transgressions des lois de leurs pays d'accueil ?

On juge un arbre à ses fruits. Or, l'arbre musulman est bien loin de donner des fruits propres à la consommation humaine. Comme si on avait planté un arbre fruitier sur un site contaminé.

Le mot islam est devenu une source de peur irrationnelle à cause des images cauchemardesques et angoissantes qu'il envoie de lui-même quotidiennement. Son nom est évocateur de crimes terroristes. Que les musulmans apprennent à regarder la réalité en face et cessent de crier au complot contre l'islam - le seul complot est celui orchestré par l'islam depuis son avènement. Des rivières de sang et des centaines de millions de vies humaines fauchées sur son chemin. Ne laissant aucune trace de vie à chacun de ses passages. Pire que le Napalm.

L'islam ne dominera pas le monde : il sera son fossoyeur si rien n'est fait pour l'arrêter dans ses avancées dévastatrices.

Il n'a pas plus de vertus morales que les sectes sataniques, n'est certainement pas un rempart contre la dépravation et la luxure, ni un antidote aux maux de l'humanité.

Est-ce la faute aux détracteurs de l'islam ou la leur si l'islam a le visage de la barbarie humaine ?

Que font les musulmans pour l'humaniser et le pacifier ? Rien! En revanche, ils préfèrent nous saouler avec leur sempiternel refrain "ce n'est pas ça l'islam", alors que l'islam est à la paix ce que le nazisme est à l'humanisme.

L'islam est bien pire qu'ils ne puissent l'imaginer eux-mêmes. On ne peut modifier son ADN.

Ce n'est pas de l'islamophobie - qui est une pathologie psychique qui ne relève guère du Code pénal - que de dénoncer le caractère mortifère de leur dogme qui porte en lui tous les germes destructeurs de la vie sur terre.

Quel vivre ensemble peut-on envisager avec les partisans d'une idéologie suprémaciste, liberticide, hégémonique et intolérante ?

Comment œuvrer pour le bien commun de l'humanité avec des gens qui se prennent pour son nombril et son essence, pour qui il n'y a de vérité que dans l'islam, où toute autre vérité en dehors de la sienne doit être combattue à mort ?

Ils se disent à l'origine de tout sans avoir jamais rien apporté de concret et de positif au reste du monde. Ils sont les premiers à bénéficier des bienfaits apportés par les autres.

Ils n'ont qu'un but, faire tomber le monde dans l'escarcelle de l'islam, pour lui imposer la loi scélérate et criminelle de la Charia.

Leur curseur mental est bloqué en l'an 622, ils ne rêvent que d'une chose : y retourner en empruntant la route humaine à contre-sens, et qu'importent les dégâts provoqués.

En quoi est-ce un délit que de faire tomber le masque d'une idéologie qui instrumentalise le sacré à des fins politiques pour dominer le monde ?

Je ne suis pas un benêt ni atteint de je ne sais quel syndrome, pour éprouver une quelconque sympathie à leur égard.

Je ne combats pas la haine avec la haine, ce serait nourrir leur fonds de commerce de victimisation pathétique. Il est de mon devoir de faire tomber le masque de l'ange de la mort dont ils affublent leur culte.

Si ces gens avaient la culture de l'amour, ils ne se tueraient pas entre eux et ne feraient pas de la mort du non-musulman un idéal pour gagner leur funeste bordel dans l'au-delà.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Salem Ben Ammar pour Dreuz.info.

Inscrivez-vous gratuitement pour recevoir chaque jour notre newsletter dans votre boîte de réception

Dreuz ne spam pas ! Votre adresse email n'est ni vendue, louée ou confiée à quiconque. L'inscription est gratuite et ouverte à tous

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz