FLASH
[20/08/2018] Tsahal à arrêté 11 islamistes palestiniens à Hebron et à Jérusalem lors de raids pour rechercher des terroristes  |  Le prix de la vie selon la justice française : Le migrant illégal de 19 ans qui a poignardé 4 personnes à Périgueux lundi 13 août n’a été condamné qu’à 3 ans de prison ferme  |  Paris : Une policière porte secours à des passagers après un accident mortel qu’ils ont provoqué, dans le 19e, et se fait violemment frapper par le passager rescapé!  |  Le chef de la police municipale de Villevaudé, en Seine-et-Marne, a été violemment agressé dimanche à son domicile par « plusieurs personnes » qui l’ont roué de coup  |  Barcelone attentat islamique : Un homme armé d’un couteau a tenté d’attaquer des policiers en hurlant Allahou Akbar (Allah est le plus grand)  |  Saint-Paul-Trois-Châteaux (26) : un homme de 45 ans tué de 9 coups de couteau, un autre homme blessé, suspect appréhendé, motif inconnu  |  Marseille : encore un adolescent de 16 ans poignardé pour un mauvais regard  |  Tsahal a ouvert le feu sur un terroriste musulman qui a tiré dans leur direction dans le nord de Gaza. Aucun blessé parmi les troupes israéliennes n’a été signalé  |  Un terroriste musulman a tiré des coups de feu sur l’ambassade des États-Unis à Ankara. La police a déclenché une chasse à l’homme et recherche un véhicule blanc suspect  |  [17/08/2018] Jérusalem : attentat au couteau, un policier blessé par un terroriste musulman palestinien, qui a été neutralisé  |  Dreuz lance un appel aux lecteurs: aidez-nous à passer au crible pendant 24 h les Fake News des radios du service public français  |  Laurent Ruquier défend son ami Gilbert Rozon, accusé d’agressions sexuelles: « Il n’a tué personne » (non, il a juste violé plusieurs femmes)  |  Suisse : à Genève 5 jeunes femmes sauvagement tabassées, 2 blessées graves, par « des Maghrébins de cités venus de France »  |  Automobiliste tué par balle à Paris: le policier mis en examen et interdit d’exercer  |  Une ex-esclave sexuelle yézidi aurait fui l’Allemagne après y avoir revu son bourreau, infiltré parmi les réfugiés  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Ftouh Souhail le 5 décembre 2017

Le kebab, un des symboles de la mainmise des musulmans sur l’Europe, sera bientôt interdit.

Les députés européens envisagent d’interdire l’utilisation d’additifs phosphatés, qui servent à conserver la viande à kebab. Les législateurs européens soutiennent qu’il existerait un lien entre ces additifs et les maladies cardiovasculaires.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Les députés soulignent qu’une étude scientifique de 2012 démontre le lien potentiel entre les additifs phosphatés dans les aliments et l’augmentation du risque cardiovasculaire.

Une évaluation de l’Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA) a toutefois affirmé qu’il n’était pas possible d’attribuer ce risque à l’absorption de phosphore en général ou aux additifs phosphatés.

Mais une autre étude scientifique de 2013 suggère un lien entre les régimes alimentaires riches en phosphore et l’augmentation de la mortalité dans la population américaine.

Les amateurs de kebab en Europe devront attendre le 11 décembre, lors de la session plénière qui se tiendra à Strasbourg.

Le kebab se compose de multiples couches de viande (veau, poulet, dinde, agneau), tranchées à même la broche. Il est servi avec des rubans de salade et une sauce dans un pain plat, avec ou sans frites.

  • Le kebab est l’un des plats fast-foods les plus consommés en Europe, notamment en Allemagne, où 5,3 millions de Turcs résident.
  • En Grande-Bretagne, près de 1,3 million de kebabs sont vendus quotidiennement,
  • alors qu’en France, près de 850 mille kebabs sont consommés tous les jours. Des chiffres qui traduisent parfaitement la place occupée par ce plat de viande, adulé en Europe.

Tout comme le foulard intégral ou le burkini, le kebab séduit certains Européens par son exotisme.

Ce symbole de l’invasion musulmane a déjà défiguré l’identité de l’Europe.

Vous êtes ce que vous mangez : cela est bien valable pour mesurer le phénomène du kebab, qui s’apparente à une colonisation culinaire.

  • En Allemagne où vit une importante communauté turque, le kebab est tellement entré dans les mœurs que Berlin compte désormais plus de vendeurs de kebab qu’Istanbul ! La chancelière Angela Merkel a été photographiée à plusieurs reprises à côté de ces énormes pièces de viande à la broche.
  • Au Royaume-Uni, l’industrie du kebab célèbre chaque année la remise des British Kebab Awards, à laquelle participent plusieurs parlementaires britanniques. Parmi les récompenses, on peut citer “le meilleur kebab de Londres à emporter” et le “meilleur nouveau vendeur de kebab”.
  • En France l’importante communauté de migrants d’Afrique du Nord, habituée à consommer de la viande halal grillée avec du pain plat, a implanté ce phénomène.
  • Depuis 2012, la Kebab Academy de Saint-Lô en Normandie forme ses étudiants à l’art du kebab.
  • Les kebabs arrivent en troisième position, après les hamburgers et les pizzas, au hit-parade des fast-foods préférés des Français.

Particulièrement populaire dans la communauté musulmane, la prolifération des échoppes aux rôtissoires verticaux n’est rien moins qu’une menace pour l’identité européenne. Dirigés souvent par des hommes barbus et des femmes voilées (1), les commerces du kebab sont devenus trop visibles et menacent l’image et l’identité historique des villes. Ces commerces sont parfois incompatibles avec l’image des villes européennes.

Le kebab, une arme politique

Le kebab devient parfois une arme politique aux mains des musulmans au niveau local. Dans certaines villes de France, les élus sont incapables de refuser l’implantation de ces nouveaux commerces communautaristes.

  • A Blois (dans la vallée de la Loire) plusieurs vendeurs de kebab se sont installés dans le centre historique, non loin du château pluricentenaire où ont résidé sept rois et dix reines de France. Ce joyau de l’histoire du pays qui attire des visiteurs du monde entier devient petit à petit un lieu banal, comme Annaba ou Béjaïa.
  • A Beaucaire (Gard), dans le sud de la France, quatre vendeurs de kebab se sont installés dans le centre historique de la ville.
  • A Béziers (Hérault) on tente, depuis des années, de faire valoir un droit de préemption municipal sur tout commerce cessant son activité dans le centre historique de la ville, ceci afin d’éviter la prolifération des vendeurs de kebab.

Il y a aussi la question de l’hygiène qui est rarement soulevée par les médias pour ne pas offenser les musulmans.

Dans la région toulousaine ou de marseillaise, les autorités sont même incapables d’ordonner des patrouilles de police chez les vendeurs de kebab afin de vérifier que ces commerces ne dissimulent pas d’activités illégales. Plusieurs vendeurs de kebab se servent de leurs commerces halal pour blanchir de l’argent sale.

En 2015, la police a arrêté à Béziers le gérant d’un établissement qui proposait des menus aux noms de fusils d’assaut. Il a été jugé en comparution immédiate pour apologie du terrorisme, acquisition et détention irrégulières d’arme et de munitions, le tout en récidive.

L’enquête a révélé par la suite que ce commerçant du kebab était une connaissance du terroriste islamiste franco-algérien Mohamed Merah, qui a perpétré les tueries de mars 2012 à Toulouse et Montauban.

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Ftouh Souhail pour Dreuz.info.

(1) Robert Ménard, cofondateur du site d’information Boulevard Voltaire, avait évoqué la
disparition d’une France “traditionnelle”. En 2013, son site avait publié un article imaginant la France en 2047 : toutes les femmes étaient voilées et le kebab avait remplacé la célèbre baguette. L’installation de vendeurs de kebab “s’accompagne trop souvent d’hommes barbus et de femmes voilées”, disait l’article.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz