FLASH
[18/01/2018] Communiqué ministère de la Santé iranien: 36 000 morts par la pollution de l’air en 2017. Téhéran : 4 810 morts par la pollution de mars 2016 à mars 2017  |  Alain Soral a été condamné aujourd’hui en appel à 10.000 euros d’amende, avec possibilité d’emprisonnement en cas de non-paiement, pour avoir publié sur son site un dessin négationniste  |  Mutinerie à la prison de Fleury-Mérogis : 123 détenus refusent de regagner leur cellule  |  Cette nuit, Tsahal et la police ont localisé les terroristes islamistes palestiniens qui ont assassiné le Rabbin Raziel Shevach le 9 janvier. Repérés, les colons arabes ont ouvert le feu. 1 a été tué et 2 autres ont été appréhendés. 2 policiers ont été blessés  |  [17/01/2018] Des Israéliens se sont rendu dans la capitale juive pour prier au Mont du Temple. Sans la présence des forces de sécurité, ils auraient été décapités aux cris d’Allahou Akbar – et l’UE veut faire croire qu’il faut partager la ville !  |  3 pays dans le monde (à part les USA), ont une rue Martin Luther King: le Sénégal, le Brésil, et Israël (King était profondément pro-israélien) – ça ne rime pas bien avec Apartheid  |  Eric Trump, votre père est-il raciste ? Mon père n’est pas raciste du tout, en fait, il ne voit qu’une seule couleur : le vert, l’économie !  |  Examen médical de Trump (par le médecin d’Obama): il ne boit pas, ne se drogue pas, ne fume pas, est en excellente santé physique et mentale – et a des gênes pour vivre 200 ans ! »  |  Pendant la nuit, Tsahal a arrêté en Judée Samarie 16 colons arabes suspectés de terrorisme  |  [15/01/2018] La gauche, toujours du côté du mal : Sadiq Khan, le maire de Londres, n’accueillera pas le président Trump, mais en 2001, il a représenté le prédicateur de haine Louis Farrakhan qui disait que les juifs sont des « suceurs de sang » et Hitler un « très grand homme »  |  Religion d’amour et de paix : en Irak, au moins 8 morts et 40 blessés dans un double attentat à Bagdad  |  [14/01/2018] Abou Hamza Hamdan, un terroriste du Hamas, a été éliminé lors d’un attentat à la voiture piégée à Sidon, au Liban  |  Sur MSNBC, un pasteur noir pro-Trump dit à la journaliste d’aller vivre en Haïti si elle doute que c’est un « pays de merde »  |  Tweet du Premier ministre indien Modi à Netanyahu: « Bienvenue en Inde, mon ami PM @netanyahu! Votre visite en Inde est historique et spéciale. Elle renforcera encore l’étroite amitié entre nos deux pays »  |  La Pologne pourrait tenir un référendum pour quitter l’UE, selon Donald Tusk  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Abbé Alain Arbez le 11 décembre 2017

« Johnny notre Dieu » était écrit en lettres majuscules sur une des nombreuses pancartes brandies au milieu des « fans » massés par centaines de milliers aux abords de l’église de la Madeleine.

Et visiblement, beaucoup de « fidèles » étaient en état de sidération devant le fait que leur idole puisse mourir malgré une aura quasiment divine. Bien sûr, la tristesse est respectable et là n’est pas le problème.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Il n’est pas question de critiquer ici le fait de dire adieu à Jean Philippe Smet, qui méritait comme tout baptisé les honneurs d’une sépulture chrétienne.

Après cette manifestation profane à l’intérieur d’une église, les commentateurs n’ont pas hésité à parler de « communion » entre les centaines de milliers de participants

Mais la manifestation laïco-cléricale qui s’est déroulée à l’intérieur de l’église et répercutée à l’extérieur – si elle avait l’avantage de rassembler des admirateurs par-delà les clivages de croyance, de statut social et d’appartenance politique – posait tout de même une question : est-ce qu’une liturgie chrétienne d’adieu peut se laisser dominer par une manifestation musicale sans aucun lien avec le sacré et par des discours d’éloge prenant le pas sur les lectures bibliques. La valse hésitation des goupillons sur le cercueil au moment des honneurs en traduisait le décalage.

Traditionnellement, une cérémonie d’adieu pour un défunt, quel qu’il soit, quels qu’aient été les aspects exemplaires de sa vie publique ou privée, doit être conçue comme une prière s’adressant à Dieu pour reconnaître les bienfaits de sa présence dans une vie humaine. Ici, à l’inverse, tout ou presque s’adressait à Johnny, substitut quasi divin et auréolé à la manière d’un héros grec pouvant régir les pensées et les actes des humains. Une ambiance de sensibilité idolâtrique pour une idole du show-biz. Un culte de la personne pour une icône rock and roll.

N’aurait-il pas été plus judicieux de célébrer la mémoire de Johnny en tant qu’artiste dans un lieu neutre ouvert à toutes les opinions, laïques ou religieuses, avec orchestres, prises de paroles multiples et variées, et de réunir ensuite dans un sanctuaire ceux qui partagent la foi chrétienne pour un office vraiment liturgique, avec un accompagnement musical approprié et élevant les esprits au niveau spirituel ? Après cette manifestation profane à l’intérieur d’une église, les commentateurs n’ont pas hésité à parler de « communion » entre les centaines de milliers de participants…

Ainsi va la dérive des repères de la foi, mondanisée et adaptée pour plaire au grand nombre.

D’ailleurs, les journalistes qui commentaient la cérémonie (systématiquement appelée à tort « messe ») n’ont pas relevé la profondeur de l’épître de St Paul sur les qualités de l’amour véritable, non, ils ont retenu le poème des « deux escargots », lu admirablement il est vrai, par un acteur de talent. Ce poème à l’aspect enfantin étant de Jacques Prévert, auteur du fameux : « Notre Père qui êtes aux cieux, restez-y ! ».

Cela dit, qu’il repose en paix !

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Abbé Alain René Arbez, prêtre catholique, pour Dreuz.info.

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz