FLASH
[18/01/2018] Communiqué ministère de la Santé iranien: 36 000 morts par la pollution de l’air en 2017. Téhéran : 4 810 morts par la pollution de mars 2016 à mars 2017  |  Alain Soral a été condamné aujourd’hui en appel à 10.000 euros d’amende, avec possibilité d’emprisonnement en cas de non-paiement, pour avoir publié sur son site un dessin négationniste  |  Mutinerie à la prison de Fleury-Mérogis : 123 détenus refusent de regagner leur cellule  |  Cette nuit, Tsahal et la police ont localisé les terroristes islamistes palestiniens qui ont assassiné le Rabbin Raziel Shevach le 9 janvier. Repérés, les colons arabes ont ouvert le feu. 1 a été tué et 2 autres ont été appréhendés. 2 policiers ont été blessés  |  [17/01/2018] Des Israéliens se sont rendu dans la capitale juive pour prier au Mont du Temple. Sans la présence des forces de sécurité, ils auraient été décapités aux cris d’Allahou Akbar – et l’UE veut faire croire qu’il faut partager la ville !  |  3 pays dans le monde (à part les USA), ont une rue Martin Luther King: le Sénégal, le Brésil, et Israël (King était profondément pro-israélien) – ça ne rime pas bien avec Apartheid  |  Eric Trump, votre père est-il raciste ? Mon père n’est pas raciste du tout, en fait, il ne voit qu’une seule couleur : le vert, l’économie !  |  Examen médical de Trump (par le médecin d’Obama): il ne boit pas, ne se drogue pas, ne fume pas, est en excellente santé physique et mentale – et a des gênes pour vivre 200 ans ! »  |  Pendant la nuit, Tsahal a arrêté en Judée Samarie 16 colons arabes suspectés de terrorisme  |  [15/01/2018] La gauche, toujours du côté du mal : Sadiq Khan, le maire de Londres, n’accueillera pas le président Trump, mais en 2001, il a représenté le prédicateur de haine Louis Farrakhan qui disait que les juifs sont des « suceurs de sang » et Hitler un « très grand homme »  |  Religion d’amour et de paix : en Irak, au moins 8 morts et 40 blessés dans un double attentat à Bagdad  |  [14/01/2018] Abou Hamza Hamdan, un terroriste du Hamas, a été éliminé lors d’un attentat à la voiture piégée à Sidon, au Liban  |  Sur MSNBC, un pasteur noir pro-Trump dit à la journaliste d’aller vivre en Haïti si elle doute que c’est un « pays de merde »  |  Tweet du Premier ministre indien Modi à Netanyahu: « Bienvenue en Inde, mon ami PM @netanyahu! Votre visite en Inde est historique et spéciale. Elle renforcera encore l’étroite amitié entre nos deux pays »  |  La Pologne pourrait tenir un référendum pour quitter l’UE, selon Donald Tusk  | 
Rafraichir régulierement la page
Publié par Albert Soued le 12 décembre 2017
« Jérusalem est sauvé par les Britanniques après 673 ans de règne musulman » – New York Herald du 11 décembre 1917

Comme à son habitude, Albert Soued fait ici une remarquable analyse géopolitique sur la décision du Président Trump.

« Si je t’oublie jamais, Jérusalem, que ma droite disparaisse ! » (Psaume 137/5)

Jérusalem, lumière de la paix, se situe à une altitude de plus de 500 m, près d’une faille importante de – 500 m, au centre du monde de l’antiquité biblique, à l’intersection de 3 continents. Depuis près de 2000 ans personne n’en parlait ou peu et puis d’un coup, c’est l’hystérie planétaire.

Dreuz a besoin de votre soutien financier. Cliquez sur : Paypal.Dreuz, et indiquez le montant de votre contribution.

Ce président est d’abord un homme d’affaires. Et il est en train de négocier une affaire importante

On peut longuement gloser sur les raisons de cet intérêt soudain pour une ville moyenne de 0,6 million habitants.

J’ai personnellement déjà parlé d’une prédiction miraculeuse d’un certain rabbin allemand prolifique de la fin du 12ème s. vivant à Ratisbonne, Yehouda Hah’assid (voir symbole.chez.com)- Il avait en effet prédit avec justesse le retour de Jérusalem dans le giron hébreu à la date de 1967 (Guerre des 6 Jours). Raisonnant en jubilé, il avait aussi prévu un jubilé plus tard, l’arrivée des temps messianiques, soit 2017… Et après une analyse complémentaire, j’avais conclu ainsi en juillet 2016:

Il est possible et probable que 2017 soit une année remarquable dans « le changement de cap » annoncé et cela dépendra de l’évolution politico-militaire au Moyen Orient et dans le monde, des élections présidentielles américaines et des suites du Brexit, du coup d‘état turc….

Mais sans faire des « tirs sur la comète », on peut analyser d’une manière pragmatique l’intervention du président américain Donald Trump sur Jérusalem.

Ce président, qui sort de l’ordinaire parce qu’il n’est pas issu des milieux politiques ou diplomatiques habituels et institutionnels, est d’abord un homme d’affaires. Et il est en train de négocier une affaire importante. Au-delà des conflits du Moyen Orient, il cherche surtout à réussir sa présidence, malgré toutes les embûches que lui ont dressés les caciques du parti Démocrate, comme du parti républicain, et notamment l’ex-président Barak Hussein Obama.

En confirmant publiquement que Jérusalem était la capitale d’un Etat juif, il cherche à atteindre de mon point de vue cinq objectifs :

Trump voulait tester ce qu’on appelle « la rue arabe », de laquelle les dirigeants occidentaux ont tellement peur

  1. Jérusalem étant un symbole, il voulait montrer à travers ce symbole qu’il tenait ses promesses contrairement à d’autres présidents depuis 22 ans, notamment celui qui l’a précédé, Obama. Il satisfait par la même occasion l’opinion publique américaine.
  2. Un certain nombre de fonctionnaires, notamment au Département d’Etat, étant opposés à son intervention, il a cherché, en prenant des risques, à asseoir son autorité sur le plan des Affaires étrangères.
  3. Du même coup, il voulait tester ce qu’on appelle « la rue arabe », de laquelle les dirigeants occidentaux ont tellement peur qu’ils en sont handicapés dans leur gestion des affaires quotidiennes. A ce jour, on peut dire déjà qu’il a gagné son pari, haut la main.
  4. L’imprécision du texte concernant l’étendue de Jérusalem et la signature du « waiver » (qui lui permet d’obtenir l’autorisation du Congrès pour son budget) sont des atouts de négociation.
  5. Comme il avait promis de sortir de l’impasse le conflit arabo-israélien, qui dure depuis 1948, il a agité une bannière symbolique dans le chaos ambiant pour montrer la voie et faire réfléchir. De l’agitation frôlant l’hystérie sortira une solution qui est sans doute déjà élaborée entre le gendre de Trump et le prince héritier d’Arabie Saoudite, dit MBS, avec la bénédiction des émirats EAU et Bahrein et dont un quotidien américain a dévoilé les grandes lignes.

Le président Donald Trump, que beaucoup d’éminents individus, intellectuels ou non, ont traité de « gangster », de « néo-Hitler », de « demeuré » etc.., parce qu’il ne raisonne pas et n’agit pas de manière conventionnelle, selon le mode de pensée unique dominant, étonnera le monde encore pendant les 3 années ou plus qui lui restent à gouverner la plus grande nation du monde.

Bonne fête de H’anoucca, fête d’inauguration des Lumières

Ne ratez aucun des articles de Dreuz, inscrivez-vous gratuitement à notre Newsletter.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Albert Soued pour Dreuz.info.

Albert Soued, écrivain, http://symbole.chez.com et www.nuitdorient.com

Merci de cliquer sur J'aime pour soutenir Dreuz