FLASH
[22/01/2018] Suède, Malmo, seconde attaque à la grenade en une semaine : après un poste de police, un restaurant – et si vous questionnez les bienfaits de l’immigration vous êtes un facho  |  Dans la nuit, 30 trafiquants de drogue égyptiens ont été pris entre les feux des polices israélienne et égyptienne à la frontière. 1 trafiquant israélien a été tué. Plusieurs dizaines de kg de drogue saisis  |  [20/01/2018] France : Mutinerie en cours à la prison de Maubeuge, des dizaines de détenus regroupés, forces de l’ordre sur place  |  [19/01/2018] Agression motivée par l’islam- 2 surveillants de la prison de Borgo (Corse) ont été agressés à l’arme blanche ce matin par un détenu. Ils sont blessés, l’un gravement. Selon un délégué syndical, le détenu a hurlé : « Allah Akbar » (Corse-Matin)  |  L’incident de la Yeshiva de Bonneuil-Sur-Marne (94), où deux juifs ont été heurtés par une voiture ne semble pas au premier abord être un acte terroriste. C’est un accident de la circulation. Le chauffeur est en garde à vue (source RSB News)  |  [18/01/2018] Communiqué ministère de la Santé iranien: 36 000 morts par la pollution de l’air en 2017. Téhéran : 4 810 morts par la pollution de mars 2016 à mars 2017  |  Alain Soral a été condamné aujourd’hui en appel à 10.000 euros d’amende, avec possibilité d’emprisonnement en cas de non-paiement, pour avoir publié sur son site un dessin négationniste  |  Mutinerie à la prison de Fleury-Mérogis : 123 détenus refusent de regagner leur cellule  |  Cette nuit, Tsahal et la police ont localisé les terroristes islamistes palestiniens qui ont assassiné le Rabbin Raziel Shevach le 9 janvier. Repérés, les colons arabes ont ouvert le feu. 1 a été tué et 2 autres ont été appréhendés. 2 policiers ont été blessés  |  [17/01/2018] Des Israéliens se sont rendu dans la capitale juive pour prier au Mont du Temple. Sans la présence des forces de sécurité, ils auraient été décapités aux cris d’Allahou Akbar – et l’UE veut faire croire qu’il faut partager la ville !  |  3 pays dans le monde (à part les USA), ont une rue Martin Luther King: le Sénégal, le Brésil, et Israël (King était profondément pro-israélien) – ça ne rime pas bien avec Apartheid  |  Eric Trump, votre père est-il raciste ? Mon père n’est pas raciste du tout, en fait, il ne voit qu’une seule couleur : le vert, l’économie !  |  Examen médical de Trump (par le médecin d’Obama): il ne boit pas, ne se drogue pas, ne fume pas, est en excellente santé physique et mentale – et a des gênes pour vivre 200 ans ! »  |  Pendant la nuit, Tsahal a arrêté en Judée Samarie 16 colons arabes suspectés de terrorisme  |  [15/01/2018] La gauche, toujours du côté du mal : Sadiq Khan, le maire de Londres, n’accueillera pas le président Trump, mais en 2001, il a représenté le prédicateur de haine Louis Farrakhan qui disait que les juifs sont des « suceurs de sang » et Hitler un « très grand homme »  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Bat Ye’or le 11 décembre 2017

Notre amie l’historienne Bat Ye’or répondait aux questions de Niram Ferretti, de L’informale. Elle explique la situation géopolitique contemporaine avec beaucoup plus de précision et d’exhaustivité que les diplomates de carrière et les analystes de politique étrangère et de contre-terrorisme occidentaux et traditionnels.

Peu d’auteurs au cours des dernières décennies ont suscité un débat houleux comme Bat Ye’or. A son travail nous devons l’entrée sur le marché des idées de termes tels que «dhimmitude» et «Eurabia», tous deux essentiels pour comprendre la nature politique de l’Islam, son traitement des minorités non-musulmanes et l’axe politico-économique construit dans les années soixante-dix entre l’Europe et le monde arabe. C’est à cause de ce projet qui s’est développé par étapes et qui a culminé avec la crise pétrolière de 1973, que l’Europe a vendu Israël aux intérêts arabes. Bat Ye’or a montré avec précision, en signalant, l’un après l’autre, des épisodes, des documents irréfutables et des déclarations publiques, que l’Europe d’après-guerre et après l’Holocauste a progressivement rendu l’antisémitisme encore praticable sous l’apparence de l’antisionisme.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

L’informale l’a rencontrée récemment lors de son voyage en Italie où elle était invitée à une conférence à Turin.

Dans votre livre fondamental, Eurabia*, vous avez expliqué comment l’Europe des années soixante-dix, dirigée par la France, a mené une politique pro-arabe spécifique contre les intérêts d’Israël. Dans quelle mesure, selon vous, l’antisémitisme a-t-il joué un rôle dans tout cela?

Magazine Eurabia n°1

Sous le patronage du Quai d’Orsay, un discours digne de Goebbels émerge à l’égard de l’Etat d’Israël

Il est difficile de déterminer le rôle de l’antisémitisme parmi les acteurs de nombreux pays qui prennent des décisions dans divers domaines.

D’autant plus que dans l’Europe d’après-guerre, il était pratiquement impossible d’exprimer des opinions antisémites. Cependant, on peut noter que des antisémites notoires sont restés dans des positions clés. Ainsi, malgré les purges de l’après-guerre, dans les années 1960 et 1970, un réseau influent de fonctionnaires, d’intellectuels et de cadres qui avaient soutenu ou collaboré avec les régimes nazi et fasciste restait aux hautes positions de l’État.

  • Par exemple, Walter Hallstein, qui fut le premier président de la Commission européenne de 1958 à 1967, était un nazi convaincu, un avocat universitaire et un officier SS. Il avait promu une Europe unie sous le nazisme où l’application des lois raciales de Nuremberg aurait éliminé toute vie juive – une Europe nazie économiquement unie avec le monde arabe.
  • Hans Globke, co-auteur des lois de Nuremberg, était conseiller du chancelier Adenauer et son éminence grise.

Cette situation existait dans toute l’Europe occidentale. Ces cercles ont favorisé une alliance européenne avec les pays arabes où les criminels nazis s’étaient réfugiés. Convertis à l’Islam, ils occupèrent des positions importantes en Syrie et en Egypte dans la guerre contre Israël.

N’oublions pas que depuis les années 1930, une forte alliance idéologique et politique fondée sur un antisémitisme commun a uni le fascisme et le nazisme avec les peuples arabo-musulmans. Ce noyau euro-arabe actif et anti-israélien mais discret, a pris de l’importance après 1967 grâce à la politique française pro-arabe. A partir de ce moment, sous le patronage du Quai d’Orsay, un discours digne de Goebbels émerge à l’égard de l’Etat d’Israël. Malgré ces réseaux, cependant, l’opinion publique européenne et les gouvernements de l’époque – à l’exception de la France – n’étaient pas antisémites.

C’est la Ligue arabe qui a imposé après la guerre du Yom Kippour d’octobre 1973 à la Communauté européenne une stratégie politique antisémite anticipant l’éradication de l’Etat d’Israël, comme on peut le voir lors de la conférence des chefs d’État arabes à Alger qui a eu lieu du 26 au 29 novembre 1973. A cette fin, elle a utilisé l’arme pétrolière en interdisant sa vente à tous les pays amis d’Israël.

L’embargo pétrolier ne serait annulé que dans les conditions suivantes:

  • d’abord, la reconnaissance d’un peuple palestinien jusqu’alors inconnu et de Yasser Arafat comme seul représentant,
  • ensuite l’islamisation de Jérusalem
  • et enfin la retraite d’Israël sur les lignes d’armistice de 1949.

Abba Eban, ministre israélien des Affaires étrangères à l’époque, appelait ces lignes «les frontières d’Auschwitz», c’est-à-dire celles de la Solution finale, parce qu’elles mettaient Israël en danger de mort.

La France n’a pas été frappée par l’embargo. En 1969, elle a ouvert un bureau de l’OLP à Paris après avoir adopté en 1967 une politique anti-israélienne. Selon l’analyste arabe Saleh A. Mani, une politique convergente euro-arabe vis-à-vis d’Israël a été conçue par la France avec Mouammar Kadhafi avant la guerre de 1973. Dans deux déclarations de novembre et décembre 1973, à l’étonnement des États-Unis, les Neuf se soumirent aux exigences de la Ligue arabe. Ces décisions marquent le début d’une politique d’alliance européenne avec l’OLP dont le but, connu de tous, était de détruire Israël. Le soutien européen à la guerre arabe contre Israël a conduit à un mouvement de délégitimation et de diffamation de l’État juif imposé par les Etats européens à leurs populations sur le plan politique, social et culturel et visant à remplacer Israël par la Palestine.

Les antisémites se sont engagés dans ce mouvement, maintenant légal et promu par les États.

Les récentes résolutions de l’UNESCO de 2016 et 2017 ont symboliquement exproprié Israël, à Jérusalem, du Mur des Lamentations et du Mont du Temple, et à Hébron, du Tombeau des Patriarches. Cela ne fait-il pas partie d’une stratégie précise, l’effacement de la mémoire juive de Palestine pour la remplacer entièrement par l’histoire islamique?

Exactement, c’est précisément le but. Cette stratégie était déjà implicite dans les décisions de la Communauté européenne en 1973 quand elle exigeait le retrait d’Israël sur les lignes de 1949 et l’islamisation de Jérusalem.

Gardez à l’esprit que la guerre de 1948-1949 a été déclenchée par les pays arabes et les Arabes en Palestine, aidés par les soldats musulmans des armées fascistes et nazies de la Seconde Guerre mondiale. Au cours de cette guerre, les pays arabes ont pris Jérusalem-Est et ses territoires en Judée-Samarie, qu’ils ont colonisés et islamisés en chassant les habitants juifs.

L’Europe n’a pas protesté contre l’acquisition arabe de territoires par la guerre et l’expulsion de leurs habitants juifs.

De 1949 à 1967, aucun peuple palestinien n’est apparu dans ces territoires pour réclamer leur Etat. La politique anti-israélienne de la Communauté européenne décidée en 1973 a été réaffirmée par la CE lors de sa réunion avec l’OLP dans sa déclaration de Venise de juin 1980. Par cette mesure, la CE voulait rétablir des relations économiques fructueuses avec les pays arabes, qui s’étaient brisés après la paix israélo-égyptienne séparée que les pays européens n’ont pas pu empêcher. Le déni des droits historiques des Israéliens dans leur pays et l’effacement de leur mémoire religieuse et culturelle confirme la version et les interprétations islamiques de l’histoire biblique. Le Coran déclare que tous les personnages bibliques hébraïques, y compris Jésus, étaient musulmans. Arafat et Mahmoud Abbas, aidés par les historiens européens, ont continué à s’approprier l’histoire du peuple juif. La suppression par l’Europe de l’histoire et de la mémoire du peuple d’Israël efface aussi celle du christianisme, son identité et sa légitimité, car le christianisme est enraciné dans le judaïsme. Et si le judaïsme est une aberration ou une falsification de l’islam, le christianisme l’est aussi. Les États européens – en principe chrétiens – acceptent d’islamiser les sources de leur théologie et de leur identité religieuse, par haine pour Israël.

Au cours des dernières années, nous avons vu de plus en plus le développement d’un discours dont le noyau est que l’Islam a fortement contribué à l’ascension de l’Europe. En même temps, dans l’introduction de la Constitution européenne, il n’y a aucune mention des racines judéo-chrétiennes de l’Europe. Le pape actuel ne perd jamais une chance de dire que l’Islam est une religion de paix et que s’il y a des musulmans violents, il y a aussi des chrétiens violents. Que faites-vous de tout cela?

Cette supériorité du monde de l’incrédulité est humiliante et inacceptable pour l’Islam

Ce discours sur l’influence islamique prédominante sur la

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz