FLASH
[19/09/2018] Mauvaise nouvelle : un sondage montre que les électeurs Républicains sont certains de gagner les élections de mi-mandat  |  USA : les Républicains remportent l’élection sénatoriale du Texas dans 1 district tenu par les Démocrates depuis 10 ans  |  [18/09/2018] Val-d’Oise : Le terroriste qui a percuté délibérément et blessé gravement 2 policiers est mineur, déjà connu de la police  |  Syrie : un avion russe a été abattu par la DCA syrienne  |  [17/09/2018] « La Hongrie est le seul pays d’Europe à avoir demandé l’avis du peuple sur l’immigration illégale », déclare le ministre des Affaires étrangères  |  [16/09/2018] L’Ambassadeur palestinien aux États-Unis Hossam Zamal confirme que Washington a demandé à sa famille de quitter Washington immédiatement  |  Les médias jurent qu’ils sont neutres. Alors pourquoi les gros titres quand une palestinienne, interdite de sortir d’Israël, ne peut assister à la fête de l’huma, et pas une ligne quand un terroriste palestinien tue un père de famille israélien ?  |  Les électeurs ont voté Brexit. La classe politique britannique a retardé, bloqué et traîné les pieds. Elle a le culot de dire maintenant que ça fait si longtemps, qu’il faut un autre vote (car les gens n’auraient pas voté comme il faut)  |  Samedi, Israël a abattu à l’aéroport de Damas un boeing cargo iranien chargé d’armes. L’avion avait récemment décollé de Téhéran  |  Pendant la seconde guerre mondiale, les Palestiniens étaient alliés à Hitler. J’ai du mal à comprendre que le fête de l’huma invite une palestinienne qui appelle à terminer le travail d’Hitler  |  Les palestiniens ont applaudi le terroriste qui vient de tuer un père de famille israélien. Les mêmes criminels neo-nazis avaient applaudi 9/11  |  Judée Samarie: Un Israélien grièvement blessé à coups de couteau selon la même méthode et les mêmes “Usual Suspects” qu’à Nîmes la semaine dernière  |  [15/09/2018] Toulouse : un homme tabassé à coups de barre de fer par un Syrien. « Les réfugiés doivent rentrer dans leur pays » dit le Dalai Lama  |  Val-de-Marne : 3 voitures de police incendiées à Limeil après une double interpellation (source Syndicat National des Policiers Municipaux)  |  Hitler était-il vraiment une homme de droite comme le prétendent presque tous les historiens progressistes ? En fait, non, il était de gauche  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Jean-Patrick Grumberg le 11 décembre 2017

Lors de la visite officielle du Premier ministre israélien en France ce dimanche 10 décembre, Emmanuel Macron a tenu des propos privés et hors micro avec Netanyahu dont j’ai tenté de reproduire la teneur le plus fidèlement possible :

Embed from Getty Images

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

« La France est l’amie d’Israël, nous avons un immense respect pour Israël, sa démocratie, son dynamisme économique, son respect des droits de l’homme et des minorités religieuses, une exception criante au Moyen-Orient, sa stabilité alors que vos voisins sont en guerre et se massacrent entre eux.

Mais nous avons un problème : notre population musulmane gagne du terrain. Nous avons peut-être 10 ou 12 millions de Français de religion musulmane, fortement hostiles à Israël.

Les Etats du Golfe nous soutiennent financièrement. Ils investissent massivement chez nous : dans l’industrie, dans l’immobilier, sur les marchés boursiers. Nous ne pouvons pas nous passer d’eux.

Nous ne pouvons pas approuver la décision du Président Trump, même si nous comprenons le pragmatisme américain : après tout, il est difficile de nier que la Knesset, le siège du gouvernement, la Cour suprême, la Banque Nationale d’Israël, la résidence officielle du Président et la vôtre, se trouvent à Jérusalem, que c’est à Jérusalem que nous nous rendons en visite officielle, pas à Tel-Aviv. C’est depuis Jérusalem que vous conduisez la politique du pays, ce qui en fait la capitale effective.

Nous ne nions pas que c’est à Ramallah que le Président Abbas a établi son quartier général, et Arafat avant lui. C’est à Ramallah que l’OLP, le Fatah et toutes les administrations palestiniennes ont leur siège, et non à Jérusalem Est où ils seraient parfaitement en mesure de le faire s’ils le désiraient, car ils savent que nous et le monde les soutiendraient dans cette décision.

Et nous n’ignorons pas l’Histoire, monsieur le Premier ministre : nous savons pertinemment qu’avant 1967, les Palestiniens ne réclamaient pas Jérusalem comme capitale – ils ne parlaient d’ailleurs pas plus de la création d’un Etat palestinien. Nous savons que suite à la guerre de 1948, lorsque la Jordanie a pris le contrôle total de Jérusalem jusqu’en 1967, ni la Ligue arabe ni les Palestiniens n’en ont fait leur capitale. Rien ni personne ne pouvait pourtant les en empêcher.

Mais nous avons les mains liées : nous recevons une grande partie de notre gaz de l’Algérie. Nous recevons notre pétrole des pays du Golfe. Nous vendons de l’armement à l’Iran et à tous les pays arabes de la région, et avons d’énormes contrats avec eux. Nous dépendons politiquement de l’UE qui a condamné la décision du Président Trump. Nous ne pouvons pas, ne voulons pas, risquer tout cela, nous mettre Bruxelles à dos, risquer un boycott économique des nations arabes, pour une dénomination géographique et politique de Jérusalem qui d’ailleurs est contraire aux résolutions des Nations Unies.

Pour cette raison cher Benjamin Netanyahu, nous sommes obligés de dénoncer publiquement la voie choisie par mon homologue américain, et demander qu’il revienne sur sa décision.

Mais vous savez, je sais, nous savons tous qu’il ne changera pas d’avis et qu’il ne fera pas machine arrière : tout cela est destiné au public. Vous savez également que sur la scène géopolitique, nous avons assez peu de pouvoirs dans la région, à part notre siège et notre droit de veto au Conseil de sécurité des Nations Unies, et vous savez que nos déclarations sont largement symboliques et qu’elles ne peuvent en rien vous entraver.

Nous espérons que le Président Trump a raison de penser que de reprendre les négociations de paix entre les Palestiniens et Israël sur les bases de la réalité du terrain aidera à la paix. Il n’y a pas grand-chose à perdre à tenter, car les négociations sont au point mort depuis trois ans, mais je ne peux, vous le comprenez, certainement pas le déclarer publiquement. »

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

PS Cette conversation n’a pas existé. Elle est fictive… ou peut-être pas ?

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz