FLASH
[18/10/2018] Effet Trump : après avoir réduit les réglementations, le président demande au gouvernement de réduire ses dépenses de 5%  |  Corée du Sud : vague de protestations du peuple, le gouvernement recule et refuse l’asile à 400 migrants musulmans  |  Le Havre : Les policiers agressés par une dizaine de racailles cagoulés après la saisie de 200 kg de cocaïne  |  Un crédit d’impôts pour héberger des réfugiés : pourquoi les les SDF français n’ont jamais eu ce privilège ?  |  Clermont-Ferrand : Une étudiante violée en pleine rue a reconnu son agresseur – c’est un Algérien  |  [17/10/2018] Tiens tiens, le candidat brésilien soit-disant « extrême-droite » a refusé le soutien de David Duke, l’ex leader du KKK  |  Israël a détruit un autre tunnel terroriste partant de Gaza  |  Après des tirs de roquette depuis Gaza sur Beersheba, Israël a lancé une attaque aérienne d’envergure sur des sites terroristes du Hamas  |  [16/10/2018] La semaine dernière, une frappe aérienne américaine en Somalie a tué une soixantaine de membres du groupe terroriste Al-Shabaab  |  James Wolfe, directeur pendant 28 ans de la sécurité de la Commission du renseignement du Sénat, a avoué avoir menti au FBI et fuité des informations confidentielles au New York Times  |  Usual Suspect : les autorités allemandes annoncent que le preneur d’otages d’hier à Cologne était un Syrien  |  Les USA lancent une nouvelle vague de sanctions contre des entreprises iraniennes  |  On pleure pas l’assassinat de Khashoggi, qui disait en 2007 : La Nakba n’est pas différente de l’Holocauste  |  Mélenchon appelle ses partisans à faire barrage aux policiers qui perquisitionnent le siège de La France Insoumise  |  Agression brutale contre des Juifs à Brooklyn. Le nom de l’attaquant n’est bien sûr pas Smith, Johnson ou quelqu’un du KKK, mais Farrukh Afzal  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Magali Marc le 3 décembre 2017

Après les soi-disant aveux du Général Flynn, les gauchistes dans les médias s’empressent d’annoncer que Mueller vise la Maison-Blanche et qu’il est sur le point de destituer Trump d’un jour à l’autre.

Pour les lecteurs de Dreuz, j’ai traduit cet article écrit par Jordan Schachtel* et publié le 1er décembre sur le site du Conservative Review qui dégonfle cette fausse nouvelle.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

**************
Les accusations exagérées de Mueller montrent que
le Général Flynn a agi dans l’intérêt des Américains

Flynn a voulu combattre ISIS et appuyer Israël, et on crie au scandale ?

Vendredi dernier, l’ancien conseiller à la sécurité nationale, Michael Flynn, a reconnu être coupable d’avoir fait de fausses déclarations au FBI au sujet de conversations qu’il avait eues avec l’ancien ambassadeur de Russie aux États-Unis, après l’élection de Donald Trump à la présidence.

Les procureurs disent que Flynn n’avait pas révélé deux discussions qu’il avait eues avec l’ambassadeur russe. La première concernait des sanctions contre la Russie, tandis que la seconde concernait une résolution anti-israélienne à laquelle l’Administration Obama ne s’était pas opposée mais s’était abstenue.

Les médias de gauche et d’anciens fonctionnaires de l’Administration Obama sont hystériques au sujet de ces dernières accusations. Mais, en fin de compte, Flynn s’est comporté comme n’importe quel nouveau conseiller en sécurité nationale, et il a agi en conformité avec les intérêts nationaux des États-Unis.

Voici à quoi correspondent les accusations:

  • Contacter des gouvernements étrangers pendant la transition n’a rien d’illégal ni d’inhabituel

Flynn et les procureurs ont déclaré que les événements en question se sont produits en décembre 2016, après l’élection de Donald Trump et pendant la période de transition.

On ignore pourquoi Flynn aurait induit le FBI en erreur, mais il est logique que le nouveau président veuille ouvrir un dialogue avec la Russie avant son premier jour au pouvoir. Il n’y a rien de criminel dans cette action, et en fait, c’est une pratique commune pour une nouvelle Administration de vouloir discuter de certaines questions avec une autre puissance.

Apparemment, Flynn va témoigner qu’il avait reçu l’ordre de tâter le terrain avec les Russes pour voir s’il y avait un potentiel de partenariat contre le groupe terroriste ISIS.

Débuter son programme de politique étrangère dès le premier jour dans le Bureau Ovale est une mauvaise idée.

Il y a une raison pour laquelle la période post-électorale s’appelle la période du «canard boiteux» pour un président sortant. Une fois élu, le nouveau président prend en mains les éléments de l’ordre du jour en politique intérieure et concernant les affaires étrangères.

  • Flynn devrait être félicité d’avoir tenté de sauver Israël d’Obama et de ses complices de l’ONU

La deuxième série d’accusations énumérées par l’équipe du conseiller spécial Robert Mueller concerne la résolution anti-israélienne des Nations Unies que l’Administration Obama a laissé passer en s’abstenant de voter. La résolution a condamné Israël et a déclaré que l’ancienne terre juive et d’autres zones contestées appartient aux Falestiniens.

Selon les accusations, Flynn aurait contacté les Russes pour voir s’ils seraient prêts à voter contre la résolution. Le New York Times a rapporté que l’équipe de Trump s’est impliquée pour donner suite à un appel des Israéliens qui lui avaient demandé d’intervenir.

Les actions de Flynn dans cette affaire ne sont pas scandaleuses. En fait, il devrait être félicité d’avoir essayé de protéger notre plus grand allié au Moyen-Orient contre Obama et contre l’intimidation des Nations Unies.

Malheureusement, les Russes ont décidé, en définitive, de ne pas voter contre la résolution.

  • Il y a toujours zéro preuve de collusion entre Trump et la Russie

Comme l’explique Jon Miller, le correspondant à la Maison-Blanche pour CRTV, ces accusations sont entièrement basées sur des événements survenus pendant la période de transition.

Les écrits hystériques des membres éminents de la gauche perpétuent les accusations de collusion de Trump avec le gouvernement russe afin de gagner les élections. Mais maintenant, après presque une année à la présidence de Trump, pas un seul élément de preuve n’a fait surface pour montrer qu’une telle collusion ait jamais eu lieu.

  • La spéculation à l’effet que Flynn a balancé Trump est une simple opinion, non un fait

Pour justifier le fait que les accusations portées contre le Général Flynn sont sans conséquence et n’ont rien à voir avec ce sur quoi Mueller est censé enquêter, de nombreux gauchistes se disent convaincus que le procureur est sur le point de destituer le président – parce que Flynn l’a balancé et collabore maintenant avec Mueller. Cette analyse est basée sur des spéculations hasardeuses, et non sur des faits. Il est possible que Mueller n’ait tout simplement pas grand-chose à faire dans cette croisade contre l’Administration Trump.

En fin de compte, la «bombe» lâchée par les médias de masse se réduit à reconfirmer que Michael Flynn a induit le FBI en erreur en ce qui concerne les actions qu’il a prises même si elles étaient non seulement tout à fait légales, mais faisaient aussi partie d’un effort pour faire avancer les intérêts américains.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Magali Marc (@magalimarc15) pour Dreuz.info.

* Jordan Schachtel est le correspondant de la sécurité nationale pour le site Conservative Review.

 

Loading...
Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz